Accueil / Citoyenneté / CLAP : Le projet de Ray-Mont rejeté, la pétition déposée

CLAP : Le projet de Ray-Mont rejeté, la pétition déposée

Nouveau développement dans l’affaire de la Cité logistique de L’Assomption et du port (CLAP). Réal Ménard, maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, a annoncé au cours du conseil d’arrondissement du 13 mars 2017 que le projet de Ray-Mont Logistic avait été refusé par la mairie. Cette annonce a été faite alors que les citoyens à l’origine de 5000 signatures pour MHM ont déposé officiellement leur pétition à l’arrondissement.

Ray-Mont Logistic était la seule entreprise à avoir déposé un projet pour s’installer dans la CLAP. Transporteur de légumineuses et de céréales, l’entreprise avait pris de court la mairie en déposant un projet avant même que ne soit adopté le Plan d’intégration et d’implantation architecturale (PIIA), qui permet de fixer les règles d’implantation des entreprises dans la CLAP. Par conséquent, l’entreprise n’était pas obligée de se conformer au nouveau règlement.

Réal Ménard a expliqué que le refus d’accorder un permis à Ray-Mont Logistic a été décidé par le service de l’urbanisme, en vertu du règlement antérieur au PIIA. « À présent, tout entrepreneur devra se conformer au PIIA », précise-t-il, sans donner de détails quant aux raisons de ce refus. Charles Raymond, propriétaire de Ray-Mont Logistic, avait acheté le terrain de 240 000 pieds carrés situé dans la CLAP en janvier dernier pour un montant de 20 millions de dollars. Il procède actuellement à la décontamination du site et pourrait revenir à la mairie avec un nouveau projet, qui devra cette fois être balisé par le PIIA.

Quasi-unanimité autour du PIIA

Le nouveau règlement a d’ailleurs été adopté à l’unanimité par le conseil d’arrondissement, sous réserve d’amendements qui pourraient survenir à la suite de la consultation publique du 23 mars prochain organisée par l’OCPM. C’est ce qu’a mentionné le conseiller d’Hochelaga, Éric Alan Caldwell, qui espère que les commentaires des citoyens seront pris en compte pour amender le PIIA.

Plusieurs membres du comité 5000 signatures pour MHM étaient sur place pour le dépôt de leur pétition et ont pu en profiter pour faire une première lecture du PIIA. « Ma première impression c’est qu’ils ont travaillé fort, je dois par contre le relire demain à tête reposée, explique Patricia Clermont. Les consultations vont être vraiment utiles, mais je pense qu’ils [l’arrondissement] ont compris le message que les citoyens ont une vraie vision informée. »

La conseillère de ville pour Maisonneuve–Longue-Pointe, Laurence Lavigne-Lalonde s’est dite favorable au présent règlement, en mentionnant tout de même que certains changements devront être adoptés et plusieurs aspects devront être améliorés. « J’ai hâte de voir l’évolution du PIIA, il y a des éléments qui devraient être précisés. Par exemple une citoyenne a parlé de la distance entre les zones résidentielles et industrielles ou encore la question des toits verts. Nous devons nous assurer que tout soit précisé pour assurer la quiétude des citoyens », précise-t-elle. Elle a souligné, elle aussi, l’importance de la consultation du 23 mars prochain, tout en félicitant chaudement les citoyens ayant réuni les 6600 signatures de la pétition.

Transparence

Les élus de Projet Montréal ont déposé une motion pour garantir plus de transparence dans l’évaluation de nouveaux projets à l’intérieur de la CLAP. Ils souhaitent que les implantations d’entreprises dans la CLAP soient approuvées par les élus et votées en conseil. Actuellement, ce pouvoir est délégué à la Direction de l’aménagement urbain et des services aux entreprises (DAUSE).

La cité de la logistique est un vaste projet industriel qui permettra à plusieurs entreprises privées d’entreposer ou de traiter des marchandises vers le port de Montréal. Si les acteurs industriels appuient ce projet, de nombreux citoyens s’inquiètent des nuisances occasionnées par ces nouvelles entreprises, situées à proximité de nombreux logements.

Raphaëlle Ritchot et Simon Mauvieux.

Crédit photo : QuartierHochelaga

A propos Simon Mauvieux

Simon Mauvieux

Simon est diplômé de journalisme et étudiant à la maîtrise en science politique. Récemment installé dans le quartier, il se plait à explorer sa vie communautaire et politique. Passionné par le reportage et la photographie, il traine son carnet et son appareil au gré de l’actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *