Accueil / Culture / Animation Culturelle Hochelaga (ACH) / La chronique de Leopol Bourjoi

Animation Culturelle Hochelaga (ACH) / La chronique de Leopol Bourjoi

Lorsqu’est venu le temps de s’installer,
nous étions convaincus que c’est lorsqu’on a assez de ressources
pour quitter un quartier comme Hochelaga-Maisonneuve
qu’il faut y rester pour participer à son avenir.

 

1999 à 2006 / Entre-voisins

En 1998, ma compagne Gaétane Couture, qui vient d’un quartier ouvrier de Drummondville, et moi, qui ai grandi dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, nous sommes installés sur la rue de Rouville.

Il y 20 ans, les alentours du quartier étaient parsemés de plusieurs bâtiments placardés. Le sud-ouest du quartier Hochelaga avait des airs de quartier abandonné. Le carré de sable du parc de Rouville devant notre maison servait de litière pour les chats et chiens du voisinage.

Convaincus que nous pouvions faire une différence, nous avons retroussé nos manches et créé l’association de quartier Entre-voisins.

Gaétane s’est occupée du verdissement et du nettoyage des environs immédiats pendant que je rénovais et agrandissais la maison, défaisait les hangars pourris qui se trouvaient dans la cour pour les remplacer en partie par un atelier.

J’ai aussi enlevé plus de 3500 pieds carrés d’asphalte et de béton, que nous avons remplacé par du verdissement, et j’ai planté des arbres.

Dès 1999, Entre-voisins a organisé une épluchette de blé d’Inde, appelée la Quartifête, sur la rue de Rouville.

En 2006, nous avons eu l’extrême plaisir de recevoir plus de 300 voisins à l’occasion de la Quartifête. Nous avons servi plus de 1000 épis de maïs, des hot-dogs, des breuvages, donné des prix à des enfants qui avaient participé à un projet horticole au coin des rues Adam et Saint-Germain, en plus de présenter des spectacles de musique et de clowns.

Une journée extraordinaire pour nos voisins bénévoles et le Club Optimiste d’Hochelaga, qui, cela nous désole, n’existe plus.

Journées de la culture 2006

Depuis 2003 / l’atelier de Bourjoi, artiste-ouvrier d’Hochelaga

Dès 2003, à l’occasion des Journées de la culture qui ont lieu chaque année à la fin du mois de septembre, nous avons ouvert les portes de mon atelier sur la rue de Rouville et offert des activités de création au public.

De fil en aiguille, nous recevons maintenant tous les ans près de 400 visiteurs, des voisins proches et éloignés. Certains visiteurs viennent de loin, des touristes de France et d’ailleurs.

Tout autant d’occasions d’échanger sur l’art, la culture et l’histoire du quartier, allant des maisons Hudon, au Laurier Palace et le drame de 1927, au square Dézéry, où était situé l’hôtel de ville du village Hochelaga au 19e siècle.

2016 / l’Artrium de la rue de Rouville

En 2006, l’organisation d’une fête de quartier, qu’elle soit modeste ou de grande envergure, était devenue très compliquée et exigeante. Nous devions installer des barrières et des gardiens tout en libérant un passage de 15 pieds pour les véhicules d’urgence. Il fallait même un permis du Service d’incendie et une couverture d’assurances de 2 millions de dollars. Nous avons alors cessé d’organiser la Quartifête

Nous avons tout de même poursuivi la gestion du jardin collectif de la rue Pronovost que nous avions créé avec l’aide du maire Bourque, le maire des citoyens, et de son conseiller municipal d’Hochelaga, monsieur Dompierre.

Nous avons entretenu jusqu’à 42 tonneaux de fleurs sur les trottoirs du voisinage. C’est depuis cette époque que l’excellent service horticole de l’arrondissement entretient un superbe massif de fleurs à la place de l’affreuse litière au centre du parc de Rouville.

C’est en 2016 que nous avons finalement achevé l’aménagement de notre cour arrière, que nous avions l’habitude d’appeler l’atrium. Gaétane, inspirée par l’atelier, a alors suggéré de l’appeler « Artrium ».

2017 / le rendez-vous culturel de l’Artrium de la rue de Rouville.

Ce nouvel espace nous permettait d’accueillir dans notre cour une version artistique et culturelle de la Quartifête. C’est donc en 2017 qu’a eu lieu le premier rendez-vous culturel de l’Artrium dans le cadre des Journées de la culture.

Nous avons reçu près de 250 visiteurs. Un beau succès pour une première tentative.

Festival Des Arts Artrium 2017

2018 /  Animation Culturelle Hochelaga (ACH)

En 2017, nous avons demandé l’aide de l’organisme à but non lucratif (OBNL) Un Quartier En Art (UQEA) pour organiser le rendez-vous et obtenir de l’aide de l’arrondissement. UQEA, c’est désolant, a depuis cessé ses activités. Nous les remercions chaleureusement de l’aide qu’ils nous ont apporté ainsi que l’arrondissement MHM dont monsieur Éric-Allan Caldwell conseiller municipal d »Hochelaga fait partie.

Ayant de la suite dans les idées, nous avons, pour 2018 et les années qui suivront, créé nous-mêmes un OBNL que nous avons appelé Animation Culturelle Hochelaga (ACH), forts de l’expérience que nous avons accumulée depuis 1999.

ACH souhaite suivre le modèle d’économie sociale du quartier, tout en soulignant la nature patrimoniale de certains secteurs et être une ressource pour les artistes que nous savons trop souvent oubliés.

Il est de notoriété publique que lorsque les artistes, qui travaillent sans relâche qu’ils soient payés ou non, s’installent quelque part, les bâtiments et les quartiers finissent par prendre de la valeur.  Certaines personnes craignent parfois que les artistes, par leurs goûts et leur activité incessante, soient vecteurs d’embourgeoisement.

Même si Statistique Canada déclare depuis longtemps que seulement 5 % des artistes gagnent plus de 15 000 $ par année, il leur est très souvent demandé de donner leurs œuvres aux organisations caritatives pour faire des collectes de fonds. Lorsqu’il y a des festivals, les artistes doivent payer des centaines de dollars pour exposer sous des chapiteaux pour une brève période de temps.

ACH veut implanter un modèle mieux adapté à la situation économique des artistes et de l’environnement social d’Hochelaga-Maisonneuve.

Les artistes qui exposeront leurs œuvres à l’ARTRIUM pendant les Journées de la culture pourront le faire gratuitement et s’ils sont sur place pour les présenter au public, ils recevront des honoraires pour chacun des jours où ils seront présents, en plus de voir leurs repas fournis. ACH ne prélèvera aucune commission sur la vente des œuvres.

Devenir membre de ACH ne coûte que 5 $ par année et il n’est pas obligatoire d’être artiste ou artisan. Toute personne désirant encourager l’art et la culture peut devenir membre associé, ou contribuer financièrement en devenant partenaire.

Durant le festival des Journées de la culture, les activités sont gratuites. Un atelier de conception et fabrication de macarons épinglettes que les visiteurs pourront emporter avec eux sera offert, ainsi qu’un atelier de gravure sur bois avec laser.

Il y aura plusieurs jeux pour les enfants et Marie-Denise, une ancienne employée du Cirque du Soleil, leur montrera comment façonner des formes animales avec des ballons et à se déplacer joyeusement sur des échasses.

ACH prévoit organiser d’autres ateliers gratuits qui seront financés par de généreux partenaires.

Ayant également une vocation muséale, ACH fera installer des affiches patrimoniales locales. Nous pensons déjà à 2019 et prévoyons organiser au mois d’août 2019 une épluchette des artistes au cours de laquelle les artistes collaboreront avec le public pour leur montrer les rudiments de leur art.

Pendant les Journées de la culture cette année, 24 casse-têtes en bois pour les enfants représentant un animal feront l’objet d’un tirage, ainsi que trois luminaires d’artisanat pour les adultes.

Le public pourra également voter pour les œuvres exposées par les artistes. Si les ressources le permettent,  ACH fera l’acquisition de l’œuvre préférée du public, que nous ferons tirer à la fin.

Le festival auquel vous êtes tous conviés se tiendra les 28, 29 et 30 septembre 2018, pendant les Journées de la culture.

Un beau début pour Animation Culturelle Hochelaga!

 

www.achochelaga.org

info@achochelaga.org

 

 

A propos Léopol Bourjoi

Pour le quartier Hochelaga-Maisonneuve, Bourjoi est l’ouvrier artiste. Il a depuis 1968, à 18 ans, présenté ses œuvres dans plus de 80 expositions solos et de groupe à Montréal, Laval, Québec, Labrador City et Washington. Durant un quart de siècle, il a parcouru usines et chantiers pour y apprendre les métiers et les valeurs des ouvriers qui construisent le monde matériel pour tous. À la fin de cette exploration, afin de valider son parcours d’artiste autodidacte, Bourjoi a à 46 ans obtenu une maîtrise en arts plastiques de l’UQAM. Depuis 2001 il produit ses oeuvres dans le bel atelier qu’il a construit de ses mains dans le quartier Hochelaga (son quartier) en 2000. Depuis il exprime par ses œuvres de plasticien et son écriture, la culture et les valeurs qu’il a adoptées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.