Accueil / Vivre dans Hochelaga / La microdistillerie Oshlag lance son Gin Hibiscus et sa bière Fort noir

La microdistillerie Oshlag lance son Gin Hibiscus et sa bière Fort noir

Nous avions rencontré l’entreprise Oshlag l’année passée. À l’époque, la microdistillerie québécoise n’avait pas encore lancé son tout premier spiritueux : la vodka houblonnée. Un an après, Oshlag affiche une impressionnante ascension et nous présente ses nouveautés.

Le Gin Hibiscus et la bière Fort noir

Tout d’abord, le Gin Hibiscus surprend par sa teinte rosée. Jean-François Théorêt, chef de l’exploitation, explique que le gin s’obtient à partir d’un alcool neutre auquel ils ont ajouté la fleur d’hibiscus et du pamplemousse. « Pour apporter du goût, nous avons décidé de remettre à la toute fin quelques fleurs d’hibiscus en macération que nous avons ensuite filtrées. On s’est rendu compte qu’en ajoutant ces quelques fleurs, on obtenait une couleur rose. On a expérimenté différentes teintes dont un rose fushia, mais comme il s’agit de produits naturels sans agents de conservation, on a opté pour une teinte douce qui s’estompera avec le temps. »

La bière Fort noir est une bière particulière : il s’agit d’une bière torréfiée obtenue à partir d’un whisky en devenir. « On a fait un whisky noir, qui est en maturation en ce moment. Le whisky doit vieillir pendant un minimum de trois ans dans nos fûts. On voulait un whisky qui goûte plus fort, on a alors remplacé les grains de base par des malts de chocolat et de caramel, ce qui va donner une toute autre dimension. Comme on voulait offrir un avant-goût à notre clientèle, on a réalisé cette bière, une recette de stout, fortifiée avec ce whisky. »

Le Gin Hibiscus et la bière Fort noir sont disponibles en importation privée seulement. « Ils sont vendus par caisse de quatre bouteilles de 500 ml pour le gin, et de douze pour la bière », confie Alisée Giguère Johnson, responsable marketing. « En général, les gens de même quartier se rassemblent pour passer des commandes groupées. Il existe même des groupes de partage sur les réseaux sociaux pour se trouver du monde. » Il n’est pas non plus impossible que la SAQ commercialise bientôt le Gin Hibiscus. « Les ventes ont été fulgurantes : on a vendu plus de 500 bouteilles de gin en seulement deux jours », nous révèle Jean-François.

Crédit photo: Oshlag

Une entreprise florissante et fière d’être installée à Hochelaga

L’entreprise regroupe au sein d’une même adresse, trois enseignes : Glutenberg, la bière sans gluten, Transbroue, la compagnie de distributeur de bières de microbrasserie au Québec et Oshlag, la microdistillerie qui produit bières et spiritueux.

« On est passé d’une petite entreprise à une PME en très peu de temps, avoue le chef de l’exploitation Jean-François Théorêt. La demande est forte et nous devons nous agrandir. On veut augmenter notre capacité de production d’ici juin 2018. On a commencé avec une capacité de 4 000 hectolitres; aujourd’hui nous sommes à 15 000 hectolitres et nous espérons atteindre bientôt une capacité de 40 000 hectolitres de bière. »

L’entreprise est fière d’être installée à Hochelaga et affiche clairement son intention de rester. « On investit actuellement plusieurs millions de dollars pour développer, structurer et informatiser notre local Oshlag, situé au 2350 rue Dickson », nous explique Jean-François.

 

Un succès amplement mérité

Plusieurs raisons expliquent le succès et la popularité de cette brasserie et distillerie. En plus de produire ses propres bières et spiritueux, Oshlag offre une formule clé en main pour les brasseurs qui souhaitent se lancer en affaires et créer leur bière. « On offre des produits haut de gamme. Le brasseur nous fait goûter sa recette, puis nous réalisons la bière de A à Z. Ce sont nos techniques et on s’occupe également de la distribution. »

Ils ne peuvent cependant accepter toutes les demandes de brasseurs qu’ils reçoivent. « On privilégie les partenariats à long terme, déclare Jean-François.  On choisit des bières qui ont du potentiel et qui sont différentes de ce que nous faisons déjà. On travaille avec des brasseurs qui nous apportent des idées originales. Nous offrons une expertise très large et une gamme de produits diversifiée. » Vox Populi, Jukebox, L’Espace public, Avant-garde, Matera ou encore Shelton, sont quelques-uns des brasseurs avec qui l’entreprise travaille.

En ce qui concerne leur propre gamme de bière, Oshlag surfe sur la rareté en proposant des bières saisonnières. « On se fait souvent demander si telle bière ou telle bière va revenir », nous raconte Alisée Giguère, responsable marketing. C’est le cas de la bière Inca, cette bière au maïs bleu, qui devrait revenir sur les étalages de nos épiceries et dépanneurs.

Une entreprise avec des valeurs authentiques

Une des principales valeurs de la compagnie est l’utilisation d’ingrédients locaux, autant que possible. « Pour la bière Inca, par exemple, on aimerait trouver du maïs bleu, mais c’est difficile. On travaille avec un fermier local, le même que pour l’entreprise Glutenberg », déclare le chef de l’exploitation.

Au fil du temps, Oshlag a su créer une relation de confiance avec plusieurs entreprises québécoises. « Nous avons plein de projets avec les entreprises locales; en ce moment, nous travaillons avec une boulangerie pour élaborer une bière à partir de pain rassis. »

Pour plus d’information sur la vodka d’Oshlag: http://www.quartierhochelaga.com/vodka-a-sante-dhochelaga/

A propos Céline Pallares

Passionnée d’écriture, Céline est l’auteure d’un blogue sur la mode responsable, un sujet qui lui tient à cœur. Elle continue sa formation en écriture journalistique et espère devenir une rédactrice à temps plein. C’est dans le quartier Hochelaga qu’elle a décidé de s’installer avec sa petite famille il y a maintenant 3 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *