Accueil / Citoyenneté / CLAP: une consultation publique à l’ambition ambigüe

CLAP: une consultation publique à l’ambition ambigüe

L’avenir de la Cité de la logistique L’Assomption du Port de Montréal (CLAP?) se déterminera le 28 janvier 2017 lors d’une consultation publique voulue par la mairie de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Prenant la forme de divers ateliers et rencontres, la consultation permettra aux participants de discuter de quatre thèmes : le développement durable, l’acceptation sociale (ou mesures de mitigation), l’intégration dans le milieu et le type d’emplois générés. La mairie prévoit aussi recevoir des mémoires jusqu’au 31 janvier. « La consultation doit nous ramener aux préoccupations utiles à la planification du développement du secteur. On veut entendre les commentaires et les suggestions des citoyens », indique le maire Réal Ménard, de l’administration Denis Coderre.

La consultation a été commandée à l’Institut du Nouveau Monde par la mairie sous le nom de Conseil stratégique pour la définition d’une approche auprès des parties prenantes du secteur de la logistique pour un montant de 5000 $ et viserait, selon Projet Montréal, à amadouer les citoyens afin de faire cesser la mobilisation. Le rapport sera remis au maire qui aura un droit de regard sur le contenu. Selon les élus de Projet Montréal, Réal Ménard n’est pas tenu de rendre ce rapport public, mais il a affirmé qu’il le sera.

Mise à jour: Après publication, la mairie a précisé que le rapport demandé sous le nom Conseil stratégique pour la définition d’une approche auprès des parties prenantes du secteur de la logistique a été annulé après une dépense de 900$. La consultation publique a donc fait l’objet d’un autre contrat, toujours auprès de l’Institut du Nouveau Monde.  

Pour l’opposition, cet évènement est une opération de relations publiques. Le comité citoyen 5000 signatures pour MHM abonde également dans ce sens. « On a plus l’impression que c’est un exercice de légitimation plus qu’une consultation publique » dit Luc Gallant, du comité qui récolte des appuis afin d’obtenir la tenue d’une consultation par l’organisme indépendant qu’est l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Cette dernière peut être obtenue par le biais du Droit d’initiative? garanti par la Ville de Montréal.

Visée électorale

Si la rencontre du 28 janvier porte sur les modalités de la CLAP, elle évitera de s’avancer sur le Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) qui réglementera des aspects de construction de la CLAP comme la hauteur des bâtiments ou le pourcentage de verdissement. Un avis de motion pour ce plan est à l’ordre du jour du conseil d’arrondissement du 7 février.

Même si Réal Ménard affirme que le développement de la Cité sera l’un des enjeux majeurs qu’il défendra devant les électeurs en novembre, l’adoption du PIIA est surtout là pour mettre en place un cadre de protection. « Plus tôt nous disposerons de règles du jeu, mieux ce sera. Ce sont des terrains privés et si l’entrepreneur dépose un projet demain, le PIIA encadrera déjà les activités. »

Éric Alan Caldwell, conseiller de Projet Montréal d’Hochelaga, dénonce aussi le manque de planification sur l’ensemble du territoire. « On développe le secteur de L’Assomption Nord sans lien avec ce qu’on fait faire au sud, explique-t-il. Il faut une cohérence dans les projets qui sont définis sur l’ensemble du territoire et en lien avec ce qui existe déjà. La consultation de Réal Ménard, c’est comme si on imposait un projet et qu’on demande aux citoyens comment on le “fitte” avec le reste. »

Consultation indépendante

Projet Montréal demande une consultation indépendante, tout comme le comité 5000 signatures pour MHM. Cependant, faire appel à l’OCPM n’est pas « souhaitable » pour le maire, qui veut agir rapidement sur un dossier pourtant ouvert depuis le 20 février 2012, après l’adoption à l’unanimité par le conseil de Ville de Montréal des orientations stratégiques de ce terrain.

« Il y a une maturité dans les dossiers au nord qu’il n’y a pas au sud. Aussi nous avons deux secteurs physiquement différents : un industriel, l’autre résidentiel » se justifie Réal Ménard sur l’abandon de l’option de réunir les deux secteurs dans une même consultation. Un secteur TOD (Transit-oriented development), quartier orienté vers les déplacements actifs, est prévu autour du métro L’Assomption, mais la carte de la Cité logistique grappille tout de même une partie de ce territoire.

L’opposition critique le fait que les modalités et le mandat de la consultation n’aient pas été décidés et votés lors d’un conseil d’arrondissement. Réal Ménard répond qu’« il y a de l’hypocrisie de la part de certains élus qui s’émeuvent quand des entreprises ferment ou quittent le quartier, mais qui ne soutiennent pas un projet structurant comme celui-ci ». Il ajoute que des rencontres préparatoires avec l’ensemble des élus ont eu lieu avant d’adopter le projet de consultation.

Éric Alan Caldwell indique ne pas être contre la CLAP. « C’est un secteur identifié comme stratégique et il a un réel besoin de logistique. Nous réclamons juste une consultation plus large, tel que demandé par les citoyens, sur ce qu’est ce besoin de logistique et comment nous l’intégrons dans une trame résidentielle et avec la réalité du quartier. »

La CLAP, selon une estimation de la mairie, créerait entre 2000 et 4000 emplois, « accessibles aux gens de notre communauté sans diplôme universitaire », mais n’indique pas la pérennité des emplois, notamment en vue de l’automatisation.

La rencontre du 28 janvier 2017 se déroulera au Plaza Hotel Universel, au 5000 Sherbrooke Est. L’inscription préalable est conseillée.

Photos Mélanie Dusseault et Amélie Desnoyers/QuartierHochelaga

A propos Arnaud Stopa

Diplômé d’histoire et de journalisme, un océan sépare le quartier qui l’a adopté en 2013 et ses origines. Surnuméraire au journal le Devoir, (vidéo) journaliste pigiste occasionnel, critique de musique métal à ses heures perdues, il souhaite faire connaître Hochelaga et son évolution actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *