Accueil / Citoyenneté / Mercier–Hochelaga-Maisonneuve devient le premier arrondissement de Montréal à lancer un budget participatif

Mercier–Hochelaga-Maisonneuve devient le premier arrondissement de Montréal à lancer un budget participatif

Réalisé pour la première fois au Brésil en 1989, un budget participatif, soit l’idée de redonner aux citoyens le pouvoir de décider eux-mêmes comment sera dépensé l’argent public, sera lancé dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve début 2019. Un budget de 350 000 $ sera consacré à la réalisation d’un projet qui devra être choisi et défini par la communauté.

Le projet pilote sera d’abord proposé aux habitant-e-s de Mercier-Ouest, qui compte environ 50 000 habitants. Si l’opération est un succès, les autres quartiers de l’arrondissement, Hochelaga-Maisonneuve et Mercier-Est, auront aussi droit à leur budget participatif dans les prochaines années.

Si l’idée d’instaurer un budget participatif fait partie du programme de Projet Montréal, le maire de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais, s’est bien gardé de prendre tout le crédit. « C’est vraiment un travail d’équipe. Le projet va toucher deux districts, celui de Laurence Lavigne-Lalonde, Maisonneuve Longue-Pointe, et celui de Karine Boivin-Roy, Louis-Riel. C’est un effort conjoint au niveau des élu-e-s de l’Arrondissement ». [NDLR : Karine Bovin Roy ne fait pas partie de Projet Montréal, mais bien de l’opposition officielle, Ensemble Montréal].

Objectif : le dialogue

Le maire de l’arrondissement précise que l’objectif premier du budget participatif est d’amener des voisin-e-s à se parler et à débattre sur les priorités du quartier et à trouver ensemble des projets collectifs et porteurs. Pierre Lessard-Blais ne pense pas que ce sera le concours de l’idée la plus populaire. Celui-ci verrait au contraire très bien un groupe de personnes mobilisées à l’idée de créer ou d’améliorer un parc à chien se rallier à un projet d’installer des ruches sur les toits, par exemple. « Le concept de dialogue citoyen est central. En se limitant à un seul quartier, les gens vont devoir s’entendre sur leur nécessité locale et tout le monde va pouvoir profiter de cet investissement-là », explique Pierre Lessard-Blais.

Toutes les propositions de projets sont possibles. Même un projet de poulailler public, souligne le maire avec humour, serait pris en considération. Cependant, un comité de pilotage se chargera d’évaluer la légalité et la faisabilité des projets. Tous les projets seront donc envisageables, tant qu’ils sont légaux et réalisables avec un budget de 350 000$. Un projet ne doit pas nécessairement créer quelque chose de nouveau, il peut aussi modifier un endroit existant comme un parc ou une place publique.

Pierre Lessard-Blais présentant pour la première fois le budget participatif au comité de pilotage. Crédit photo : Mélanie Dusseault. 

Processus

Le lancement de la campagne de mobilisation et de participation sera effectué en février 2019 et le dépôt des projets citoyens aura lieu de février à mai. L’évaluation des projets se fera de juin à août, et finalement, un vote citoyen, possiblement autant physique qu’électronique, sera organisé en septembre pour déterminer le projet vainqueur. On assure toutefois que la projet sera inclusif et limitera la bureaucratie. Un-e citoyen-ne qui a une idée en tête, un jardin communautaire par exemple, n’aura pas à former un énorme dossier de candidature de plusieurs pages pour déposer son projet. Ce sera très simple et accessible, promet le maire.

« On veut que monsieur et madame tout-le-monde, peu importe leur bagage, peu importe leur background, puissent déposer des projets. Notre travail, c’est d’encourager les gens de tous les horizons à déposer des projets et nous pouvons les accompagner s’ils ou elles ont besoin d’aide pour le faire, souligne Pierre Lessard-Blais. Peu importe ton origine, peu importe tes connaissances, tu vas pouvoir faire une proposition au budget participatif. »

Un comité de pilotage, déjà formé, aura la responsabilité d’assurer le bon fonctionnement de la démarche, de définir le processus du budget participatif et de faire le suivi des différentes étapes. Il sera accompagné par le Centre d’écologie urbaine de Montréal dans son mandat. Le comité de pilotage est composé de cinq membres de l’Arrondissement, d’un membre de la Table de quartier Mercier-Ouest et de cinq citoyen-ne-s.

A propos Samuel Lamoureux

Samuel Lamoureux
Journaliste, improvisateur à la retraite, Samuel est un passionné de musique électronique, de littérature et de sociologie. Hochelaga-Maisonneuve l'a toujours fasciné par son pôle contre-culturel à Montréal. Rendez-vous au Pizza Piroz pour une discussion sur l'avenir du quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.