Accueil / Citoyenneté / Alexandre Leduc : combattre l’injustice sociale

Alexandre Leduc : combattre l’injustice sociale

En vue des élections provinciales du 1er octobre, QuartierHochelaga.com a rencontré les principaux candidats qui se disputeront la circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve soit la péquiste Carole Poirier, le solidaire Alexandre Leduc, la caquiste Sarah Baumier et le libéral Julien Provencher-Proulx. Notre série de portraits se poursuit avec Alexandre Leduc. 

Le solidaire Alexandre Leduc tentera de ravir la circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve au Parti Québécois pour la troisième fois consécutive aux élections provinciales du 1er octobre prochain. Battu en 2012 et en 2014 par la péquiste Carole Poirier, il espère montrer son sérieux et sa sincérité par la récurrence de sa candidature.

Pour M. Leduc, il est « hors de question » de se présenter ailleurs que dans Hochelaga-Maisonneuve. Déménagé dans le quartier par hasard il y a 11 ans lors de ses études en histoire à l’UQAM, le solidaire dit être tombé en amour avec le coin. « C’est là que j’habite et c’est là que je veux habiter », affirme-t-il.

Se reconnaissant comme un syndicaliste qui fait de la politique, M. Leduc croit se démarquer des autres candidats par son souci d’être constamment en contact avec les Hochelagais et Hochelagaises. Le solidaire compare le travail d’élu à celui d’un pont qui fait en sorte que les gens se rencontrent et communiquent afin d’ultimement réclamer des mesures. Il souhaite également prendre le pouls des gens du quartier par le biais d’un micro ouvert au moins une fois par année. « Je ne fais pas de la politique pour faire de la politique. J’en fais parce que c’est ma façon de participer, d’essayer d’améliorer les choses », explique le candidat.

C’est à cette fin qu’Alexandre Leduc s’est impliqué dans son association étudiante, a travaillé comme conseiller à la FTQ et a participé à la fondation de Québec solidaire en 2006. « L’injustice me tanne, me donne du carburant. Je ne peux pas rester les bras croisés », analyse le solidaire. Avant 2006, Alexandre Leduc considérait qu’aucun parti ne répondait à ses valeurs progressistes, écologistes, féministes et indépendantistes. Québec solidaire lui a permis de « mettre son grain de sel ».

Crédit photo: Québec solidaire

Cette fois, c’est la bonne

Pressenti dans les sondages comme le principal concurrent de Mme Poirier cette année, Alexandre Leduc ne prend rien pour acquis, mais est confiant. La progression du vote, selon lui, est en sa faveur. Bien que la circonscription soit péquiste depuis 1989 et que 2012 a fait perdre le solidaire de plus de 6 000 voix, M. Leduc s’est présenté comme un adversaire de taille lors des dernières élections en 2014, perdant de seulement 1 000 voix contre Carole Poirier. « On n’a pas été au chômage pendant notre dernier mandat, on a travaillé fort et on aime dire qu’on a été l’opposition officielle », affirme M. Leduc qui espère voir, cette année encore, la tendance se maintenir et ses votes augmenter.

Le financement est également au rendez-vous puisque la campagne de 2018 est la plus grosse jamais lancée par Québec solidaire. Alexandre Leduc remarque également un grand soutien de la part de la population cette année. « Les gens me reconnaissent, il y a beaucoup de sourires. Ce sont de belles surprises », se réjouit le candidat.

Les enjeux de la campagne

Alexandre Leduc s’engage, afin d’améliorer l’accès aux soins de santé de première ligne, à travailler pour que le CLSC d’Hochelaga-Maisonneuve soit ouvert 24/7 et que les patients y aient accès sans rendez-vous. Le candidat dénonce également le transfert de membres du personnel médical (infirmières, travailleuses sociales, etc.) vers les groupes de médecins de famille (GMF) privés. « Ces travailleurs et travailleuses pourraient et devraient être au CLSC. C’est un choix politique pour le bien commun », soutient le solidaire. M. Leduc demande aussi, afin d’aider à freiner le problème de la gentrification, la construction de mille nouveaux logements sociaux dans le quartier.

Alexandre Leduc parle également d’instaurer un budget participatif dans le quartier en ayant recours à 40% du budget discrétionnaire du député afin de financer des projets qui intéressent les citoyens, comme cela a été fait dans Gouin. Il mentionne également que l’éducation est « une véritable priorité » et souhaite la fin des subventions des écoles privées (qu’Hochelaga ne possède pas sur son territoire) ainsi que la reconstruction d’écoles saines.

A propos Daphné Ouimet-Juteau

Daphné Ouimet-Juteau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.