Accueil | Consommer local | Poutine Centrale : les nouveaux garçons du quartier

Poutine Centrale : les nouveaux garçons du quartier

Front2 Poutine - LR

Les cuisiniers du restaurant chez Jimmy qui fumaient une cigarette pendant leur pause regardaient avec curiosité les gens qui s’engouffraient juste en face, chez Poutine Centrale. À l’intérieur, les premiers dégustateurs mangeaient de la poutine debout, le sourire aux lèvres, pendant que la jeune Ève, au comptoir, prenait les commandes de szechuannaise, de tourtière ou de bourguignonne.

Oui, il est toujours question ici de poutine. Mardi soir, c’était l’ouverture privée de Poutine Centrale, un restaurant d’une cinquantaine de places situé à l’angle des rues Charlemagne et Hochelaga, à l’emplacement du défunt restaurant-traiteur Chez Beauchesne. Le p’tit nouveau, qui mise sur un logo rétro et une décoration subtilement industrielle sculptée par l’artiste Jean Brillant, vous reçoit juste en face de la centrale électrique d’Hydro-Québec, qui lui a inspirée son nom.

Au menu pour vous survolter : une vingtaine de poutines différentes, composées de frites craquantes cuites dans de la graisse de boeuf (avec des patates Russet dont la peau a été conservée). En ces temps de post-mondialisation, la poutine au poulet au beurre cohabite parfaitement avec la végétarienne (à la salade de chou maison) et la poutine Hochelaga, agrémentée de bacon, d’oignons et de champignons. La qualité des frites et de la viande s’annonce comme l’une des forces de l’endroit.

Les athées de la poutine y trouveront aussi des pogos maison et des hamburgers juteux. Et les parents qui rechigneraient à servir de la sauce brune à leur progéniture pourront miser sur le plat pour enfants composé de filets de poulet panés et de frites. Alors que plusieurs nouveaux restaurants fleurissent sur la promenade Ontario, celui-ci se distingue des adresses comme Les Canailles et Le Chasseur tant par son emplacement que son concept et son abordabilité.

Poutine Centrale est officiellement ouvert depuis le 28 mars. Les trois propriétaires des lieux, des gars qui cumulent quarante ans d’expérience dans le domaine de la patate, de la restauration et de l’entrepreneuriat, espèrent contribuer, une poutine à la fois, à l’essor du quartier. Sur place, vous rencontrerez le sympathique Louis Bourgeois, 31 ans, qui connaît par coeur Montréal… et ses traditions culinaires.

Infos : Restaurant Poutine Centrale, 3971 rue Hochelaga – Ouvert du lundi au jeudi de 11 h à 22 h et les vendredis et samedis de 11 à 23 h. Fermé le dimanche.

 

 

 

 

A propos de Alexandra Viau

Alexandra Viau
Alexandra est journaliste pigiste et hochelagaise d’adoption. Elle commence à s’intéresser au quartier en 2006, alors qu’elle réalise une biographie radiophonique sur la carrière de Louise Harel. Son attachement aux Expos et aux paysages industriels la convainc d’emménager quatre ans plus tard dans Hochelaga, petit coin de pays dont elle aime l’âme, les cordes à linge, l’architecture... et sa merveilleuse boulangerie. Elle se joint à QuartierHochelaga parce qu’elle croit en la pertinence de réaliser des choses collectivement.

10 commentaires

  1. Ah bé ouais, une poutine végétarienne avec les frites cuites dans de l’huile de beuf, c’est parfait !

  2. ” Et les parents qui rechigneraient à servir de la sauce brune à leur progéniture pourront miser sur le plat pour enfants composé de filets de poulet panés et de frites. ”

    drole de phrase,,, et de pensée..
    Mes enfants ne mangeront pas de poutine, mais le poulet panés et les frittes est bien mieux pour eux…

    • Beauchamp Johanne

      Non mais vos gueules !!!! Je suis responsable à l’alimentation dans un CPE de Saint-Henri ! Ma cuisine et flexitarienne ! Je trouves plutôt sympa que ce resto pense offrir un plat pour les kids !!! Oufff ! Qu’elle mentalité bornée !!! ;-(

      • Beauchamp Johanne

        Les enfants adorent le poulet pané et les frites ! Belle opportunité pour nous de modifier petit à petit nos recette afin de les convertir à une alimentation plus saine ! ;-) Et si vous avez besoin d’idée … J’en ai en masse !!! Mais surtoût … Je ne voudrais pas vous avoir comme parents !!! ;-) lollll

  3. @TomTom
    @Alexis McFly

    ah, fermez-la donc, si c’est juste pour chialer. Personne vous force à y aller, espèce de bébés gâtés.

    Après la poutine, le chialage futile et non-constructif, une autre particularité toute québécois.

  4. Après avoir passé devant le commerce et suite à votre article, je me faisais une joie de l’essayer.

    Décor désign et de bon goût

    Facture salée : nous avons commandé 2 grosse poutine + 3 breuvage = 32.95$

    Choix des places : soit une rangée de table alignée comme à la cabane à sucre ou tu dois t’asseoir en ayant l’impression d’être avec le groupe voisin ou comptoir vitrine avec banc au beau désign mais quelque peu confortable ou tu dois t’asseoir un à côté de l’autre.

    Appréciation du repas : Belle portion garnie généreusement. Poutine avec saucisse et bacon : la saucisse fumée était très bonne mais mélangé dans la poutine le goût du fumé prenait de dessus sur tout le reste bref blasé après avoir mangé moins que la moitié.
    Poutine avec poulet et petit pois : bonne pas plus ni moins. Le poulet mélange de blanc et de brun qui a été réchauffé sur la plaque enlève le goût de poulet frais.

    Bref .. avons quitté sans avoir terminé nos poutines.

  5. “vous reçoit juste en face de la centrale électrique d’Hydro-Québec, qui lui a inspirée son nom.”

    Ce n’est pas une centrale électrique du tout, c’est le poste Jeanne-D’Arc, un poste de distribution. Une centrale produit de l’énergie alors que les postes ne font que la redistribuer.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>