Accueil / Citoyenneté / La cité logistique ira à l’OCPM

La cité logistique ira à l’OCPM

D’un commun accord, Réal Ménard, maire de l’arrondissement Mercier−Hochelaga-Maisonneuve, et Denis Coderre, maire de Montréal, ont décidé de mandater l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) pour organiser une consultation sur la Cité logistique L’Assomption du Port de Montréal (CLAP).

Le mandat de cette consultation n’a pas encore été défini. Une chose est sûre, Réal Ménard ne souhaite pas remettre en question la vocation industrielle du site qui, selon lui, fait consensus.

« Le processus règlementaire est enclenché grâce au Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA). Une fois le PIIA voté en conseil d’arrondissement, le comité exécutif de la ville de Montréal donnera un mandat à l’OCPM », explique Réal Ménard.

Présenté au prochain conseil d’arrondissement, le PIIA établit les règles architecturales pour les entreprises qui veulent s’installer dans la CLAP. Cependant, l’entreprise Ray-Mont Logistics a déjà déposé un projet avant que le PIIA ne soit voté. De ce fait, elle ne sera pas soumise au futur règlement.

5000 signatures

Depuis deux mois, des citoyens du groupe « 5000 signatures pour MHM » se mobilisent pour obtenir une consultation de l’OCPM. Patricia Clermont, membre de ce groupe, a accueilli la nouvelle avec étonnement. Si son groupe semble avoir atteint son objectif, elle reste attentive au cadre que va imposer la mairie à cette consultation. Elle souhaite discuter de l’intégration de la CLAP dans l’arrondissement, mais aussi du type d’industrie qui va s’y installer. « Est-on obligé de faire de la logistique comme dans les années 1990 ? Pourquoi ne pas développer des secteurs d’avenir, avec des composantes écologiques, un aspect proactif envers les nouvelles technologies ? », se demande-t-elle.

Le groupe a récolté à ce jour 4000 signatures, sur les 5000 nécessaires à l’organisation d’une consultation publique. Il ne compte pas arrêter leur pétition, malgré l’objectif atteint.

Une pétition influente ?

Pour M. Ménard, la décision de mandater l’OCPM n’a pas été motivée par cette pétition. L’arrondissement n’avait de toute façon aucune obligation d’aller vers l’OCPM une fois les 5000 signatures atteintes. « Les 5000 signatures nous auraient obligés à tenir une consultation dans l’arrondissement, pas à l’OCPM », déclare-t-il, en expliquant que l’OCPM doit être mandaté par le conseil ou le comité exécutif de la Ville et non par un arrondissement.

« Un politicien de métier ne va pas dire qu’il essaie de récupérer les gens. Il ne peut pas non plus être insensible à 4000 noms recueillis en deux mois et demi. Dans une année électorale, 4000 noms, ça compte, surtout quand ça peut se transformer en 6000 le 20 mars », croit Patricia Clermont.

La précédente consultation publique du 28 janvier n’avait pas convaincu les citoyens. Ils avaient été nombreux à réclamer une consultation neutre et indépendante, que peut garantir l’OCPM.

La Cité de la logistique est un vaste projet industriel qui permettra à plusieurs entreprises privées de traiter et d’acheminer des marchandises vers le port de Montréal. Si les acteurs industriels appuient ce projet, de nombreux citoyens s’inquiètent des nuisances occasionnées par ces nouvelles entreprises, situées à proximité de logements.

A propos Simon Mauvieux

Simon Mauvieux
Simon est diplômé de journalisme et étudiant à la maîtrise en science politique. Récemment installé dans le quartier, il se plait à explorer sa vie communautaire et politique. Passionné par le reportage et la photographie, il traine son carnet et son appareil au gré de l’actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *