Accueil / Vivre dans Hochelaga / Piétons et cyclistes veulent se faire entendre dans MHM

Piétons et cyclistes veulent se faire entendre dans MHM

À l’instar de plusieurs arrondissements, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve a désormais sa propre Association des piétons et cyclistes (APCMHM). Ses membres espèrent contribuer à la bonification des transports actifs, un vœu qui pourrait se réaliser avec l’adoption récente du Plan local de déplacements (PLD) de l’arrondissement. Mais encore faut-il que les revendications soient écoutées.

Pour Chantal Montmorency, co-porte-parole de l’APCMHM, s’impliquer dans l’association est avant tout une manière de canaliser son énergie et une certaine frustration à l’égard de la situation actuelle des transports actifs. Pour cette cycliste de longue date, « le réseau montréalais au complet est assez mal entretenu et peu sécuritaire, et force les stratégies d’évitement chez les piétons et cyclistes ». Ayant elle-même subi un accident de vélo il y a 10 ans, elle constate le manque d’éducation quant au partage de la route.

C’est l’un des principaux chevaux de bataille de la toute récente APCMHM : promouvoir le civisme entre les usagers de la route par l’information sur la bonne cohabitation. « Il y a beaucoup de cyclistes et de piétons dans Hochelaga. On veut que leur présence soit remarquée et encouragée, facilitée », explique l’un des trois membres fondateurs de l’association, Claude Dallaire.  Lui-même a longtemps administré une page Facebook sur laquelle il dénonçait les conflits routiers et les endroits problématiques. « Il manque de liens entre les pistes cyclables, ça rend les longs déplacements difficiles. Aller au centre-ville est compliqué », illustre-t-il.

Claude Dallaire. Crédit photo: Ericka Muzzo

Par les utilisateurs, pour les utilisateurs

Plus de 1200 citoyens et une dizaine d’organismes ont participé depuis 2016 aux consultations du PLD, qui définira les actions de l’Arrondissement dans le domaine du transport pour les 10 prochaines années. « On veut vraiment être proactifs, pousser les décisions dans les transports actifs et en commun », assure le maire de MHM, Pierre Lessard-Blais.

Les membres de l’APCMHM ont demandé à voir le PLD afin de s’assurer que le point de vue des piétons et cyclistes était bien représenté, mais l’Arrondissement a jugé que les consultations avaient été suffisantes pour aller de l’avant. « C’est correct, mais on espère pouvoir participer au suivi des décisions, à la mise en application. Ce plan-là va définir le financement en transport pour les 10 prochaines années, on veut s’assurer qu’on n’oublie pas les usagers actifs », explique Chantal Montmorency.

Les organisations comme l’APCMHM ne seront toutefois pas invitées au comité de suivi, nuance Pierre Lessard-Blais. « Il y a plusieurs groupes qui traitent de ces questions-là, on serait embêtés de devoir faire le tri. On va plutôt avoir un comité de suivi assez réduit, mais créer trois journées thématiques par année pour parler avec les citoyens et les organismes, voir ce qui s’est fait et quels sont les besoins pour la suite », indique-t-il.

Le maire assure être conscient des enjeux en transport actif, et admet qu’il y a beaucoup de travail à faire dans ce domaine. « Les gens s’attendent à mieux. On a besoin de meilleures infrastructures pour les amener à utiliser davantage le transport actif, mais on ne peut pas faire ça du jour au lendemain. L’enjeu pour la ville est de travailler ensemble et non pas en silos, expose-t-il. Ce qu’on veut, c’est que quand des travaux sont prévus, on ajoute des éléments pour les piétons et les cyclistes, si l’endroit est favorable. »

L’APCMHM en est encore à ses tout débuts, mais peut aussi compter sur l’expertise d’autres associations locales ainsi que de la Coalition Vélo Montréal. Une action est notamment prévue pour le mois de juin, et d’autres assemblées devraient avoir lieu sous peu. Pour y participer, le mieux est de suivre la page Facebook de l’APCMHM https://www.facebook.com/apcmhm/?ref=br_rs.

A propos Ericka Muzzo

Ericka Muzzo
Nouvellement installée à Hochelaga-Maisonneuve, Ericka est étudiante en journalisme à l’Université du Québec à Montréal. Elle se passionne pour ces histoires en apparence banales qui épicent la vie et créent des ponts entre nous, individus à la fois si uniques et pourtant si semblables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.