Accueil / Citoyenneté / 6000 signatures : Qu’ossa donne?

6000 signatures : Qu’ossa donne?

Nous avons assisté au dépôt, lors du conseil d’arrondissement du 13 mars 2017, de la pétition contenant plus de 6000 signatures et réclamant une consultation de l’Office de consultation publique de Montréal concernant le développement de la Cité de la logistique de L’Assomption et du Port de Montréal (CLAP).

Dans le même souffle, nous avons pris connaissance du rejet par la mairie d’arrondissement du premier projet de développement industriel de ce secteur, soit celui de Ray-Mont Logistiques. Réal Ménard, maire de notre arrondissement, sera probablement en désaccord avec moi, mais je crois fortement que les deux évènements sont directement liés. Je suis convaincu que la mobilisation citoyenne entourant le développement du CLAP a forcé la main des décideurs publics quant à la prise en compte des exigences des résident-e-s du quartier dans le développement de leur milieu de vie.

Implication citoyenne

Il me semble évident que cette mobilisation illustre magnifiquement la pertinence de l’implication citoyenne dans le processus démocratique, notamment au niveau local. En tant que résident d’Hochelaga, je souhaite, et c’est certainement le cas de plusieurs d’entre vous, avoir mon mot à dire dans le développement du quartier où j’ai choisi de vivre et dans lequel je vais, avec ma conjointe, fonder une famille.

Il ne s’agit pas ici de refuser en bloc toutes formes de projet résidentiel, commercial ou industriel. Au contraire, il s’agit de participer activement à l’épanouissement culturel, social et économique de notre quartier. L’orientation que nous donnons au développement de celui-ci aura un impact significatif sur nos vies et sur celles de nos enfants.

Ce que nous voulons

Que cela nous plaise ou non, nous vivons dans un système économique au sein duquel, pour avoir une vie décente, il est nécessaire d’avoir un emploi convenablement rémunéré. En ce sens, souhaitons-nous voir s’installer sur nos artères commerciales de grandes chaines multinationales, comme McDonald’s ou Starbucks, avec des employé-e-s payés au salaire minimum et des profits exportés à l’étranger? Ou voulons-nous plutôt favoriser le petit entreprenariat local et les coopératives de solidarité?

Dans le même ordre d’idée, quels types de développements résidentiels devrait-on favoriser? Souhaitons-nous prolonger la dérive immobilière, ne construire que des condos et festoyer, comme une victoire, le seul fait qu’un entrepreneur accepte de peut-être ajouter quelques logements sociaux à son projet?

Et qu’en est-il du développement industriel? Se fera-t-il avec ou contre les résident-e-s? Quelles seront nos exigences? Allons-nous favoriser l’embauche locale et le développement durable ou nous satisferons-nous simplement que des entreprises viennent s’installer chez nous?

S’approprier ce qui nous appartient

Bien que l’on nous fasse parfois croire l’inverse, ces orientations sont soumises au processus démocratique et en ce sens, nous avons prise sur elles. Les citoyen-ne-s qui se sont impliqués, notamment à travers le comité 5000 signatures pour MHM, nous l’ont bien montré.

À elles seules, 6000 signatures ne changent certes pas le monde.  Elles peuvent aussi paraître bien dérisoires face aux forces économiques et politiques qu’elles se donnent pour mission d’affronter. Toutefois, comme nous l’avons vu, aucune lutte n’est perdue d’avance. En s’alliant les uns aux autres, en se mobilisant, en participant activement à la vie démocratique là où elle s’exerce au plus près de nous, dans nos écoles, nos quartiers, nos arrondissement et nos villes, chacun de nous peut avoir un impact réel sur notre destin individuel et collectif.

Nos voix réunies qui clament ensemble ce que nous sommes et ce que nous voulons, voilà ce que sont ces 6000 signatures.

A propos Sébastien Sinclair

Sébastien Sinclair
Bachelier et candidat à l’obtention d’une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal, Sébastien se passionne pour tout ce qui touche les questions politiques, sociales et économiques. Résidant d’Hochelaga depuis 2003, il s’y implique de diverses manières et continuera de le faire, notamment par sa collaboration à QuartierHochelaga.

Un commentaire

  1. aGaston Cossette

    Je croyais impossible la collecte de 5000 signatures La réalité 6000 wow…… Maintenant il faut participer à la consultation et restreindre le plus possible les effets négatifs du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *