Accueil / Culture / Festival Porc-épic: Voir ou revoir des films d’ici

Festival Porc-épic: Voir ou revoir des films d’ici

Le festival Porc-épic – Le cinéma qui démange propose jusqu’au 28 mai le visionnement de films d’auteurs québécois à la Station Vu et à la Maison de la culture Maisonneuve. L’évènement vise à rendre accessibles les films passés en coup de vent sur les écrans et qui forment le bagage cinématographique québécois de l’année.

Le lancement du festival avait lieu le 24 mai, sous l’égide de Juste la fin du monde, de Xavier Dolan. Si le « gros titre » avait pour objectif d’attirer les spectateurs au premier soir, d’autres œuvres de moindre ampleur seront également diffusées.

Des courts-métrages peu connus seront notamment à l’honneur. « Le cinéma de répertoire est de moins en moins distribué, et c’est une manière d’y remédier. On croit que la culture est un projet de société, et qu’il faut la mettre de l’avant », explique l’agent culturel de la Maison de la culture Maisonneuve, Pierre Larivière.

Porc-Épic propose de créer dès maintenant un momentum pour le Gala Québec Cinéma 2017 du 4 juin prochain. Par la diffusion sur grand écran de certains des films nominés, les ciné-clubs locaux Station Vu et Caserne 45 ainsi que les maisons de la culture Maisonneuve et Mercier espèrent rejoindre un plus large public.

« C’est important que les gens voient le cinéma d’auteur sur grand écran. C’est aussi important que les cinéastes viennent rencontrer le public, et nous, en tant qu’agent de diffusion, on a un rôle à jouer là-dedans », estime Pierre Larivière. Depuis sa création, il y a quatre ans, la signature distinctive de la Caserne 45 est de proposer un espace de discussion entre créateurs et spectateurs à la suite du visionnement du film.

La formule sera reprise à Porc-Épic avec, notamment, la porte-parole de l’évènement, Emmanuelle Lussier-Martinez. Actrice dans deux des films à l’affiche, Les Mauvaises Herbes et dans Ceux qui ont fait les révolutions à moitié n’ont fait que creuser leur tombeau, elle se prête à l’expérience avec plaisir. « Il faut célébrer les tentatives d’attirer du monde dans les salles de cinéma. Si je peux y faire quelque chose, allons-y ! » conclut-elle.

Faire la fierté du quartier

Peu d’endroits à Montréal possèdent un aussi important regroupement d’organismes luttant pour le cinéma de répertoire que Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. « Le projet combine différentes approches. La Station Vu est un cinéma de quartier indépendant, plus petit en taille. Par contre, en termes de passion et d’expertise cinématographique, c’est assez incroyable. Il y a aussi deux institutions publiques de plus grande ampleur, et ce regroupement donne des moyens », constate l’une des organisatrices du projet, Fleur Zambaux. Elle-même est venue directement de France pour réaliser un stage au Québec, qui a débuté avec Porc-Épic.

« Pour moi qui ai grandi ici, il y a quelque chose de viscéral à soutenir ce qui se passe dans le quartier et à y développer des éléments de fierté », raconte Pierre Larivière. Au-delà du nombre de gens qui assisteront aux projections dans le cadre du festival, il souligne l’importance de la solidarité qui émane d’un tel projet et qui peut se prolonger à long terme. « Le projet a lieu dans l’arrondissement, mais il n’est pas fermé sur soi. On a intérêt à faire valoir que ça se passe chez nous, et qu’on peut recevoir du monde de partout, même d’ailleurs que Montréal », explique-t-il.

En gardant en tête pour qui et pourquoi Porc-Épic a vu le jour, l’agent culturel espère qu’il s’agisse seulement du début de l’aventure, et que d’autres éditions suivront. D’ici là, la programmation est accessible en ligne sur le site d’Accès Culture, jusqu’au 28 mai.

Crédit photo: Mélanie Dusseault

A propos Ericka Muzzo

Ericka Muzzo

Nouvellement installée à Hochelaga-Maisonneuve, Ericka est étudiante en journalisme à l’Université du Québec à Montréal. Elle se passionne pour ces histoires en apparence banales qui épicent la vie et créent des ponts entre nous, individus à la fois si uniques et pourtant si semblables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *