Accueil / Élections / Élections 2015 / «Je mange donc je vote» avec les candidats d’Hochelaga

«Je mange donc je vote» avec les candidats d’Hochelaga

Bannière Élections 2015

Erratum: contrairement à ce qui a été écrit, le diner citoyen a été organisé conjointement entre le Chic Resto-Pop et la Table de quartier. Toutes nos excuses.

Dans la foulée de l’initiative canadienne «Je mange donc je vote», le Chic Resto-Pop a organisé un diner citoyen jeudi 15 octobre afin d’inviter les candidats d’Hochelaga à prendre part à une discussion sur l’alimentation, un sujet passé complètement sous le radar médiatique pendant la campagne, tout en partageant un repas avec les résidents du secteur.

Tous les candidats s’entendent, l’alimentation est un enjeu majeur, particulièrement dans Hochelaga et ses déserts alimentaires. Par contre, chaque parti a un plan distinct pour remédier aux lacunes actuelles.

Pour le Parti vert, tout passe par la politique de revenu minimum garanti, puisque la sécurité alimentaire est un enjeu de revenu, explique la candidate Anne-Marie Saint-Cerny. Le projet d’une taxe sur la malbouffe est également envisagé dans la plateforme. «À partir du moment où les fruits et légumes vont coûter moins cher que la malbouffe, instinctivement vont être portés à consommer beaucoup plus de ce qui est nécessaire», estime la candidate verte. Une politique en milieu scolaire est également prévue, pour que tous les jeunes aient les calories nécessaires avant d’aller à l’école.

Simon Marchand
«Il ne faut pas oublier que les aînés qui sont dans une situation de pauvreté comptent beaucoup sur le supplément de revenu garanti pour pouvoir subvenir à leurs besoins» indique Simon Marchand — Crédits Arnaud Stopa/QuartierHochelaga

Le candidat du Bloc québécois Simon Marchand a tenu à rappeler que la sécurité alimentaire est principalement de juridiction provinciale, mais que le fédéral a tout de même son rôle à jouer en la matière. «Il ne faut pas oublier que les aînés qui sont dans une situation de pauvreté comptent beaucoup sur le supplément de revenu garanti pour pouvoir subvenir à leurs besoins en alimentation», rappelle le candidat. Le Bloc québécois s’engagerait ainsi à bonifier ce supplément de revenu garanti en plus d’investir un 400 millions additionnel en logement social, afin que les moins fortunés paient moins du tiers de leur revenu en loyer pour mieux investir dans leur alimentation.

Quant à elle, la députée sortante Marjolaine Boutin-Sweet est demeurée plutôt vague face aux engagements du NPD à ce niveau. «On s’engage à une stratégie en alimentation, mais évidemment avec les provinces, évoque-t-elle. On parle donc aussi de revenu et de santé parce que quand on a des projets en vase clos ou à court terme, ce n’est pas une façon de dépenser l’argent des citoyens», ajoute la candidate orange. «Il faut une vision à long terme.»

Dénonçant la stagnation ou la baisse des revenus de la population sous le gouvernement conservateur, Marwah Rizqy du Parti libéral rappelle un dilemme auquel personne ne devrait faire face. «Ils ne doivent plus être confrontés à un choix difficile comme celui de payer le loyer ou l’épicerie», affirme-t-elle d’emblée. Pour y remédier, il faut donc baisser les impôts, mais également bonifier l’allocation pour enfants, en la rendant non imposable et indexée au coût de la vie. «Pour les personnes de 65 ans et plus, nous augmenterons le supplément de revenu garanti à près de 1000$ supplémentaires», ajoute la candidate.

«Nous voudrions une politique de nourriture universelle pour nourrir tous les enfants à travers le Canada», rêve quant à elle la directrice du Chic Resto Pop, Jacynthe Ouellette. Ici avec la cantine, nous les voyons tous les jours. Le soir, ils n’ont pas de repas, ils ont juste un diner», déplore-t-elle.

Un éléphant dans la pièce

Le candidat conservateur Alexandre Dang ne s’est toujours pas présenté dans la circonscription depuis le début de la campagne, et la candidate libérale a vivement souligné cette absence. Lors de sa prise de parole, elle s’est levée d’un trait pour dénoncer la dernière décennie sous le gouvernement Harper. «Cette chaise vide, ce sont les Conservateurs, a-t-elle scandé. Dix ans d’absence, dix ans sans investissement», a poursuivi Marwah Rizqy, dont le cri du cœur en a surpris plus d’un.

A propos Florence Breton

Hochelagaise depuis quelques mois seulement, Florence a déjà apprivoisé et adopté son nouveau quartier. Elle joint QuartierHochelaga pour la couverture de la campagne électorale fédérale à titre de stagiaire. Passionnée, curieuse et engagée, elle souhaite que les gens du secteur s’intéressent à la vie politique et aux enjeux qui les concernent de près ou de loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.