Accueil / Consommer local / Le Marché Fermier n’a pas trouvé sa clientèle

Le Marché Fermier n’a pas trouvé sa clientèle

Le marché des producteurs du marché Maisonneuve a plié ses derniers étalages de la saison vendredi 28 août. Les organisateurs en tirent un bilan mi-figue mi-raisin, entre producteurs satisfaits et objectif d’achalandage non atteint.

« C’est sûr qu’il y a un écart entre la demande faite par les citoyens et le nombre de clients effectif. Il y a eu un vrai problème d’achalandage », explique Hélène Pagé, de l’association Maison de l’amitié, organisateur des Marchés Fermiers, sans pouvoir quantifier le manque.

Lors de l’inauguration du marché, en juin dernier, l’horaire semblait être un atout pour attirer les gens. C’est, selon elle, tout le contraire. « C’est le vendredi qui semble poser problème, poursuit-elle. Pendant l’été, avec les grands week-ends et les congés scolaires, ce n’est pas le meilleur moment pour tout le monde.» Elle n’écarte pas non plus d’autres facteurs d’échec, comme le manque de publicité, le prix, l’absence de grandes variétés de producteurs ou de produits. « Si quelqu’un aime le poulet et en voulait, par exemple, on n’a pas pu lui en offrir, cette année. C’est un client en moins. »

 

«...» — Crédits Arnaud Stopa/QuartierHochelaga
Malgré la bonne réception des clients pour le Marché Fermier, ce dernier n’a pas suscité l’engouement des résidants. — Crédits Arnaud Stopa/QuartierHochelaga

Producteurs satisfaits

« C’est une année de départ, l’achalandage était décent. Il faut être patient pour trouver sa clientèle », tempère Carline Tardif, de la fromagerie Ruban bleu. La productrice de produits caprins juge son été d’un bon œil. « Le bilan est positif. On repart chez nous avec de quoi payer le loyer », illustre-t-elle. Même son de cloche de la part des organisateurs. « Les clients sont satisfaits et intéressés par la démarche. Ils aiment pouvoir discuter directement avec le producteur », dit Hélène Pagé.

Devant l’étal de la fromagerie, une population variée hésitait entre ses tomes de chèvre, son fromage frais et la faisselle. « On a eu une clientèle disparate. Autant des jeunes familles que des étudiants ou des personnes âgées, qu’ils soient aisés ou qu’ils achètent leur petit bonheur de la semaine », confie la propriétaire.

Le Marché Fermier n’est pas pour autant en danger. Hélène Pagé rappelle qu’il s’agit d’un projet pilote et que rien n’indique que le marché ne reviendra pas l’année prochaine. Tout sera mis sur la table lors d’une rencontre avec l’arrondissement et la Corporation des marchés publics de Montréal, début 2016, afin de bonifier l’opération et enfin trouver son public.

Si vous souhaitez participer au sondage et exprimer votre opinion, vous pouvez contacter le Marché Fermier à info@marchefermier.ca

A propos Arnaud Stopa

Diplômé d’histoire et de journalisme, un océan sépare le quartier qui l’a adopté en 2013 et ses origines. Surnuméraire au journal le Devoir, (vidéo) journaliste pigiste occasionnel, critique de musique métal à ses heures perdues, il souhaite faire connaître Hochelaga et son évolution actuelle.

4 Commentiares

  1. Dany Lefebvre

    Mon épouse et moi y somme 5 fois cet été. Nous avons fait environ 20$ à 40$ d’achats à chaque fois. Si ça avait été le jeudi, plutôt que le vendredi, nous aurions surement pu y aller quelques fois de plus, car il arrivait souvent que nous quittions la ville pour le weekend le vendredi. Nous avons aimé notre expérience. Bien que peux nombreux, les producteurs présents étaient sympatique et avaient de beaux produits. Avec quelques producteurs de plus ça aurait été plus attrayant. Par exemple des producteurs de viande, comme de la vollaile ou du porc.

  2. Le vendredi n’ était pas l’idéal. J’aurais préféré les weekends ou du moins plus tard la semaine. Je suis aller qu’une fois. Pas eu la chance d’acheter quoi que ce soit puisque les marchands pliaient bagage alors que le marché était toujours ouvert.

    Le site aurait ou être mieux affiché et la liste des marchands et produits disponibles mieux communiquée. Je suis toujours d’avis que cette initiative devrait durer.

    Bon succès!

  3. Pourquoi ne pas le aire comme il y a quelques années c.a.d. autour de la fontaine publique, le samedi? Il y avait achalandage et les producteurs étaient visibles.

  4. Jojoamontreal

    Vraiment, il faut revoir les jours et heures d’ouverture, offrir plus de produits à des prix abordables mais juste. Ne serait-il pas intéressant d’avoir un marché plein air dans le stationnement? J’aimerais avoir le choix de plus d’un fermier qui vends des fruits et légumes. Un genre de mini marché jean talon extérieur serait agréable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.