Accueil / Culture / Le citoyen culturel

Le citoyen culturel

Cette chronique est le reflet de l’opinion de son auteur, Léopol Bourjoi. QuartierHochelaga ouvre son espace à cet Hochelagais plasticien une fois aux deux semaines.

Autoportrait-Rembrandt

Lorsque les Occidentaux sont arrivés en terre d’Amérique, ils y ont trouvé les Autochtones qui y étaient déjà depuis quinze mille ans. Durant quinze mille ans, ces chasseurs-cueilleurs comme nous, autochtones par ailleurs, ont tout bonnement poursuivi avec succès, pour eux et leur environnement, leur évolution naturelle. Ce « tout bonnement » est en anthropologie (Edward T. Hall) une société à haute complexité sociale horizontale de type polychrone : un monde dans lequel chacun est plus ou moins d’égale importance.

Je suis d’Hochelaga-Maisonneuve. Ce quartier est mon « tout bonnement ».

L’année dernière, j’ai voulu voir si la pulsion de constructeur du monde concret d’un quartier ouvrier pouvait au XXIe siècle se muer en capacité de construire matériellement le monde culturel par l’art.

J’ai proposé aux forces vives du quartier, à des citoyens d’Hochelaga-Maisonneuve, de collaborer spontanément avec moi, ouvrier artiste du quartier, à la création d’une œuvre monumentale d’art public (mon prochain texte).

Cette sculpture de plus d’une tonne et demie d’acier et dix tonnes de sens a été présentée pour la première fois le 1er octobre dernier à la Maison de la culture Maisonneuve.

Comme l’odeur du parfum qui ne peut être odeur sans le liquide. Sans la chimie des molécules odorantes, depuis Freud, la psychologie est devenue bio psychologie. Ce qui a fait l’organe à penser se voit à son identité et à sa psychologie.

Il en est de même pour l’identité de tous et pour le sens de l’art. L’un comme l’autre est d’abord organisme vivant portant du sens ou objet portant du sens. Tout simplement parce que le deuxième est expression du premier ; il est une sorte de « doppelgänger », un double porteur de sens humain.

En société, la part des émotions, de l’inconscient (affects en psychologie) et bien d’autres parts de l’humain en sont réduits à s’exprimer à travers le dominant et verbeux cerveau gauche. (vidéo en anglais).  Il y a près de 3750 ans, Hammurabi, alors roi de Babylone a fait inscrire deux cent quatre-vingt-neuf édits dans le basalte.

Van Gogh Oeil

Le Code d’Hammurabi fut en usage durant mille ans. Tous devaient se comporter et agir comme Hammurabi l’avait déclaré. Une recette qui, ayant eu beaucoup de succès, est toujours en usage dans toutes les sociétés à contexte social pauvre, ce qui est le propre des sociétés à organisation verticale pyramidales monochrones (Edward T.Hall, le langage silencieux. / Au-delà de la culture). Notre premier ministre même ne nous a-t-il pas, il y a peu de temps, reproché à tous de manquer de maturité parce que nous, Québécois polychrones, ne respectons pas en toutes occasions les diktats du cerveau gauche ?

La manière logico-mathématique du cerveau gauche où siège la circonvolution de Broca et l’aire de Wernicke , principaux organes locuteurs, ne suffit pas à l’art. L’art a d’autres manières de vivre, d’autres moyens d’expression.

Les principaux outils de l’art sont l’inconscient (Allan N. Schore, La régulation affective et la réparation du soi) et les émotions (Antonio Damasio, Self Comes to Mind: Constructing the Conscious Brain). L’art et la poésie sont essentiels pour que notre présence à nous-mêmes, au monde et notre rapport à la société soient entier.

Au XVIIe siècle, Rembrandt a peint près de quatre-vingts autoportraits qu’on dit clairs obscurs. Clair-obscur n’est que style et manière. Ces autoportraits n’étaient pas que narcissisme. Ils étaient surtout représentation de ce que l’artiste et son monde ne comprenaient pas de la nature humaine qui n’est pas qu’apparences, ce qui pour tous, à cette époque, était dans l’ombre.

L’art n’a pas cessé de fouiller l’ombre pour en extraire le sens et y apporter l’éclairage qui nous est à tous essentiel. Van Gogh a-t-il été ignoré à son époque parce qu’il a osé aller plus profondément dans l’ombre? Par conséquent, faire de l’art sur commande en suivant une théorie du cerveau gauche ou l’autre est-il vraiment de l’art ?

Depuis le 1er décembre dernier, un nouveau citoyen culturel a trouvé sa place sur le terrain donnant sur la rue Dézéry à la droite  de l’église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge. Ce citoyen culturel se reconnaît à la poésie qu’il porte. Il est tout bonnement, du moins je l’espère, expression de ce qui a fait du quartier Hochelaga-Maisonneuve ce qu’il est.

Naitre-Citoyen-Culturel

A propos Léopol Bourjoi

Pour le quartier Hochelaga-Maisonneuve, Bourjoi est l’ouvrier artiste. Il a depuis 1968, à 18 ans, présenté ses œuvres dans plus de 80 expositions solos et de groupe à Montréal, Laval, Québec, Labrador City et Washington. Durant un quart de siècle, il a parcouru usines et chantiers pour y apprendre les métiers et les valeurs des ouvriers qui construisent le monde matériel pour tous. À la fin de cette exploration, afin de valider son parcours d’artiste autodidacte, Bourjoi a à 46 ans obtenu une maîtrise en arts plastiques de l’UQAM. Depuis 2001 il produit ses oeuvres dans le bel atelier qu’il a construit de ses mains dans le quartier Hochelaga (son quartier) en 2000. Depuis il exprime par ses œuvres de plasticien et son écriture, la culture et les valeurs qu’il a adoptées.

2 Commentiares

  1. Le lien vers la Video en anglais mentionnée au 8e paragraphe près de l’œil de Van Gogh https://www.ted.com/talks/iain_mcgilchrist_the_divided_brain

  2. Comme ils disent
    (when nothing goes right, go left.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *