Accueil / Place publique / Boîtes à seringues: lettre ouverte à la ministre

Boîtes à seringues: lettre ouverte à la ministre

QuartierHochelaga relaie le texte d’opinion qui suit. Le contenu n’engage que l’auteure de ces lignes, Marie Anne Guichandut citoyenne d’Hochelaga.

À Madame Lucie Charlebois, Ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Ministre responsable de la région de la Montérégie, Ministère de la Santé et des Services sociaux

Madame la ministre,

Je m’adresse à vous directement aujourd’hui, faute d’avoir pu trouver une personne en mesure de répondre à mes questions et une solution à mon problème.

Sachez qu’avant de m’en retourner vers vous, Madame la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à Santé publique et aux Saines habitudes de vie, j’ai fait mes devoirs. J’ai d’abord pris le temps d’interroger les gens autour de moi, mes pharmaciens, mon médecin, mon CLSC, une infirmière clinicienne et même ma députée provinciale à deux reprises. J’ai aussi fait quelques recherches afin de savoir si vous étiez au fait de la situation problématique dans laquelle moi, de même de milliers d’autres concitoyens atteints de diverses maladies nécessitant des injections régulières, nous trouvons depuis que votre gouvernement a décidé rationner sa distribution de bacs à seringues souillées.

Quel ne fut pas mon effarement d’apprendre qu’à maintes reprises, on vous avait informée de la pénurie de bacs dont nous souffrons, mais qu’en plus, vous aviez refusé d’admettre le problème ! Remarquant la  véhémence avec laquelle vous avez nié le problème lorsque questionnée par le député de Rosemont, Monsieur Jean-François Lisée, en septembre et en novembre dernier, et constatant que de mon côté, je suis toujours à la recherche d’un bac où jeter mes déchets biomédicaux,  j’aimerais savoir, Madame la Ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à Santé publique et aux Saines habitudes de vie, si vous auriez l’amabilité de répondre à ces quelques questions :

  • Pourquoi depuis décembre 2015 me suis-je fait dire à quatre reprises par mon pharmacien qu’il était en pénurie de bacs à seringues souillées ? N’avez-vous pas dit que « tous ceux qui ont besoin d’un bac le demandent et l’auront» ?
  • Pourquoi, à la suite de ces déclarations, me suis-je fait répéter la même chose par toutes les pharmacies de mon quartier et par mon CLSC ? N’avez-vous pas insisté que « Toutes les directions régionales sont en mesure de fournir des bacs» ?
  • Pourquoi depuis maintenant 2 mois, je n’en ai toujours pas trouvé ?
  • Pourquoi la seule pharmacie que j’ai réussi à dénicher et qui n’était pas encore en rupture de stock a voulu me faire payer pour un bac, sous prétexte que je n’étais pas une cliente régulière de leur pharmacie ? N’y-a-t ’il pas un programme de gratuité pour ces bacs instauré depuis juin 2006 ?
  • Pourquoi même à l’hôpital Charles-Lemoyne me fut-il impossible d’obtenir un bac et pourquoi m’a-t ’on dit que la pénurie s’étendait sur toute la rive-sud de Montréal ? En tant que Ministre responsable de la Montérégie, le saviez-vous ?

Aussi, nonobstant votre ardent refus à reconnaître le problème :

  • Que répondez-vous aux travailleurs, éboueurs, commis de pharmacie, concierges, qui se sont piqués sur des seringues souillées jetées aux poubelles, faute d’option ? Ou encore, que direz-vous aux parents d’enfants qui se piqueront sur une seringue laissée par terre ?
  • Que conseillez-vous aux personnes à mobilité réduite qui sont dans l’incapacité de trouver un bac où jeter leurs seringues ? Les enverrez-vous faire une tournée de toutes les pharmacies en ville ?

Mais surtout :

  •  Comment justifiez-vous votre titre de ministre de la Santé publique si, devant un problème d’une telle ampleur et aux conséquences d’une extrême gravité, vous refusez d’agir ?

J’ai grand espoir, Madame la ministre, que vous saurez trouver réponses à mes questions et que par la même occasion, vous m’enverrez un petit bac jaune pour lesquels vous affirmez qu’il n’y a pas de pénurie.

A propos Collaborateur spécial - Place publique

Collaborateur spécial - Place publique
La publication d’un texte ne signifie en aucun cas que QuartierHochelaga endosse les propos de son auteur. Soumettez vos textes à info@quartierhochelaga.com avec pour objet «Lettre d'opinion»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.