Accueil / Citoyenneté / Pas de revendication du vandalisme à l’Anticafé

Pas de revendication du vandalisme à l’Anticafé

Aucun lien n’est à faire pour l’instant entre le vandalisme survenu dimanche matin à l’Anticafé et les actions anti-embourgeoisement des mois précédents.

Le propriétaire de l’Anticafé, David Chevrier, a été averti par la police le 12 février que la vitre avant de son commerce avait été brisée durant la nuit de samedi à dimanche. En regardant attentivement les caméras de sécurité, le commerçant a repéré un individu cassant délibérément la vitrine.

« On voit clairement quelqu’un qui s’arrête devant la vitrine, qui se met un objet blanc en métal dans la main et qui fracasse la vitrine », explique David Chevrier.

Le propriétaire de l’établissement, qui est membre de la Société de développement commercial Hochelaga-Maisonneuve (SDC), exclut pour l’instant que l’événement ait un lien avec les actions anti-embourgeoisement des derniers mois.

« D’après moi c’est quelqu’un qui n’a pas aimé le concept du café ou quelque chose du genre », avance-t-il.

Le commerçant a l’intention d’utiliser le service de soutien de la SDC pour les commerçants vandalisés. Ce fond permet d’installer des pellicules de plastique pour mieux protéger les vitrines des futurs vandales.

 

Crédit photo: David Chevrier

A propos Samuel Lamoureux

Samuel Lamoureux
Journaliste, improvisateur à la retraite, Samuel est un passionné de musique électronique, de littérature et de sociologie. Hochelaga-Maisonneuve l'a toujours fasciné par son pôle contre-culturel à Montréal. Rendez-vous au Pizza Piroz pour une discussion sur l'avenir du quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *