Accueil / Vivre dans Hochelaga / Ces images qui dérangent la CSDM

Ces images qui dérangent la CSDM

Photo: Annie Gaudreau
Photo: Annie Gaudreau

Intervention artistique qui dénonce la fermeture d’écoles du quartier

Une série d’images-chocs ont été apposées aux fenêtres barricadées des écoles Baril située sur la rue Adam. L’objectif de l’intervention artistique : souligner une situation déplorable qui perdure, à savoir la fermeture de trois écoles majeures dans le quartier et le nouveau transfert de près de 800 élèves lors de la rentrée scolaire.

Mmes Ève Kirlin et Mariève Lafortune, respectivement présidentes du conseil d’établissement des écoles Saint-Nom-de-Jésus et Hochelaga, ont été approchées par les artistes activistes qui ont réalisé les photos. Au sujet de l’action, Mme Kirlin précise qu’« il ne s’agit nullement d’une contestation des rouages de la Commission scolaire de Montréal (CSDM); c’est vraiment pour souligner la situation ». Mme Lafortune souligne par ailleurs que les artistes « ne sont pas des parents. Elles n’ont pas d’enfant dans les écoles concernées. Il s’agit de citoyennes du quartier qui se sont senties interpellées par la cause ». Elle ajoute que les élèves ayant participé à la création des photos l’ont fait volontairement et qu’ils se sont limités à servir de modèles.

Depuis 2011, les élèves des trois écoles en question n’ont plus accès à une école primaire de proximité. Bon nombre de familles ont tout simplement retiré leurs enfants des groupes concernés pour les inscrire à d’autres écoles avoisinantes. Mme Kirlin affirme que plusieurs membres du personnel des établissements touchés ont quitté ces derniers, changeant ainsi la dynamique à laquelle étaient habitués les élèves. « La vie de quartier a beaucoup changé aussi, il n’y a plus rien après l’école. On ne voit plus les enfants s’arrêter dans les parcs ou marcher pour rentrer à la maison. Nos rues sont désertes après l’école. »

Toujours selon Mme Kirlin, la situation progresse, mais lentement. « C’est un processus qui est long, ça avance relativement bien, mais on comprend que c’est [la CSDM] une grosse machine. » Elle ajoute du même souffle que Mme Harel-Bourdon (la nouvelle présidente de la CSDM) « est pleine de bonnes intentions au sujet des écoles. On espère que ça va aider à faire avancer le dossier. »

Un dossier politisé

Avec la campagne électorale municipale en cours, la situation des écoles du quartier prendra sans aucun doute une place importante dans les débats. « Nous avons une bonne relation avec M. [Réal] Ménard, il est très actif dans le dossier », mentionne Mme Kirlin. La présidente du conseil d’établissement de l’école Saint-Nom-de-Jésus se sent tout aussi appuyée par la députée de la circonscription au niveau provincial. « Mme Carole Poirier est membre du comité de concertation. Il y a toujours quelqu’un de son bureau qui est présent à nos rencontres. Elle a beaucoup travaillé sur le dossier, elle se sert de ses contacts pour faire avancer les choses. »

Drôle de hasard, le jour suivant l’intervention artistique, Alexandre Leduc, candidat de Québec solidaire (QS) dans Hochelaga-Maisonneuve, tenait un point de presse en compagnie d’Amir Khadir pour dénoncer à son tour l’inaction dans le dossier. « Pour les élèves de l’école Baril dans Hochelaga-Maisonneuve, cette rentrée marquait la troisième année sans avoir réintégré leur école de quartier. »

« [Aucun] signe ne montre que le gouvernement se préoccupe du problème. […] Mme Carole Poirier avait pourtant laissé entendre en mars dernier qu’elle avait la situation à l’oeil. Or, dans le bilan qu’elle trace de la dernière année, c’est le silence radio sur les écoles contaminées », a souligné Alexandre Leduc. Le candidat de QS tire ce fait du communiqué émis par le bureau de Carole Poirier le 5 septembre dernier, soulignant le premier anniversaire de l’arrivée au pouvoir du Parti québécois. Il est vrai que la députée ne fait aucune mention du dossier des écoles contaminées dans son bilan d’anniversaire.

Photo - Patrick Lafontaine
Photo – Patrick Lafontaine

Une œuvre éphémère

Un camion de la CSDM était déjà sur place lundi, soit 48 heures après la pose des affiches sur les fenêtres barricadées de l’école Baril, pour effacer les traces de cette revendication silencieuse. Celle-ci semble tout de même avoir touché la corde sensible de la haute direction de la commission scolaire, qui autrement n’aurait pas dépêché sur place une équipe de nettoyage.

Quelques collaborateurs de QuartierHochelaga ont toutefois réussi à capter des images de l’intervention artistique avant sa disparition.

 

 

A propos Jean-Pierre J. Godbout

Jean-Pierre J. Godbout
Président du conseil d'administration de QuartierHochelaga coop de solidarité et ancien rédacteur en chef de QH, Jean-Pierre prend un plaisir fou à découvrir les belles et bonnes choses qui l’entourent dans le quartier qu’il habite; Hochelaga-Maisonneuve. Franco-ontarien déraciné, il détient un baccalauréat en communication sociale de l’UQTR et travaille actuellement une maîtrise en administration publique. Il œuvre dans le domaine des relations publiques et des communications depuis près de 10 ans au sein d’institutions gouvernementales et communautaires.

5 Commentiares

  1. ‘Mon fils s’ennuit de son école….il est en plus malade avec tout ces problèmes de moisissure….IL a passé de Baril à Hochelaga pour maintenant se retrouver dans une école de Rosemont….3 écoles en 2 ans! çan’a aucun SENS!!!!! Je suis découragée qu’il n’y ai pas plus d’avancement que cela, j’ai confronté la directrice de la CSDM en plein gymnase lors d’une réunion parents et la CSDM et elle s’en foutait! Moi j’enverrais des inspecteurs faire un p’tit tour dans les bureaux de la CSDM pour y voir si il y a de la corruption, je ne serais pas surprise……!

  2. Une autre initiative citoyenne tuée dans l’oeuf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.