Accueil / Citoyenneté / À quand des passages piétonniers permanents sur la rue Ontario?

À quand des passages piétonniers permanents sur la rue Ontario?

Chaque année le même problème revient : une fois l’hiver passé, tout le marquage disparaît de nos rues ou presque. Alors que le mois de mai est bien entamé, force est de constater que l’arrondissement d’Hochelaga-Maisonneuve semble bien peu pressé d’améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes aux abords de la promenade Ontario alors que les traverses piétonnières n’ont toujours pas été repeintes.

Résultat : le parcours des personnes se déplaçant à pied ou à vélo est plus difficile et la priorité de passage, mal indiquée, est bien peu respectée.

Passage piéton invisible, coin De Chambly et Ontario, 13 mai 2017. QuariterHochelaga/Mathieu Séguin

 

Pourtant, la Ville devrait être pressée d’agir. Selon la SAAQ, les piétons ont eu la vie particulièrement dure en 2016. L’organisme gouvernemental a noté une hausse de la mortalité de 40 % par rapport à l’année précédente. Nous sommes passés de 45 décès en 2015 à 63 en 2016, une hausse jugée préoccupante par la SAAQ.

L’objectif n’est évidemment pas de pointer un usager de la route ou un autre pour expliquer cette hausse considérable. Après tout, personne ne souhaite être responsable d’une collision ou blesser sérieusement quelqu’un sur la route.

Alors, comment éviter le pire? Évidemment, les aménagements en place doivent favoriser la visibilité, faciliter le contact visuel entre les différents usagers de la route. Au retour du printemps, on voit bien les limites des aménagements peints au sol : les lignes sont complètement effacées, il n’existe plus aucun rappel de l’existence des passages piétonniers.

Pourtant les gens veulent encore traverser la rue. Les piétons, malgré l’absence de peinture,  savent bien que le passage existe. Après tout, les panneaux sont toujours bien présents. Malheureusement, ceux-ci, bien plus petits que les autres panneaux de circulation, perdus au milieu d’affiches publicitaires de toute sortes, sont rapidement évacués du regard des personnes au volant de leur voiture.

Tout cela crée bien des frictions.

Reconnaissons les efforts de l’arrondissement qui, au cours des derniers étés, a tenté différentes formules pour rendre la rue Ontario plus agréable pour les déplacements à pied. Les initiatives, essentiellement concentrées autour de la place Valois et appuyées par l’installation de balises au milieu de la rue Ontario, ont donné de beaux résultats durant les mois d’été. Toutefois, dès les premières neiges, la peinture s’efface, les balises sont retirées pour faciliter le déneigement et les bonnes habitudes de cohabitation entre les usagers de la route ne deviennent qu’un beau souvenir d’été.

Des solutions plus permanentes que de la simple peinture au sol peuvent être mises en place. Pensons aux passages piétonniers en pierres colorées installés juste à l’Ouest de notre quartier dans Sainte-Marie.  Des passages surélevés (ou trottoirs traversants) sont aussi une excellente manière d’améliorer la visibilité des personnes traversant la rue et marquent bien leur priorité. Enfin, plusieurs rues commerciales (notamment Saint-Hubert et Fleury) ont opté pour des panneaux de passage piétonnier surdimensionnés et accompagnés d’affichage lumineux. Été comme hiver, il est difficile d’ignorer leur présence.

D’ici là, faisons tous preuve de vigilance que nous soyons  à pied ou derrière un guidon ou un volant!

A propos Mathieu Séguin

Mathieu Séguin

Chroniqueur à l’émission La Matinale sur les ondes de CIBL 101,5, Mathieu a contribué à la fondation de la Coalition vélo de Montréal et est membre du comité d’administration de Vélo Québec association. Citoyen engagé passionné par les enjeux de mobilité, il réside dans le quartier depuis 2010.

Un commentaire

  1. Michèle Comtois

    Le passage piétons Ontario -De Chambly est connu des automobilistes habitués à ce dernier, et respecté en grande partie. Cependant, il n’est plus visible (peinture effacée) et plusieurs autos ne s’arrêtent plus (des non-habitués, probablement). Il est urgent d’y remédier avant que ce passage soit effacé également de la mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *