Accueil / Citoyenneté / Gentrification : l’impossible dialogue

Gentrification : l’impossible dialogue

À Hochelaga-Maisonneuve, la gentrification divise. Invités à participer aux assises sur la gentrification, de nombreux citoyens et tous les élus municipaux, provinciaux et fédéraux d’Hochelaga-Maisonneuve se sont réunis le 7 mai autour d’une table pour réfléchir sur ce phénomène et trouver des pistes de solutions. Pendant ce temps, près de 80 personnes ont manifesté contre la gentrification, et contre les assises de la mairie, qualifiées par certain de mascarade. Si la manifestation avait débuté dans le calme, les choses se sont envenimées aux abords du Chic Resto Pop, où se déroulaient les assises. Deux personnes ont été arrêtées.

Quelque 80 personnes ont participé à une manifestation contre la gentrification pendant que se tenait au Chic Resto Pop les assises sur la gentrifications, organisées par la mairie de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

 

La manifestation, organisée par le Comité hochelaguien de lutte anti gentrification (CHLAG), a débuté dans une ambiance conviviale, certains manifestants étaient déguisés et de la nourriture a été distribuée gratuitement. Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

 

« Homa, Homa, on n’en veut pas, notre quartier c’est Hochelaga !», pouvaient-on entendre, entre autres, durant la manifestation. Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

 

Plusieurs vitrines ont été fracassées au cours des dernières années dans le quartier, souvent à cause d’actions directes de militants anti-gentrification. Le magasin de meuble Showroom Montréal avait été touché en novembre 2016 en même temps que quatre autres commerces. Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

 

La contre-manifestation est arrivée aux abords du Chic Resto Pop vers 13h. Samuel Lamoureux/QuartierHochelaga.

 

Une vingtaine de policiers à pied et à vélo attendaient les manifestants pour bloquer l’accès devant l’établissement. Samuel Lamoureux/QuartierHochelaga.

 

Simon Mauvieux/QuartierHochelaga

 

Pendant ce temps au Chic Resto Pop, la journée des assises sur la gentrification suivait son cours. Ces assises ont fourni 25 pistes de solutions concrètes pour combattre l’embourgeoisement dans le quartier. Samuel Lamoureux/QuartierHochelaga.

 

Dehors, policiers et manifestants se sont fait face pendant plusieurs minutes, l’ambiance était tendue. Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

 

Des heurts ont éclaté alors que des manifestants ont lancé des petits feux d’artifice. Samuel Lamoureux/QuartierHochelaga.

 

Simon Mauvieux/QuartierHochelaga

 

Simon Mauvieux/QuartierHochelaga

 

Des policiers ont usé de leur matraque et du poivre de cayenne pour repousser les manifestants hors de la porte principale. Ce qui n’a pas empêché certains manifestants d’entrer par les portes du côté. Samuel Lamoureux/QuartierHochelaga.

 

La tension était palpable entre protestataires, parfois masqués, et policiers. Samuel Lamoureux/QuartierHochelaga.

 

La police est intervenue lorsque certains manifestants ont tenté de pénétrer dans le Chic Resto Pop. Poivre de cayenne, coups de matraque; plusieurs manifestants ont pris des coups. Un photographe du journal Métro a aussi été touché à la tête par un policier. Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

 

Les manifestants qui ont réussi à entrer ont vite été délogés par la police. Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

 

Au total, deux personnes ont été arrêtées par le service de police de la ville de Montréal (SPVM). Simon Mauvieux/QuartierHochelaga.

Avec Samuel Lamoureux.

A propos Simon Mauvieux

Simon Mauvieux
Simon est diplômé de journalisme et étudiant à la maîtrise en science politique. Récemment installé dans le quartier, il se plait à explorer sa vie communautaire et politique. Passionné par le reportage et la photographie, il traine son carnet et son appareil au gré de l’actualité.

2 Commentiares

  1. En tant que native du quartier ( depuis au minimum 50 ans- année de ma naissance)…. ……et plus , si j’inclus ma mère, ma grand mère – grand père, et mon arrière grand mère , et etc, et etc..soit dans HM , selon source sûre depuis 1907…….!!!!! j’aurais aimée ( et même adorée) , lors de ces assises, que les 30-40 -50 personnes qui manifestaient, entrent civilement au Chic Resto Pop , avec la centaine de personnes déjà présentent , pour identifier, partager, chialer,revendiquer, … ( faut en profiter, les eluEs des 3 paliers sont présents…) et surtout proposer des solutions….et demander , où plutôt mandater, tous ce beau monde , à mettre en œuvre, les solutions potentielles, identifiées ensemble, et ce peu importe la possibilité ou non de les réaliser rapidement ou à plus long terme ….. Et s’assurer tous et toutes ensemble, qu’un suivi « serré  » soit fait auprès des personnes qui se sont commises,……..
    Je suis peut être trop utopiste, idéaliste, je sais pas…….Mais ce que je sais, c’est que les personnes qui ont osées se commettre, en réalisant, ces assises ( bravo pour leurs courages) seront surveillées de près……enfin je l’espère! Mais aurait peut être été plus surveillées encore, si les personnes manifestants à l’extérieur, avaient participé,… ….démocratiquement !
    Et SVP, messieurs, dames, journalistes et autres….vérifier les deux versions avant de …

    • Gisele Papineau

      En réponse à Jo,
      Je suis native du quartier aussi, je suis demeurée dans Hochelaga-Maisonneuve pendant une vingtaine d’années. Mes parents louaient un logement, ils n’ont jamais eu les moyens de s’acheter une maison mais cela ne fait pas d’eux des gens qui n’ont pas de sens critique. Ma mère et mon frère habitent encore le quartier. Tout le monde a droit à son opinion, par contre il y a les purs et durs qui voient la construction des condos et l’arrivée des nouveaux résidents qui sont mieux nantis et qui peuvent se permettre l’achat ou location des condos. De nouveaux commerces, cafés, restos qui amènent une nouvelle clientèle. Une diversité qui fait du bien à voir. H.-M. a été ou est encore un quartier ouvrier ou les gens ont travaillé dur et ont connu la misère. Quand nous étions en bas âge ma mère était insultée lorsqu’elle entendait que H.-M. était surnommée la zone grise (défavorisée) versus les quartiers plus au nord comme Rosemont, St-Léonard, Anjou…. Les anciens et leurs descendants si je peux me permettre de les appeler ainsi sont ancrés dans leurs mentalités de gagne-petits, ils sont jaloux ou ils ont peut être peur du changement, de la nouveauté. Toutefois ce n’est pas une raison pour faire du vandalisme aux commerces qui donnent un nouveau souffle à la vie de quartier. Pourquoi se masquer pour revendiquer devant le chic Resto-Pop pour faire du grabuge? Ce n’est pas le bon moyen pour entamer un dialogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *