Accueil / Citoyenneté / Sarah Beaumier de la CAQ : en avoir pour son argent

Sarah Beaumier de la CAQ : en avoir pour son argent

C’est au cégep que Sarah Beaumier, candidate caquiste dans la circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve pour les élections provinciales de 2018, a eu l’appel de la politique. Depuis, Mme Beaumier est attirée par le rôle de député qu’elle perçoit comme une fonction noble. Une rencontre, à la fin des années 90, avec Lucien Bouchard, ancien premier ministre du Québec, l’impressionne et lui donne une fois pour toutes la piqure politique.

Jeune adulte à l’époque elle n’ose pourtant pas se lancer, pensant qu’elle manque d’expérience. « J’ai attendu et attendu et aujourd’hui je suis arrivée à un point dans ma vie où je suis mieux outillée, où je peux mieux capter à quels endroits les choses peuvent être améliorées », explique la caquiste en se référant à ses expériences de gestion ainsi que comme prestataire de services québécois.

Sarah Beaumier n’approche pas le rôle de députée à la légère. Elle est consciente du travail que cela demande, entre autres au niveau de la gestion de l’argent. Sur ce point, elle se considère avantagée par rapport à ses adversaires, rappelant qu’elle est diplômée d’une maîtrise en marketing de l’école des Hautes études commerciales (HEC) de l’Université de Montréal, ainsi que d’un baccalauréat en commerce de l’Université Concordia. La candidate est confiante quant à ses capacités à pouvoir gérer un budget afin que les gens reçoivent le plus possible. « Je veux que les gens en aient pour leur argent, que les dépenses soient au plus grand bénéfice de tous », affirme Mme Beaumier.

Les Hochelagais réceptifs

Mère de deux enfants et enceinte d’un troisième, Sarah Beaumier habite Rosemont, mais est prestataire des services de base dans Hochelaga-Maisnneuve. Son médecin de la famille est à la Clinique Joliette et ses deux jeunes filles vont au CPE dans la circonscription. « C’était naturel pour nous, il n’y avait pas d’autre option », explique la jeune mère.

Sarah Beaumier souhaite répondre à ce qu’elle appelle « le cynisme de notre temps » par la sincérité. Sa stratégie politique est d’être présente dans Hochelaga-Maisonneuve, de rencontrer les gens et de souligner les contradictions de ses adversaires. Elle croit les Hochelagais en droit de connaître ce qui se passe sur la scène politique. La caquiste rapporte que sa campagne s’est très bien passée et qu’elle a pu compter sur la bonne volonté des Hochelagais, qu’ils appuient la CAQ ou simplement la démocratie.

« Les gens d’ici sont merveilleux. Ils sont hyper informés et ils s’impliquent, ils veulent avoir leur mot à dire », apprécie la politicienne. Elle identifie cette participation comme une caractéristique d’Hochelaga, remarquant qu’elle a également eu une grande facilité à récolter les 100 signatures mandataires à sa candidature dans la circonscription.

Les enjeux de la campagne

Comme tous les candidats d’Hochelaga-Maisonneuve, la santé se dresse en haut de la liste des priorités de Sarah Beaumier. Selon elle, la crise des médecins dans la circonscription se stabiliserait grâce à un changement du mode de rémunération des professionnels de la santé. Afin d’encourager les médecins à suivre les patients atteint de troubles lourds, tels des troubles de santé mentale ou des maladies chroniques, il faudrait cesser de les payer à l’acte, croit la politicienne.

Jeune mère, elle a également à cœur les politiques familiales. La politicienne souhaite travailler à faciliter l’accès aux CPE, notamment grâce à la prématernelle dès 4 ans, mesure figurant sur la liste des promesses caquistes. « Je suis enceinte de 5 mois et je n’ai aucune garantie d’avoir une place en garderie dans un an. C’est un stress qu’on devrait pouvoir éviter », se désole Mme Beaumier.

A propos Daphné Ouimet-Juteau

Daphné Ouimet-Juteau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.