Accueil / Dossier / Chlag.info : passer par la lutte

Chlag.info : passer par la lutte

Si les termes « gentrification » ou « embourgeoisement » sont sur toutes les lèvres, les positions à leurs sujets prennent des formes différentes, mais surtout divergentes. Certains citoyens s’organisent contre elle. Rencontre avec un membre de Chlag.info.

Chlag.info, ou le Comité hochelaguien de lutte anti-gentrification, s’est formé il y a moins d’un an, « environ au moment où le maire de l’arrondissement, Réal Ménard, a annoncé qu’il tiendrait des assises sur la gentrification », précise un membre du comité qui a accepté de rencontrer QuartierHochelaga sous le couvert de l’anonymat.

Le site Web du comité se veut comme une plate-forme d’information et de diffusion de contenu sur la gentrification. « Ce que nous nous sommes donné comme but à Chlag.info, ce n’est pas de se positionner comme un groupe d’experts qui fait des recommandations, mais c’est de mettre les gens en mouvement, de faire prendre en compte la réalité de la gentrification et que c’est une réalité à laquelle il faut s’opposer », poursuit-il.

Toujours selon ce même membre, ce qui différencie idéologiquement Chlag.info des autres groupes communautaires serait le lien qu’ils font entre le capitalisme et la gentrification. « On croit que la gentrification est une facette du capitalisme, c’est en ce sens-là qu’on lutte contre elle, explique-t-il. Si ça se passe en ce moment, c’est parce que le capitalisme est dans une phase où les villes se doivent d’avoir un branding, qu’elles se font compétition internationalement et que pour elles c’est important d’avoir une image de marque ».

Quant à la position du comité concernant les assises sur la gentrification, elle est claire : ils ne voient pas la pertinence d’attendre après des gens qui font des études vu la vitesse à laquelle se met en place le phénomène. « Ça sert à quoi au bout du compte ? Dans cinq ans, ça va être trop tard, il n’y aura plus personne qui aura les moyens de vivre dans le quartier », s’exclame le membre de Chlag.info. « Nous préférons prendre le pari que l’on va pouvoir mobiliser les gens du quartier à lutter et à venir aux assises,  à venir à l’extérieur, à venir manifester, à se mettre en mouvement pour dire qu’ils veulent des changements », ajoute-t-il.

Une ouverture

Questionné sur le concept de mixité sociale, le membre du comité explique qu’elle est selon lui qu’un argument dans un discours de légitimation de la gentrification. « Ça ne veut pas dire que l’on est contre les individus qui viennent s’installer ici. Toutes les personnes devraient se mettre en lutte, même si elles vivent dans un condo, du moment où elles veulent d’un monde dans lequel toutes les personnes peuvent vivre dignement. Si elles veulent lutter avec nous, on ne va jamais être fermé », nuance-t-il.

Si l’équipe de Chlag.info est pour le moment un groupe plutôt hermétique, c’est parce qu’ils n’ont pas encore trouvé la bonne formule pour que les gens s’y impliquent davantage, mais ils y réfléchissent. « À plus long terme, nous voudrions créer des groupes de travail pour que les gens puissent s’y rencontrer et créer des espaces où lutter contre la gentrification », mentionne-t-il.

Beaucoup de travail reste encore à faire pour le Comité hochelaguien de lutte anti-gentrification, mais une chose est certaine pour ce dernier : la gentrification ne sera pas stoppée par les personnes qui l’ont initiée.

A propos Raphaëlle Ritchot

Raphaëlle Ritchot
Raphaëlle est étudiante en journalisme à l’UQAM, fraîchement revenue d’un séjour en Suède où elle y a étudié les études du genre. Elle vient de s’installer tout près d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier qu’elle ne peut attendre de mieux connaître.

2 Commentiares

  1. «Dans cinq ans, ça va être trop tard, il n’y aura plus personne qui aura les moyens de vivre dans le quartier »

    Encore des messages apocalyptiques de la gauche ultra pour faire peur au monde: Ça fait 15 ans qu’on présente Hochelaga-Maisonneuve comme le futur Plateau, or force est de constater qu’il y a encore un gouffre qui les sépare.

  2. Le terme « hochelaguien » existe-t-il réellement? Je crois plutôt qu’il faut utiliser « hochelagais » non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.