Accueil / Sport / Le Club Soccer MHM est en période de recrutement

Le Club Soccer MHM est en période de recrutement

Il y a désormais presque cinq ans que le Club Soccer Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (CSMHM) a refait peau neuve avec une nouvelle administration, qui a revu la mission du club et qui s’est penché sur sa gestion. Redresser le club n’a pas été chose facile pour Shantall Légaré, sa nouvelle présidente, mais celle-ci estime y être parvenue et gérer aujourd’hui un club beaucoup plus sain.

« Quand j’ai repris le club, il y avait environ 40 000$ de dette. […] En 2009 environ, c’était monté jusqu’à 100 000$. La Ville a été obligée de mettre la clé dans la porte, pour repartir à zéro », se rappelle Shantall Légaré. Pour éponger la dette, il a fallu couper partout, « sauf dans les services aux jeunes », précise-t-elle. Si bien qu’en 2014, six mois après son entrée en poste, le compteur était à zéro et l’équipe administrative se voyait mériter le prix d’Administrateur de l’année.

La présidente du Club Soccer Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Shantall Légaré.

Rejoindre la périphérie

« Quand on a mis la clé dans la porte, il y a eu un exode de joueurs qui étaient tannés des problèmes administratifs. Là, on les revoit revenir tranquillement », se réjouit Shantall Légaré. Pour le CSMHM, l’un des principaux défis demeure de rejoindre les jeunes aux extrémités de l’arrondissement, notamment dans Hochelaga.

« On est probablement l’arrondissement avec le plus de terrains à Montréal; on en a 17, précise la présidente. Malheureusement, les jeunes qui partent jouer ailleurs, parce qu’ils ne nous connaissent pas, passent à côté de ça. » Le nombre peu élevé de terrains de soccer à Montréal est un enjeu pour ceux qui pratiquent ce sport et qui sont à la recherche d’un endroit où jouer. « Dans notre secteur, on a accès aux terrains de l’Impact de Montréal. Les jeunes de l’arrondissement qui vont dans un autre club passent à côté de l’opportunité de fouler les mêmes terrains que les joueurs professionnels ! Pour un enfant, c’est wow. Quand, en pleine pratique, les joueurs de l’Impact passent et leur font des bye-bye, les enfants sont super excités », raconte Shantall Légaré.

Avec environ 900 jeunes, le CSMHM peut encore accueillir de nouveaux joueurs. « On veut donner le plus de services au plus de gens possible », précise la présidente, toujours en recrutement.

Le jeu avant l’enjeu, plus qu’une devise

Le slogan du club, explique Mme Légaré, signifie que sur le terrain, « c’est la même chose pour tout le monde. Chaque jeune a le droit au même temps de jeu, qu’il soit bon ou pas, parce que ce n’est pas en restant sur le banc qu’il va s’améliorer. »

Que les entraîneurs comprennent bien leur mission est central pour le club. « Plus encore que le soccer, on offre au jeune du soutien et une discipline de vie. On a des jeunes avec du potentiel qui veulent mettre les pieds sur un terrain de soccer au lieu de traîner dans la rue », s’enthousiasme Shantall Légaré.

L’une des facettes importantes du club est qu’il est un organisme à but non lucratif, et qu’il propose du financement pour les familles qui ne peuvent pas défrayer les coûts de saison. Grâce à plusieurs partenaires et commanditaires, de nombreux jeunes peuvent jouer chaque année sans avoir à débourser, pour peu qu’ils se qualifient au gabarit de la Fondation Bon Départ.

« Il n’y a aucune raison qu’un jeune ne puisse pas jouer chez nous », affirme la présidente. Avec plusieurs catégories dans les volets récréatif et élite, pratiquement tout le monde peut trouver son compte, des 4 ans aux seniors.

Pour les années à venir, le but du club sera de développer encore le volet élite. « On a stabilisé la base. Maintenant, on aimerait se positionner aux niveaux régional et provincial », explique Shantall Légaré. Cela veut aussi dire de tisser une collaboration encore plus étroite avec l’Impact, réelle source d’admiration et de motivation pour les jeunes du CSMHM.

« Quand on a choisi de s’impliquer, il y a cinq ans, on s’est dit qu’on le faisait à fond, qu’on était là-dedans par-dessus la tête. Tous les gens investis dans le club le font pour les enfants. Le succès du club repose entièrement sur la vocation et sur les compétences des bénévoles et des gestionnaires », conclut la présidente, confiante.

Crédit photo: Ericka Muzzo

A propos Ericka Muzzo

Ericka Muzzo
Nouvellement installée à Hochelaga-Maisonneuve, Ericka est étudiante en journalisme à l’Université du Québec à Montréal. Elle se passionne pour ces histoires en apparence banales qui épicent la vie et créent des ponts entre nous, individus à la fois si uniques et pourtant si semblables.

Un commentaire

  1. Comment faire pour evoluer zu seins dd vos rang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.