Accueil | Dossiers | Le diocèse muet face au vandalisme

Le diocèse muet face au vandalisme

Tres-Saint-Nom-de-Jésus

Quand je regarde dehors par ma fenêtre dans la cuisine, elle me fixe au loin. Je lui jette un regard rapide en me rendant au coin de la rue pour prendre l’autobus. Elle est seule et abandonnée, c’est un peu triste tout ça. L’Église Très-Saint-Nom-de-Jésus est victime d’une augmentation apparente de vandalisme depuis quelques semaines. On remarque plus de graffitis et plus de vitrines cassées — les différentes cages d’escaliers se transforment parfois aussi en abris de fortune pour quelques sans-abri qui cherchent à s’abriller du froid. L’église est dans un état lamentable.

Je me suis posé la question à savoir qui était responsable du bâtiment — nous savons maintenant qu’il y a un OSBL qui, je l’espère, prendra sous peu les choses en main pour redévelopper l’église – mais en attendant, qui s’en occupe?

Et bien ce fut complexe, mais après quelques coups de fil, j’apprends enfin que le bâtiment appartient toujours au diocèse de Montréal. Mme Lucie Martineau, directrice des communications au sein du diocèse me l’a confirmé au téléphone. Par contre, madame Martineau semblait surprise d’apprendre que l’église était victime de vandalisme. Voyons donc, un bâtiment abandonné en plein Hochelaga-Maisonneuve c’est un peu comme un canevas vierge pour les jeunes tagueurs du quartier. On s’entend là…

J’ai demandé à madame Martineau ce que le diocèse comptait faire afin de réparer les dégâts et surtout pour enlever les graffitis; on sait qu’un graffiti en attire un autre, alors il faudrait bien les enlever rapidement non? La directrice des communications du diocèse m’a indiqué qu’elle devait se renseigner davantage avant de me répondre, qu’elle allait me rappeler lundi — lundi est passé, je n’ai jamais eu ma réponse. Un silence qui en dit long.

Le diocèse veut-il simplement relayer les coûts des réparations aux futurs propriétaires?

Chose certaine, dans son état actuel, l’église n’inspire pas confiance ni sécurité pour les résidents qui habitent près d’elle. C’est dommage pour un lieu qui de par sa vocation originale est censé être rassembleur.

A propos de Jean-Pierre J. Godbout

Jean-Pierre J. Godbout
Rédacteur en chef de QuartierHochelaga, junky de politique et d’urbanisme, Jean-Pierre prend un plaisir fou à découvrir les belles et bonnes choses qui l’entourent dans le quartier qu’il habite; Hochelaga-Maisonneuve. Franco-ontarien déraciné, il détient un baccalauréat en communication sociale de l’UQTR et travaille actuellement une maîtrise en administration publique. Il œuvre dans le domaine des relations publiques et des communications depuis près de 10 ans au sein d’institutions gouvernementales et communautaires.

5 commentaires

  1. Pour avoir déjà dû faire face à un problème de graffiti, je sais qu’ils sont plus dur et coûteux de les enlever l’hiver, car il faut un produit spécial et un système de sablage à pression. L’été, cela ne coûte que le savon pour les enlever.
    L’église est en mode survit, car elle coûte très cher au diocèse à chauffer. C,est quelque chose comme 60 milles par année. Il s’agit d’une très vieille église avec des plafonds de 70 pieds, elle est alors dure à convertir en une autre fonction. Elle est chiffrée à 6,44 millions si je me souviens bien. Elle abrite aussi un orgue Casavant patrimonial qui ne peut être déplacé, car les orgues Casavant sont fait sur mesure. Cela complique donc un peu le dossier.
    Des organismes sont en pour parlé présentement pour tenter de préserver ce monument (église et orgue), mais cela peut être long vue qu’elle est difficilement transformable. Je viens d’arriver dans le quartier comme organisatrice communautaire, et cette église fera probablement partie de mes suivis.

  2. Bonjour, l’organisme Y’a quelqu’un l’aut bord du mur enleve les graffitis gratuitement pour tout le secteur MHM, en 2012 nous sommes intervenus à plusieurs reprises à L’Église Très-Saint-Nom-de-Jésus. La feuille de consentement pour les opérations est encore valide. Nous sommes présentement fermés pour la période hivernale. Mais je peux vous assurer que l’Église est sur la liste prioritaire lorsque la saison rouvrira. pour de plus ample renseignement appelez-nous au 514-529-2023 poste 221

  3. Pierre R Chantelois

    Il y a longtemps que l’église de Montréal et la mairie de l’arrondissement ont abdiqué leurs responsabilités de protéger le patrimoine architectural et le patrimoine végétal. Le quartier perd d’années en années ses attraits résidentiels et une certaine qualité de vie. Une dégradation longue et profonde qui fera de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve un désert culturel.

  4. C est drole comme les choses peuvent changer. Jai travaille pres de 20 ans comme animateur en loisirs au sous sol de cette eglise, a l epoque un organisme sans but lucratif soutenait les activites de loisirs et de nombreux jeunes et adultes ont profite de leurs services. A l epoque des sommes importantes ont ete depensees pour la renovation des grandes orgues,un comite du centenaire d Hochelaga Maisonneuve avait ete forme on y retrouvait en autre M Laurent Blanchard qui est presentement au comite executif de la Ville de Montreal. M Real Menard maire de l arrondissement s occupait de l atelier d histoire d Hochelaga Maisonneuve et le quartier lui tenait a coeur.. Mme Louise Harel etait la depute du quartier.Le clerge profitait d une location interessante.
    Que reste-t-il aujourd hui…
    Est-t-il encore possible de sauver ce batiment….
    Qui peut intervenir….
    On se renvoit la balle, le municipal…. le clerge….le provincial….
    Qui pourait faire quelque chose pour cette structure, chose surprenante on retrouve trois anciens defenseurs de la paroisse au municipal.
    Il est peut etre encore le temps d agir….

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>