Accueil / Vivre dans Hochelaga / L’Externat classique Sainte-Croix, aujourd’hui Collège de Maisonneuve

L’Externat classique Sainte-Croix, aujourd’hui Collège de Maisonneuve

banniere-hist

Le présent article veut rappeler l’histoire des origines d’un établissement vieux de presque 90 ans, l’Externat classique Sainte-Croix, depuis 1967, le Collège de Maisonneuve.

À la fin des années 1920, il n’existe aucun établissement post-secondaire dans l’est de Montréal. En 1929, le conseiller municipal d’Hochelaga, Alphonse-Avila Desroches, également président du comité exécutif de Montréal, propose l’établissement d’un collège classique dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Mgr Gauthier, évêque de Montréal. Celui-ci confie la tâche aux Pères Sainte-Croix qui dirigent déjà le Collège Saint-Laurent.

L’objectif est de permettre aux jeunes garçons du quartier d’avoir un accès à une éducation de qualité. On choisit le principe de l’externat alors que le modèle des collèges classiques de l’époque est le pensionnat, beaucoup plus dispendieux pour les parents. Le cours classique est d’une durée de huit ans et consiste en une formation générale basée sur les langues anciennes, la philosophie et les sciences. Plusieurs finissants vont ensuite poursuivre des études universitaires.

Les Pères Sainte-Croix vont louer à la CÉCM une ancienne résidence des Frères des Écoles chrétiennes située au 2151, avenue Letourneux, tout juste au sud d’Hochelaga. Le 6 septembre 1929, on accueille les 29 étudiants inscrits à la première année du cours. L’année suivante, on peut dès lors offrir les trois premières années du cours. Déjà en 1931, on commence à se trouver à l’étroit dans l’ancienne résidence et on parle de construire l’externat sur un terrain offert par la ville et situé entre les rues Boyce (Pierre-de-Coubertin), Sherbrooke, LaSalle et Letourneux. Mais nous sommes en pleine crise économique et le projet doit être reporté. On pense même à installer les étudiants dans l’ancienne usine de chaussures Geo. A. Slater, rue Ontario.

Finalement, le nouveau pavillon ne sera construit qu’en 1934 sur un terrain acquis par les Pères et situé rue Sherbrooke, entre Valois et Bourbonnière. Celui-ci peut accueillir plus de 350 étudiants. En 1948, les inscriptions augmentent sensiblement et l’on doit de nouveau agrandir. On choisit plutôt d’acquérir le Château Dufresne pour y donner les cours des quatre dernières années. Les Pères Sainte-Croix vont apporter certaines modifications, mais surtout vont faire appliquer une couche de peinture en latex aux fresques de Guido Nincheri, jugées inappropriées pour l’éducation de jeunes garçons. Heureusement, ces œuvres pourront être restaurées en 1976 et retrouver leur éclat d’antan.

En 1957, l’Externat classique Sainte-Croix devient le Collège Sainte-Croix. Les dirigeants vont alors échanger le Château Dufresne à la Ville de Montréal contre des terrains voisins du pavillon Morin. Une nouvelle annexe construite est utilisée pour la rentrée de 1961.

Les collèges classiques feront les frais de la réforme de l’éducation des années 1960. Ils vont disparaître au profit d’un programme de cinq années de secondaire et de deux années de collégial parce que jugés trop élitistes. Le Collège Sainte-Croix devient donc le Collège de Maisonneuve le 14 septembre 1967.

En 1938, des anciens étudiants fondent un journal étudiant, Le Trait d’Union. C’est aujourd’hui le plus ancien journal étudiant francophone d’Amérique du Nord. À partir de 1950, le collège va bénéficier d’un ciné-club, en activité même après l’inauguration du Collège de Maisonneuve.

Parmi les étudiants célèbres, on compte les noms de l’ex-maire de Montréal, Jean Doré, et celui de Claude Ryan, ancien directeur du Devoir.

A propos André Cousineau

André Cousineau
André Cousineau a participé à la rédaction de plusieurs brochures sur l'histoire du quartier. Il est maintenant responsable du site de l'Atelier d'histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (https://ahmhm.wordpress.com). Cet organisme, qui existe depuis 1978, s'est donné comme mandat de protéger le patrimoine de l'arrondissement et de diffuser, par tous les moyens possibles, l'histoire urbaine de ce quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.