Accueil / Citoyenneté / #LaQuestiondelaSemaine: la Cité de la logistique

#LaQuestiondelaSemaine: la Cité de la logistique

Durant la campagne électorale municipale, QuartierHochelaga.com pose «la question de la semaine» (#LQS). Le concept? Une question par semaine aux candidats à la mairie et aux postes de conseillers de ville. 5 questions pour 5 thèmes différents. Cette semaine, nous parlons de la Cité de la logistique.

Hochelaga-Maisonneuve a un voisin d’importance: le Port de Montréal. La présence de grands terrains vagues à proximité du quartier fait espérer à cet acteur majeur de l’économie montréalaise et même canadienne la possibilité d’attirer des entreprises liées à ses activités. Or, avec l’arrivée d’industries dans le secteur vient aussi son lot d’inconvénients pour les citoyens limitrophes. Comment votre administration, à l’échelle municipale, veillera-t-elle à garantir un respect de la quiétude des citoyens tout comme des volontés du Port à s’agrandir? Comment compte-t-elle agir entre les différents paliers gouvernementaux impliqués dans les projets, les entreprises pour un développement harmonieux?

Équipe Denis Coderre – Réal Ménard

«Mon administration s’assurera de la stricte observance du Règlement sur le bruit.» — Réal Ménard

Mon administration va travailler avec le Port de Montréal afin que la qualité de vie des riverains soit respectée. Concrètement, quatre mesures ont été adoptées ou sont en voie de l’être :

  • À titre de Maire de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, j’ai demandé à la Soverdi de travailler avec le Port de Montréal à la végétalisation de certaines de ses installations, ce qui devrait être réalisé en 2018.
  • Mon administration s’assurera de la stricte observance du Règlement sur le bruit à l’égard du territoire de l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve qui est un règlement d’arrondissement.
  • De 2014 à 2017, plusieurs gestes réglementaires ont été posés dont l’interdiction de l’entreposage extérieur et du transbordement des conteneurs sur les terrains adjacents au Port de Montréal.
  • Toujours dans le respect de la qualité de vie des citoyens riverains du Port de Montréal, l’arrondissement a le pouvoir, depuis juin 2017, d’exiger des entreprises situées à 300 mètres d’une zone où sont autorisé des usages sensibles (garderie, parc, école) des études de bruit, d’odeur, de poussière, de vapeur, de salubrité, de circulation et d’éclairage, et sur la base de ces études, d’accepter ou de refuser un permis d’opération à une industrie.

Projet Montréal

«Tout nouveau développement industriel léger dans ce secteur devra en priorité bénéficier aux résidents ainsi qu’à l’économie locale; ceci est pour nous non négociable.»

Pour l’équipe de Projet Montréal dans Mercier – Hochelaga – Maisonneuve, le développement économique de nos quartiers et la qualité de vie des citoyens ne sont pas des objectifs irréconciliables, bien au contraire. Le débat entourant le développement des terrains vagues à proximité du Port est une opportunité pour l’arrondissement et la Ville de Montréal de proposer une vision audacieuse et écologique d’un développement économique qui soit intégré aux quartiers environnants. Tout nouveau développement industriel léger dans ce secteur devra en priorité bénéficier aux résidents ainsi qu’à l’économie locale; ceci est pour nous non négociable.

Pour mener à bien ce projet, il faut une administration qui fait preuve de leadership et qui assume ses pouvoirs de planification et d’aménagement du territoire. Après tout, c’est la responsabilité du conseil d’arrondissement, avec l’apport des citoyens, de déterminer quel type de développement économique est souhaitable pour le quartier. Réal Ménard a prouvé qu’il n’a plus aucune crédibilité dans le dossier. Une administration de Projet Montréal aura le leadership et l’autonomie nécessaire pour refuser les projets qui n’apporteraient que des nuisances aux résidents.

Finalement, il faut que la Ville de Montréal et le Port s’assoient à la même table pour se doter d’un véritable plan pour intégrer le Port dans la Ville. Il faut, entre autres, s’entendre sur des mesures de mitigation des activités industrialo-portuaires existantes et sur une façon de donner accès au fleuve aux résidents de l’arrondissement. L’administration Coderre-Ménard a démontré qu’elle n’avait pas joué son rôle pour représenter les citoyens de l’arrondissement devant le Port de Montréal. Il faut une nouvelle équipe à la mairie pour rétablir un rapport de force à l’avantage des résidents des quartiers environnants.

 

A propos Arnaud Stopa

Diplômé d’histoire et de journalisme, un océan sépare le quartier qui l’a adopté en 2013 et ses origines. Surnuméraire au journal le Devoir, (vidéo) journaliste pigiste occasionnel, critique de musique métal à ses heures perdues, il souhaite faire connaître Hochelaga et son évolution actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *