Accueil / Citoyenneté / Réflexion secondaire : Pour une école secondaire de proximité et de qualité

Réflexion secondaire : Pour une école secondaire de proximité et de qualité

Le groupe Réflexion secondaire vise la mobilisation autour de la valorisation de l’école Chomedey-De Maisonneuve. L’initiative citoyenne portée par deux mères du quartier bénéficie depuis peu de la reconnaissance du milieu scolaire et d’un certain intérêt médiatique. QuartierHochelaga a rencontré les deux instigatrices du groupe de réflexion.

École secondaire Chomedey-De Maisonneuve
École secondaire Chomedey-De Maisonneuve

Julie Verdy et Marie Godbout-Longpré habitent le quartier Hochelaga-Maisonneuve depuis plusieurs années, un quartier qu’elles estiment « riche de sa diversité, de son histoire, de son architecture et de sa vie communautaire ». Leurs enfants en âge scolaire fréquentent l’école primaire Maisonneuve. Les deux mères croient avec conviction que la mixité socioéconomique des écoles du quartier est une force vive, tant pour la communauté que pour l’éducation de leurs enfants.

C’est lors d’un souper entre parents du quartier que la réflexion sur le choix des écoles secondaires a surgi. Pourquoi l’école secondaire Chomedey-De Maisonneuve a-t-elle une si mauvaise image ? Pourquoi ne fait-elle pas partie des choix d’école de plusieurs familles du quartier ? Pourquoi la mixité serait-elle acceptable au primaire, mais ne le serait plus au secondaire ?

De ces questions spontanées est né un groupe de réflexion organisé et ouvert aux autres familles de la communauté. En effet, en juin dernier Julie et Marie ont créé une page Facebook qui regroupe aujourd’hui plus de 120 membres dont plusieurs participent activement aux fils de discussions.

Gratuité, proximité, continuité et communauté

Pour Julie Verdy et Marie Godbout-Longpré, les avantages à choisir Chomedey-De Maisonneuve sont nombreux. L’école secondaire de quartier est gratuite et favorise la démocratie scolaire, deux valeurs incontournables pour ces deux femmes. La proximité réduit le temps de voyagement et la continuité entre le primaire et le secondaire permet de préserver les liens d’amitié créés entre les élèves et les familles du quartier. Aussi, croient-elles qu’en poursuivant son enracinement dans sa communauté, l’école Chomedey-De Maisonneuve peut contribuer à renforcer le sentiment d’appartenance au quartier et participer à sa vivacité. L’école se distingue aussi par sa petite taille, une qualité qui plaît aux deux mères.

Alors pourquoi plusieurs parents hésitent-ils à inscrire leur enfant à l’école secondaire Chomedey-De Maisonneuve ? Les fondatrices du groupe de réflexion parlent d’une crainte fondée, entre autres, sur une perception négative de l’école. Celle-ci est vue comme une école de dernier choix, fermée sur elle-même et fréquentée par une population d’élèves ayant des difficultés d’apprentissage et de comportement. La peur du « nivellement par le bas » semble partagée par plusieurs autres membres du groupe de réflexion.

« On vous ouvrira les portes »

La réponse à la démarche du groupe Réflexion secondaire semble très positive. En plus des nombreux citoyens et de la commissaire scolaire Diane Beaudet, l’équipe de direction et certains membres de l’équipe-école de Chomedey-De Maisonneuve ont démontré un vif intérêt et une grande ouverture au dialogue. Conscients du besoin de revalorisation de l’école et des bienfaits d’une plus grande mixité, ils auraient confié à Julie et Marie que les portes seraient grandes ouvertes à l’implication des parents. C’est avec beaucoup de fierté que les deux représentantes du groupe Réflexion secondaire ont accepté l’invitation à siéger au conseil d’établissement (CÉ) de l’école secondaire à titre de membres de la communauté.

La pertinence de la démarche est telle qu’elle rayonne au-delà du quartier. En effet, le journaliste Michel Labrecque a répondu à l’appel de Julie et Marie qui lui ont accordé une entrevue dans le cadre du reportage « La petite séduction de l’école publique » diffusé le 26 octobre dernier à l’émission Désautel le dimanche sur les ondes d’Ici Radio-Canada Première.

À court terme, elles souhaiteraient voir une forte participation des parents du quartier aux prochaines portes ouvertes de l’école Chomedey-De Maisonneuve afin de donner une chance à une école qui possède déjà beaucoup pour plaire.

Ultimement, Julie Verdy et Marie Godbout-Longpré rêvent d’une école engagée, ouverte sur la communauté et représentative de celle-ci. Craignant le discours élitiste, elles penchent davantage vers un modèle scolaire en partenariat avec les différents organismes et services du quartier, tels qu’Espace pour la vie, le Théâtre Denise-Pelletier, le CCSE Maisonneuve et le Garage à musique.

En d’autres mots, le groupe Réflexion secondaire souhaite que l’école Chomedey-De Maisonneuve soit tout aussi attrayante que les autres écoles secondaires.

Page Facebook
Réflexion secondaire

Reportages :
La petite séduction de l’école publique
Faites-vous confiance à l’école publique?

A propos Janie Filion-Billot

Janie Filion-Billot
Maîtresse d'école à temps partiel, Janie passe l'autre partie de son temps à s'engager dans mille et un petits projets citoyens : pousser ses enfants sur les balançoires, faire du pain au banane et rêver d'une école joyeuse.

2 Commentiares

  1. C’est le genre d’initiative que l’Atelier d’histoire apprécie. La preuve que l’intérêt pour son patrimoine permette le tissage des liens. On a l’impression de ne pas travailler pour rien.
    Bravo!

  2. À mon avis, c’est tellement important de trouver une école secondaire de proximité et de qualité. Je pense aussi que les quatre choses que vous avez discuté, gratuité, proximité, continuité et communauté, sont des caractéristiques tellement important pour toutes les écoles du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *