Accueil / Vivre dans Hochelaga / Lallemand, plus de 100 ans dans le quartier

Lallemand, plus de 100 ans dans le quartier

banniere-hist

Le samedi 2 juin, l’usine Lallemand, rue Préfontaine, inaugurait une sculpture commandée au sculpteur-ouvrier Léopol Bourjoi. Dans cette sculpture intitulée « Tryptique », le nom de 105 employés ayant cumulé plus de 25 ans de service sont inscrits sur le panneau central. La sculpture est installée du côté nord de l’usine, face à la Place des réceptions.

C’est là une belle occasion de rappeler l’histoire de cette usine, présente dans le quartier depuis plus de 100 ans.

Il faut remonter au 19e siècle pour retrouver l’origine de cette entreprise. Le fondateur de l’entreprise, Fred A. Lallemand, est d’origine allemande. Son véritable nom est Frédéric Alfred Schürer, dit Lallemand. Dans les registres paroissiaux, on a l’habitude d’écrire Serrurier comme nom de famille. Fred A. Lallemand est né vers 1858, à Montréal, d’un père charretier. Celui-ci deviendra un prospère marchand de chevaux d’abord installé à Saint-Lambert pour ensuite revenir à Montréal.

Dès 1878, Fred A. Lallemand fonde un commerce d’importation d’articles de quincaillerie, rue Notre-Dame. En 1890, il fonde une manufacture qui fabrique un gras végétal appelé Creamio, produit en grande partie utilisé par les boulangers américains. À partir de 1895, on le retrouve à Rouses Point dans l’État de New York, son produit ayant connu un franc succès. Il revient à Montréal vers 1904 et ouvre l’entreprise Imperial Refining Co., rue Duluth. L’année suivante, l’entreprise prend le nom de F.A. Lallemand Refining Co. dont la seule actionnaire est Marie Albertina Laurendeau., épouse de Lallemand.

En 1912, l’entreprise veut s’agrandir et achète des terrains, rue Préfontaine. En octobre de la même année, on annonce la construction d’un édifice de 3 étages et demi pour un coût estimé de 6 000$. L’usine entre en opération l’année suivante. On la voit d’ailleurs sur l’atlas de 1914. Une nouvelle compagnie limitée, la Fred A. Lallemand Refining Company of Canada Limited est fondée en février 1915 avec un capital-actions de 250 000$. Elle est formée de Fred A. Lallemand, son épouse et ses fils Fredéric Alfred, gérant des ventes, Rémus, gérant de l’usine et Albert, comptable. Cette deuxième compagnie Lallemand achète de la première le terrain et l’usine pour la somme de 100 000$.

Lallemand crée ensuite un accélérant pour la fermentation, ajoute le sirop de malt à sa production et commence à importer de la levure des États-Unis pour sa clientèle. La compagnie commence à fabriquer sa propre levure en 1923, faisant concurrence à la grande compagnie américaine Fleischmann.

En 1933, deux événements importants surviennent. D’abord, la mort du fondateur en décembre, à la suite de quoi la compagnie est reprise par la seconde génération de Lallemand. Ensuite, l’arrivée du Dr Vladimir Cherney pour diriger le laboratoire de la compagnie. Les frères Lallemand vendront ensuite la compagnie à une compagnie dirigée par le financier Jean-Louis Lévesque, en 1947. Cinq ans plus tard, Lallemand passe aux mains de Roland Chagnon, dont la famille est d’ailleurs toujours propriétaire de l’entreprise. Lallemand est maintenant une multinationale possédant de nombreuses filiales principalement en Europe, mais également en Amérique du Sud et en Chine.

Derrière Lallemand, rue Moreau, on peut voir une petite ligne de chemin de fer par laquelle la compagnie reçoit et expédie ses produits. C’est la dernière partie du chemin de fer de la Great Northern, devenue le Canadien National, qui traversait le quartier d’ouest en est. Cette emprise ferroviaire est devenue un lien vert.

A propos André Cousineau

André Cousineau
André Cousineau a participé à la rédaction de plusieurs brochures sur l'histoire du quartier. Il est maintenant responsable du site de l'Atelier d'histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (https://ahmhm.wordpress.com). Cet organisme, qui existe depuis 1979, s'est donné comme mandat de protéger le patrimoine de l'arrondissement et de diffuser, par tous les moyens possibles, l'histoire urbaine de ce quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.