Accueil / Consommer local / Un marché des producteurs l’été prochain sur la place du marché Maisonneuve ?

Un marché des producteurs l’été prochain sur la place du marché Maisonneuve ?

C’est à cette question qu’a tenté de répondre Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère du district Maisonneuve-Longue-Pointe, lors d’une réunion citoyenne organisée le 22 octobre dernier au Bain Morgan. L’élue, chargée du dossier auprès de l’arrondissement, a profité de cette soirée dédiée à l’offre alimentaire au marché Maisonneuve pour sonder les résidents sur leurs besoins.

Par Aurélie Le Caignec

Le moins que l’on puisse dire c’est que les critiques ont été nombreuses à l’égard de l’actuel marché Maisonneuve. Une « offre limitée » (notamment avec un seul revendeur de fruits et légumes), des produits « dispendieux », « suremballés », un lieu « peu accessible », une    « grosse épicerie » plutôt qu’un marché. Les résidents du quartier n’ont pas manqué de mots ni d’adjectifs pour marquer leur insatisfaction.

Et même si le marché reste un important « lieu de rencontre », dans un environnement agréable « à proximité d’un parc » et d’« une belle place », la trentaine de citoyens présents lors de la réunion souhaitent plus.

Plus de producteurs locaux avec lesquels ils pourraient échanger, plus de produits biologiques, plus de traçabilité, plus d’animations tout au long de l’année. Ils rêvent d’un marché à la hauteur des marchés Jean-Talon et Atwater, deux autres entités gérées comme celui de Maisonneuve par la Corporation des marchés publics de Montréal.

Un projet pilote encore en réflexion

« Nous aimerions éventuellement présenter un projet pilote à la corporation l’été    prochain », avance la conseillère Laurence Lavigne-Lalonde, qui réfléchit depuis son arrivée en poste à des solutions pour mieux répondre aux attentes des citoyens concernant l’offre au marché Maisonneuve.

Sa mise en œuvre dépendra de plusieurs facteurs. Un groupe de citoyens sera-t-il suffisamment impliqué pour faire avancer les idées autour de ce projet ? Un organisme du quartier sera-t-il en mesure de le piloter ? Les producteurs locaux seront-ils suffisamment séduits pour se déplacer ? Et finalement, les produits offerts sauront-ils répondre à toutes les clientèles du quartier ?

Marché_Maisonneuve_3

Un petit marché extérieur proche de la fontaine

Quelques réponses sont toutefois venues au cours de la soirée. Certains résidents semblent prêts à s’investir et à apporter leur point de vue tout au long du processus de développement du projet. À l’écoute des remarques entendues lors de la soirée, le projet pourrait prendre la forme d’un petit marché de producteurs situé sur la place, à proximité de la fontaine.

Pour l’organisme, il faudra patienter avant d’en connaître le nom. « Tel que je le conçois, ce projet pilote devra être porté dans un premier temps par une OBNL que nous n’avons pas encore trouvée. Ma réflexion n’est pas encore arrêtée », fait remarquer l’élue de Projet Montréal.

Lors de la réunion, des représentants de La Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve et de Y a QuelQu’un l’aut’bord du mur sont venus écouter ce que Laurence Lavigne-Lalonde et les résidents avaient à dire. Leur présence n’était pas due au hasard puisque les deux organismes ont déjà mis en place des mini-marchés dans le quartier cet été (le marché des ruelles pour LTQHM et les kiosques maraîchers et vélomarchés pour YQQ).

De là à penser que l’un ou l’autre sera le prochain responsable du projet pilote autour du marché Maisonneuve, il n’y a qu’un pas.

L’échec des « Samedis bio »

La Corporation des marchés publics de Montréal avait bien organisé durant quelques années les « Samedis bio » au début des années 2000, réunissant quelques producteurs locaux et biologiques sur la place du marché. Mais faute de clientèle suffisante, l’initiative a progressivement été délaissée.

Depuis, la Corporation des marchés publics semble avoir concentré son énergie et ses projets de développement sur d’autres marchés.

A propos Collaborateur spécial

Collaborateur spécial
QH reçoit et publie à l'occasion des textes qui provienent d'organismes et de résidents du quartier. Pour partager vos textes avec nous: info@quartierhochelaga.com

Un commentaire

  1. Josée Robitaille

    À propos des Samedis Bio ou autre initiative du genre :

    C’est toujours long de se faire une place dans un nouveau milieu. Qu’il s’agisse d’un nouveau commerce ou d’une nouvelle initiative, beaucoup de gens vont d’abord enregistrer l’information («tiens! Ça existe, ça!») avant de passer à l’action et faire un essai. Malheureusement, les habitudes des gens sont difficiles à changer et les nouvelles initiatives, ayant des budgets limités, sont souvent interrompues avant même que la masse ait pu dire «Tiens! Ça existe, ça? Ça a l’air intéressant…»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *