Accueil / Citoyenneté / Le logement social au cœur du débat électoral municipal

Le logement social au cœur du débat électoral municipal

Mercredi le 25 octobre avait lieu le débat électoral opposant les candidats à la mairie de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard et Pierre Lessard-Blais, ainsi que les candidats aux postes de conseillers(ère) de ville des districts de Hochelaga, Éric Alan Caldwell et Jean-François Beaupré, et de Maisonneuve-Longue-Pointe, Laurence Lavigne Lalonde et Simon-Robert Chartrand.

Organisé en prévision des élections municipales du 5 novembre prochain par la Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve à la grande salle du Pavillon d’éducation communautaire, l’échange, du côté d’Hochelaga, s’est révélé calme malgré quelques piques lancées par Ménard et Lessard-Blais. Le manque de logements communautaires ainsi que la nécessité de freiner la gentrification afin d’offrir des habitations abordables aux hochelagais a été l’enjeu central du débat.

Le logement

Les deux partis s’entendent sur le besoin criant de logements sociaux dans Hochelaga. Équipe Denis Coderre prévoit la construction de 5000 logements communautaires via, entre autres, une nouvelle stratégie d’inclusion obligatoire. M. Ménard, candidat à la mairie de l’arrondissement, a également soutenu l’importance de travailler avec les groupes communautaires afin de  faciliter la recherche d’habitations abordables pour les citoyens. Le maire sortant a souligné les efforts réalisés dans son mandat pour contrer l’insalubrité, notamment par l’ajout de deux inspecteurs.

Projet Montréal promet, pour sa part, l’ajout de 6 000 logements sociaux grâce à l’exigence d’intégrer 20% de logements communautaires dans tout projet de construction d’un bâtiment de cinq unités ou plus. Insatisfait du bilan des quatre dernières années, le parti souhaite que l’arrondissement finance le registre des baux et engage plus d’inspecteurs de salubrité.

Environnement

Depuis 2009, Réal Ménard soutient que Montréal a sauvé 165 hectares de forêt, soit presque l’équivalent du Mont-Royal, que 77% de la population à un bac à compostage et que les sacs en plastique sont de moins en moins utilisés. Équipe Denis Coderre compte poursuivre ses investissements dans quatre initiatives vertes : les écoquartiers, Nature en ville, Sentier urbain et un fond vert.

Pierre Lessard-Blais, candidat à la mairie de l’arrondissement, a soutenu que Projet Montréal replantera tous les arbres touchés par l’agrile du frêne en 18 mois si le parti est élu. Pour le transport, M. Lessard-Blais s’est engagé à acheter 300 autobus hybrides. Projet Montréal veut aussi mettre en place des voies rapides pour le transport en commun. Le parti souhaite repenser de façon créative les espaces afin de les rendre plus verts et ainsi réduire l’avance que Rosemont a acquise au niveau du verdissement.

Droit référendaire des citoyens

Pierre Lessard-Blais a insisté sur l’importance de consulter et d’avertir les citoyens autant dans les gros dossiers comme celui de la Cité de la logistique que dans les petits comme des travaux bloquant des rues.

Réal Ménard, pour sa part, a souligné l’impossibilité de tenir des consultations publiques «sur tout et rien» et affirme qu’elles se font et se feront dans les dossiers qui le demandent, mais que parfois «les choses doivent être faites». Il précise avoir mis en place cinq consultations publiques pour le dossier de la Cité de la logistique.

 Éducation

En ce qui a trait à l’éducation, Projet Montréal a affirmé vouloir embellir les écoles et s’assurer que les enfants mangent avant d’aller en classe. M. Blais s’est également engagé à augmenter la sécurité autour des écoles.

De son côté, M. Ménard a défendu son bilan. Il a rappelé avoir soutenu des initiatives de parents visant à prévenir le décrochage. Il a également instauré des bourses de persévérance scolaire.

Malbouffe

Une question du public portait sur la possibilité d’imposer un moratoire sur la malbouffe. Bien que les deux partis s’entendent pour dire que la malbouffe dans le quartier est un problème, notamment autour des écoles, aucun des candidats n’a donné son appui à cette idée, privilégiant plutôt l’éducation et la sensibilisation.

Centre des loisirs

M. Lessard-Blais a défendu le projet du nouveau centre des loisirs instigué par son parti. Il croit toutefois qu’il est nécessaire de consulter la population dans ce dossier.

M. Caldwell a été très critique de ce projet. Selon lui, l’emplacement du centre, le parc Raymond-Préfontaine, n’est pas adéquat. L’école Hochelaga, qui se situe à proximité de l’emplacement du futur centre, a déjà un gymnase inutilisé. Pour M. Caldwell, il faut rediscuter avec la CSDM. « Le projet devra retourner à la table à dessin », a-t-il affirmé.

Agressions sexuelles

Une question concernant les récentes allégations d’agressions sexuelles a provoqué un certain malaise dans la salle. M. Beaupré a reconnu que la question lui était destinée.

Lorsqu’il était dirigeant de la compagnie Vélopousse-Maisonneuve, l’une de ses employées lui a dit qu’elle avait été victime de gestes et de propos déplacés de la part Gilbert Rozon. À cette époque, Vélopousse avait été engagé pour le festival Juste pour rire. M. Beaupré a affirmé qu’il a tout fait en son pouvoir pour supporter son employée dans cette histoire.

Avec Thomas Laberge

A propos Daphné Ouimet-Juteau

Daphné Ouimet-Juteau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *