Accueil / Citoyenneté / Le PIIA devra patienter

Le PIIA devra patienter

 

La Cité de la logistique L’Assomption  du Port de Montréal (CLAP) pourrait être rebaptisée. C’est entre autres ce qu’ont demandé les citoyens présents le 23 mars à la consultation sur le Plan d’intégration et d’implantation architecturale (PIIA) du secteur, dont l’adoption au mois d’avril semble désormais incertaine.

« On met du glaçage sur un gâteau qui n’est pas encore fait », a résumé Émilie Dupuis, résidente de l’une des deux enclaves du secteur. Ils ont été plusieurs citoyens à participer à l’exercice de consultation publique, mais sans pour autant cautionner la vision d’ensemble de la CLAP..

« D’accepter le PIIA, ça serait de donner l’aval au projet alors qu’il n’a pas encore été étudié sérieusement dans un processus de consultation publique formelle et d’étude d’impacts », explique Amélie Desnoyers du comité 5000 signatures pour MHM. Le PIIA vient ajouter à la réglementation actuelle, sur un certain territoire, mais c’est la réglementation même que plusieurs citoyens voudraient voir modifiée. Le « normatif », dans le jargon urbaniste.

 

Prendre du recul

Les citoyens présents le 23 mars ont largement démontré leur désir d’avoir des études préalables sur le terrain afin d’identifier les conditions de vie actuelles des résidents du secteur de la CLAP. « Il n’y a pas eu de planification en amont du projet. Ça aurait pris une planification d’ensemble qui soit faite beaucoup plus tôt », déplore Amélie Desnoyers. Sans cela, la planification actuelle semble se faire à tâtons. « C’est un acte de foi que vous demandez aux citoyens », a exprimé Jean Lapointe, président du Collectif en environnement Mercier-Est.

Or, les citoyens requièrent plutôt un projet participatif, commun, qu’ils pourront cautionner et qui améliorera la qualité de vie des résidents plutôt que l’inverse.

L’adoption de mesures de contrôle intérimaire pourrait permettre un temps de recul et de consultation publique, sans pour autant que des projets « non-conformes » prennent place dans le secteur.

« Je ne suis pas convaincu que le règlement devrait être adopté en avril […] Peut-être qu’il faut prendre un peu plus de temps et aller au bout des idées qui ont été suggérées », a concédé le maire de l’arrondissement, Réal Ménard.

La mission coulée dans le béton

Le maire s’est dit ouvert à l’idée de changer le nom de la Cité, mais pas la mission du secteur. « La mission de logistique n’est pas remise en cause […] C’est de la transformation de marchandises. Notre défi est de s’assurer que ça se fasse avec les gens du quartier et que les emplois soient disponibles pour les gens de l’Est », estime-t-il.

Les citoyens ne sont pas contre le développement industriel du secteur, mais il faudra que ce soit bien fait pour qu’ils n’aient pas l’impression d’habiter dans un quartier ouvrier du siècle passé. « Je n’ai pas acheté une maison dans un secteur industriel », défend Mireille Goulet, citoyenne impliquée dans le projet de pétition.

L’esprit de développement durable, responsabilité de monsieur Ménard au comité exécutif de la Ville de Montréal, était prépondérant dans les suggestions des résidents, si bien que l’une d’entre eux a proposé le nom de « Cité du développement durable ». L’une des demandes à la suite de la consultation est notamment de formuler des critères pour mesurer le rendement énergétique des entreprises du secteur.

La prochaine rencontre entre les citoyens et l’Arrondissement sera menée par l’Office de consultation publique de Montréal. Les résidents se tournent vers cette rencontre pour espérer en tirer un projet plus innovateur, audacieux mais harmonieux, qui saura revitaliser le secteur et, pourquoi pas, faire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve un pôle technologique et visionnaire.

Crédit photo: Mélanie Dusseault

A propos Ericka Muzzo

Ericka Muzzo

Nouvellement installée à Hochelaga-Maisonneuve, Ericka est étudiante en journalisme à l’Université du Québec à Montréal. Elle se passionne pour ces histoires en apparence banales qui épicent la vie et créent des ponts entre nous, individus à la fois si uniques et pourtant si semblables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *