Accueil / Devenir membre

Devenir membre

La coopérative QuartierHochelaga vous offre la possibilité de vous impliquer dans un projet unique en son genre et d’appuyer celui-ci. QuartierHochelaga (QH) est un média hyperlocal qui optimise la diffusion de l’information locale et des histoires qui façonnent le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Membre de soutien
Le membre de soutien est un individu ou une organisation qui souhaite soutenir la mission et le développement de QH. Pour devenir membre de soutien, il suffit d’en faire la demande et de payer au minimum sa part de qualification de 10 $.

Cette part de qualification — qui n’est pas une cotisation annuelle — est payée une seule fois, lors de la demande d’adhésion. Elle est également remboursée si le membre décide de quitter la coopérative.

Devenir membre de soutien est une excellente façon d’encourager QH et de rester à l’affût des actualités locales.

Devenez-membre-1

Membre producteur
Le membre producteur est un individu qui produit du contenu (écrit, audio, photo, vidéo) et qui est reconnu comme collaborateur régulier de QH. L’admission à titre de membre producteur repose sur certains critères et comprend une période de probation pendant laquelle le membre doit soumettre un minimum de trois réalisations à l’intérieur d’une période de trois mois. La cotisation est fixée à 20 $ et n’est payée qu’une seule fois lorsque les critères sont remplis. Pour obtenir plus d’information sur la façon de devenir membre producteur ou pour manifester votre intérêt à le devenir, contactez-nous à info@quartierhochelaga.com.

Membre travailleur
Le membre travailleur est un employé de la Coopérative QuartierHochelaga. Cette personne occupe un poste permanent dans l’organisation. La part de qualification est fixée à 100 $. Chaque poste de membre travailleur est défini en fonction des besoins et des ressources financières de la coopérative. Pour obtenir plus d’information sur les postes disponibles ou pour manifester votre intérêt à devenir membre travailleur, écrivez-nous à info@quartierhochelaga.com.

Droits et obligations des membres
La coopérative QuartierHochelaga s’assure de respecter les droits de ses membres. Quelle que soit sa catégorie, le membre de la coopérative a le droit :

  • d’être convoqué et de participer aux assemblées générales de la coopérative;
  • d’exercer son droit de vote aux différentes instances;
  • d’élire les membres du conseil d’administration;
  • de poser sa candidature pour être élu au conseil d’administration.

Quelle que soit sa catégorie, le membre a l’obligation :

  • de payer sa part de qualification;
  • d’adhérer aux valeurs de la coopérative;
  • de respecter le règlement de la coopérative.Vous désirez obtenir une copie des règlements généraux? Contactez-nous à info@quartierhochelaga.com

Constitution
La constitution — ou l’obtention des statuts de constitution — d’une entreprise constitue en quelque sorte l’acte de naissance de cette organisation. Une fois constituée, l’entreprise devient une personne « morale » aux yeux de l’État et de la loi. Cette existence propre lui donne des droits et des responsabilités. À l’intérieur du cadre légal, elle peut ainsi acquérir des biens, obtenir des fonds, effectuer des transactions, en son nom propre. La Coopérative QuartierHochelaga a obtenu son statut de constitution le 18 octobre 2013. Comme son nom officiel l’indique, QuartierHochelaga s’est constitué sous la forme juridique de coopérative de solidarité à but non lucratif.

Une coopérative
Une coopérative est une entreprise collective, c’est-à-dire une entreprise fondée et exploitée pour offrir des services à ses membres et à la communauté. Les membres sont les propriétaires de la coopérative (personne morale). Ils en sont aussi les décideurs (ils assurent ce qu’on appelle souvent la « gouvernance » de la coopérative) au sein de deux instances que sont l’assemblée générale des membres et le conseil d’administration. La règle « 1 membre = 1 vote » assure le principe d’équité et d’égalité au sein de l’organisation et fait en sorte que chaque membre a un poids équivalent dans la prise de décision, et ce, indépendamment du capital investi dans l’entreprise. C’est une des règles qui distinguent la coopérative des autres formes d’entreprises capitalistes traditionnelles.

Pour les fondateurs de QuartierHochelaga, la formule coopérative était celle qui permettait le mieux de concrétiser leurs aspirations : permettre la création d’une entreprise (et d’emplois) par et pour la communauté locale.

Une coopérative de solidarité
Il existe plusieurs types de coopératives et celles-ci sont définies principalement en fonction du type de membres qu’elles servent. Il y a ainsi des coopératives de consommateurs (Desjardins, par exemple), des coopératives de producteurs (telles que les coopératives forestières ou agricoles) ou des coopératives de travailleurs (comme celle du Bistro In Vivo). Depuis quelques années, il existe au Québec une forme de coopérative qui permet de regrouper plusieurs types de membres : la coopérative de solidarité. Ce type de coopérative a également l’avantage d’admettre une autre catégorie de membres : les membres de soutien. Un individu ou une organisation qui croit au projet, à l’entreprise, sans y avoir un intérêt direct (notamment à titre de travailleur, de producteur ou de consommateur) peut, par solidarité, devenir membre de soutien de cette coopérative.

Une coopérative de solidarité à but non lucratif
Est-ce à dire que QuartierHochelaga en tant que coopérative de solidarité ne veut pas faire de surplus (c’est le nom que l’on donne aux « profits » dans une coopérative)? Bien sûr que non. QH est une entreprise et, comme toute entreprise, elle souhaite être rentable et dégager des excédents dans le cadre de ses activités. Ce qui en fait une coopérative « à but non lucratif », c’est ce qu’elle a le droit — ou plutôt ce qu’elle n’a pas le droit — de faire avec ses surplus. En tant que coopérative de solidarité à but non lucratif, QH est ainsi tenu de réinvestir tous ses surplus dans l’entreprise : elle ne peut donc pas verser à ses membres ses surplus (qu’on appelle alors des « ristournes ») comme le font d’autres coopératives.