Accueil / Citoyenneté / Lien Vert : pour revitaliser les parcs, ruelles et liens piétons

Lien Vert : pour revitaliser les parcs, ruelles et liens piétons

Le samedi premier novembre, une vingtaine de citoyens se sont présentés au Centre communautaire Hochelaga pour participer au premier atelier participatif du projet de Lien Vert de la démarche de Revitalisation urbaine intégrée (RUI) du secteur Hochelaga.

Le Lien Vert, c’est ce projet en trois phases de la Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve (TQHM) qui vise à revitaliser un ensemble de parcs, de ruelles et de liens piétons sur l’ancienne emprise ferroviaire afin d’en faire un réseau de parcs traversant Hochelaga. Mandaté par la Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve, c’est « l’entreprise d’innovation sociale » Catapulte, une OBNL, qui organise les ateliers participatifs du projet de Lien Vert.

Au nombre de trois, ces rencontres doivent permettre à Catapulte de recueillir et ordonner les propositions des citoyens qui participent à ces petits laboratoires urbains. Par la suite, ces propositions seront regroupées et intégrées sous forme de « scénario de solutions » que déposeront Catapulte et la Table de quartier au comité de la RUI.

« Notre mandat est de s’assurer que les rêves des citoyens seront portés jusqu’au premier coup de pépine. Ainsi, le dépôt final du projet au comité de la RUI sera fait conjointement entre la TQHM et Catapulte. Au préalable, il y aura eu des rencontres avec les travaux publics de l’arrondissement pour s’assurer que la proposition est réalisable et entre dans les budgets » explique Stéphanie Beaubien, de Catapulte.

Préoccupations des citoyens

Lors du lancement des ateliers – le 18 octobre dernier –, Tandem Mercier – Hochelaga-Maisonneuve a convié les citoyens à une exploration in situ du secteur visé par la phase 1 du projet de Lien Vert, le but de l’exercice étant de familiariser les participants avec le secteur (parc Dézéry-Lafontaine, Parc Hochelaga et le lien piéton Lafontaine reliant les deux) et les problématiques identifiées.

carte

Pendant la visite, les participants étaient invités à partager leurs observations quant à l’état actuel du secteur. Il en est ressorti que les préoccupations des citoyens présents tournaient principalement autour des incivilités (abondance de détritus, vandalisme sur le mobilier urbain), de la présence de « cachettes » (nuisant au sentiment de sécurité) et la mauvaise répartition du mobilier urbain.

Parmi les autres problématiques identifiées, notons la sous-utilisation de la terrasse de la piscine Pierre-Lorange – celle qui donne sur le parc Hochelaga – et le « chalet » (le chapiteau de briques) de ce dernier.

Trouver des solutions concrètes

La seconde rencontre, le 1er novembre dernier, avait ensuite comme objectif de trouver des solutions concrètes aux problématiques observées et de bonifier les solutions déjà proposées.

Pour ce faire, Catapulte avait installé cinq tables et divisé les participants en quatre groupes, chaque groupe visitant chacune des tables à tour de rôle. Chaque table représentait un secteur du futur Lien Vert : le « chalet » du parc Hochelaga, la terrasse de la piscine, le parcours piéton Lafontaine, le parc Dézéry-Préfontaine et, finalement, le Lien Vert dans son ensemble (ou le Grand Lien).

Pour ma part, j’ai fait équipe avec Roland Barbier, directeur général du Centre communautaire Hochelaga, Éric Alan Caldwell, conseiller à la Ville de Montréal pour le district d’Hochelaga et au Conseil de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, et Gabriel, un résident nouvellement établi dans le quartier.

Une fois attablés, les groupes bénéficiaient d’une quinzaine de minutes pour discuter des secteurs et des prIMG_0028oblématiques de chaque table. Les organisateurs avaient mis à la disposition des participants un « bar à créativité » : crayons, papier transparent, marqueurs et post-it garnissaient les tables afin que les participants puissent laisser libre cours à leur imagination. De plus, un « chargeur de rêve » – un membre de Catapulte – était présent à chaque table pour noter les idées lancées.

À la toute fin, les groupes se sont défaits et l’ensemble des participants ont échangé sur leur expérience de l’atelier et les idées qui les avaient marqués. Parmi celles-ci, la nécessité d’animer la terrasse de la piscine, que ce soit en y organisant des événements communautaires – projections, concerts, marchés, etc. – ou en y installant une zone café. Ou encore, revoir le revêtement de la chaussée piétonne tout le long du lien de façon à créer une continuité esthétique et à y intégrer des éléments qui témoignent de son histoire (le Lien Vert et la promenade Luc-Larivée se situent sur l’ancienne emprise ferroviaire).

Prochaine rencontre

Toutes ces propositions citoyennes seront présentées sous forme de « scénario de solutions » à l’atelier final, le 22 novembre prochain à 9h, toujours au Centre communautaire Hochelaga.

Ce sera l’occasion ultime pour les citoyens qui s’y présenteront de participer à l’élaboration de ce projet et d’y ajouter leurs idées avant le dépôt final du scénario de solutions.

Pour plus d’informations et pour vous inscrire au prochain atelier, contactez Nicolas au 514-523-5395 (poste #204) ou rui@ltqhm.org.

A propos Mathieu Bouchard

Mathieu Bouchard

Résident du quartier depuis 2010, Mathieu a étudié les lettres et la création littéraire à l’UQAM. Curieux, il s’intéresse à tout, mais surtout à ce qui est local, à tout ce qui se trouve à l’échelle communautaire, que ce soit l’économie, la politique ou l’éducation. Ce qui le passionne ? Tout ce qui est hors norme, ce qui redéfinit les limites, ce qui change les perspectives. Il souhaite mettre sa plume au service de QuartierHochelaga.com , tant pour couvrir les actualités de l’arrondissement que pour faire découvrir à ses lecteurs des sujets qui le touchent .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *