Accueil / Élections / Élections 2017 / #LQS: l’embourgeoisement

#LQS: l’embourgeoisement

Durant la campagne électorale municipale, QuartierHochelaga.com pose «la question de la semaine» (#LQS). Le concept? Une question par semaine aux candidats à la mairie et aux postes de conseillers de ville. 5 questions pour 5 thèmes différents. Cette semaine, nous parlons de l’embourgeoisement et de la mixité sociale.

En mai dernier, les assisses de la gentrification ont été tenues afin de trouver des solutions à ce problème. Parmi les pistes, plusieurs abordent la question de l’accessibilité à un logement, comme l’augmentation du nombre de logements sociaux construits, l’instauration d’un registre des baux ou la création d’une fiducie communautaire. De plus, la mairie dispose d’une enveloppe de 900 000$ au titre de fonds de la Stratégie d’inclusion de logements abordables. Une fois votre administration élue, quelles solutions préconisées par les assises allaient vous mettre en place? Et que comptez-vous faire du Fonds de la Stratégie d’inclusion?

Projet Montréal – Pierre Lessard-Blais

« Je m’engage à utiliser le Fonds de la stratégie d’inclusion comme levier pour développer des projets qui garantiront une mixité résidentielle et commerciale.» — Pierre Lessard-Blais

La préservation de la mixité sociale dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve me tient à cœur. C’est une des grandes richesses de notre arrondissement et il faut agir pour atténuer les conséquences de la gentrification dans nos quartiers avant qu’il ne soit trop tard. Je suis convaincu que l’amélioration de la qualité de vie dans l’arrondissement ne doit pas se faire aux dépens des gens qui y habitent depuis longtemps et c’est pourquoi l’équipe de Projet Montréal dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve propose une stratégie qui s’attaquera à ce phénomène sur deux fronts simultanés : préservation et amélioration.

Tout d’abord, sur la question de la préservation, je m’engage à :

  • Appliquer la Stratégie d’inclusion à tout projet d’immeuble de cinq logements et plus, ce qui forcera les promoteurs à construire du logement abordable et communautaire ou à cotiser au Fonds de la stratégie d’inclusion ;
  • Utiliser le Fonds de la stratégie d’inclusion comme levier pour développer des projets qui garantiront une mixité résidentielle et commerciale;
  • Participer au registre volontaire des baux tout en allant défendre à l’Assemblée nationale du Québec la pertinence du registre national des baux.

Sur le front de l’amélioration, je m’engage à :

  • Rendre les ruelles aux enfants et améliorer leur sécurité ainsi que leur propreté;
  • Verdir les rues et parcs en augmentant la plantation d’arbres et en remplaçant tous les arbres abattus en moins de 18 mois;
  • Améliorer l’accès au fleuve.

Dans les dernières, l’administration en place regarde les transformations se produire sans avoir le courage de mettre des politiques audacieuses de l’avant. Mon équipe et moi pensons que nous pouvons dès notre élection mettre de l’avant des solutions qui auront un impact positif sur la mixité sociale dans nos quartiers.

 

Équipe Denis Coderre – Réal Ménard

QuartierHochelaga n’a pas reçu la réponse de candidats de l’équipe Denis Coderre avant les délais impartis en accord avec les équipes de campagne.

En revanche, Réal Ménard a répondu à plusieurs questions sur la gentrification dans cette entrevue: http://www.quartierhochelaga.com/real-menard-pret-neuvieme-campagne-electorale-de-vie/

A propos Arnaud Stopa

Diplômé d’histoire et de journalisme, un océan sépare le quartier qui l’a adopté en 2013 et ses origines. Surnuméraire au journal le Devoir, (vidéo) journaliste pigiste occasionnel, critique de musique métal à ses heures perdues, il souhaite faire connaître Hochelaga et son évolution actuelle.

Un commentaire

  1. Pierre Langlois

    Il faut comprendre la lassitude du maire devant les questions répétitives sur ce sujet qui est sans issue pour lui. Sans issue parce qu’il est basé sur l’étrange postulat qu’il faudrait s’indigner que le quartier s’enrichisse (même fort modestement). On comprend dès lors que les termes du débat sont fixés par une extrême gauche qui est davantage en mode confrontation qu’en mode solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *