Accueil / Citoyenneté / Le budget participatif est lancé dans Mercier-Ouest

Le budget participatif est lancé dans Mercier-Ouest

Annoncée depuis l’automne dernier, la campagne de participation et de mobilisation du budget participatif est officiellement lancée dans Mercier-Ouest. Ainsi, ce sont 350 000$ qui seront mis à la disposition des citoyens pour la réalisation du projet de leur choix.

Un budget participatif est essentiellement l’idée de redonner aux citoyens le pouvoir de décider eux-mêmes comment sera dépensé l’argent public. Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (MHM) devient le premier arrondissement de Montréal à lancer un budget participatif d’une telle envergure. Si le processus ne concerne pour l’instant que Mercier-Ouest, l’expérience attendra les autres quartiers dans les prochaines années si l’initiative est un succès.

Pour le maire de l’arrondissement MHM, Pierre Lessard-Blais, l’objectif du budget participatif est de redonner du pouvoir dans les mains du citoyen. « On veut revitaliser notre démocratie et renforcer le tissu social », lance-t-il. Celui-ci s’attend à ce qu’au moins 1000 personnes participent aux étapes du projet. Justement, quelles sont ces étapes ?

Les conseillères Suzie Miron, Karine Boivin-Roy et Laurence Lavigne Lalonde et le maire de l’arrondissement Pierre Lessard-Blais.
Crédit Mélanie Dusseault

Comment ça marche ?

Les résidents de tout âge pourront s’impliquer tout au long de la démarche du projet, de l’idéation à la réalisation, en passant bien sûr par le vote. La première étape est donc d’avoir une idée et de la proposer sur la plateforme participative Réalisons Mtl. La collecte des idées commence dès maintenant, le 1er mars, et se poursuit jusqu’au 1er mai.

Pour ceux qui n’ont pas le temps ou l’énergie pour formuler une proposition complexe, l’Arrondissement organisera des séances d’idéation pour permettre aux gens de définir leurs projets. « Ça a été pensé pour permettre à tous les résidents de l’arrondissement, sans restriction d’âge et peu importe leur bagage culturel ou leur niveau de connaissance des instances municipales, d’y contribuer », explique Pierre Lessard-Blais.

Pendant l’été, les employés de l’Arrondissement examineront la faisabilité des projets et surtout si ceux-ci rentrent dans le budget de 350 000$. Les projets retenus seront ensuite soumis au vote – autant physique qu’électronique – des citoyens de l’arrondissement. Les élus espèrent que l’idée ou les idées retenues pourront se concrétiser en 2020 ou en 2021.

Quels projets possibles ?

Tous les projets sont possibles. Le maire évoquait même dans une entrevue cet automne le fait qu’une proposition de poulailler public pourrait être prise en considération. Parmi les idées qui circulent, celui-ci mentionne également un jardin communautaire, une place publique ou encore la rénovation d’une aire de jeu pour enfants.

En ce sens, les idées peuvent prendre n’importe quelle forme mais doivent obligatoirement s’inscrire au Programme triennal d’immobilisation de l’Arrondissement, c’est-à-dire que celles-ci doivent être liées à l’acquisition de biens durables ou à la réalisation de travaux d’infrastructures.  C’est donc dire que les projets proposés ne peuvent pas être éphémères : ils doivent rester au minimum quelques années dans le quartier.

La conseillère de Maisonneuve–Longue-Pointe, Laurence Lavigne Lalonde, estime que le district Mercier-Ouest pourra être propice à la mise en œuvre de multiples initiatives. Celle-ci veut stimuler le dynamisme et la cohésion de ce territoire. « On aimerait ça que les citoyens de cet ensemble hétéroclite réussissent à travailler ensemble et décide ensemble ce serait quoi les priorités pour les projets qu’on aimerait mettre de l’avant », explique-t-elle.

En commentaire de notre dernier article sur le sujet plusieurs citoyens avaient manifesté de l’enthousiasme pour un projet de refuge pour animaux. « Je vote pour la mise sur pied d’un refuge animal dans MHM, ça manque terriblement. Il n’y en a aucun et les animaux sont très populaires dans MHM », propose Alex Nadeau. Cette proposition est recevable, encore faut-elle qu’elle rentre dans le budget. À vos crayons citoyens !

A propos Samuel Lamoureux

Samuel Lamoureux
Journaliste, improvisateur à la retraite, Samuel est un passionné de musique électronique, de littérature et de sociologie. Hochelaga-Maisonneuve l'a toujours fasciné par son pôle contre-culturel à Montréal. Rendez-vous au Pizza Piroz pour une discussion sur l'avenir du quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.