Accueil / Consommer local / Une aide financière pour la SDC

Une aide financière pour la SDC

Les commerçants des rues Ontario et Sainte-Catherine Est dans le secteur de la Société de développement commercial (SDC) Hochelaga-Maisonneuve pourront obtenir des subventions allant jusqu’à 250 000 $. Ces montants devront être utilisés pour des travaux d’embellissement ou d’agrandissement.

Cette annonce a été faite jeudi le 9 février 2017 par Réal Ménard, maire de l’arrondissement et Pierre Lessard-Blais, président de la SDC Hochelaga-Maisonneuve. Elle s’inscrit dans le programme d’aide financière PR@M-Commerce.

Ce programme, financé par le gouvernement du Québec, offre un soutien financier pour des rénovations d’édifices commerciaux. Les travaux admissibles au PR@M-Commerce peuvent comprendre, sans s’y limiter, la transformation d’une façade, l’aménagement des accès aux bâtiments, la rénovation intérieure ou encore l’agrandissement d’un commerce.

Cette aide pourra être d’un montant maximum allant de 4 000 $ à 20 000 $ pour des honoraires de professionnels en design ou de 50 000 $ à 250 000 $ pour des travaux de rénovation.

 Embourgeoisement

Interrogé sur l’influence que ce genre de projet pourrait avoir sur le phénomène d’embourgeoisement dans l’arrondissement, le président de la SDC, Pierre Lessard-Blais, a mentionné ne pas s’inquiéter de la situation. « Il y a toutes sortes de vitrines qui sont aux prises avec ce problème-là [le vandalisme], autant des salons de coiffures que le Dollorama. Je pense donc que les citoyens sont très reconnaissants lorsqu’il y a des gens qui s’impliquent dans leur quartier, qui donnent du beau et de la qualité à celui-ci », ajoute-t-il.

Si le maire mentionne que « pour que ça aille bien dans un arrondissement, il faut que ça aille bien dans son secteur commercial », une résidente du quartier, membre du Comité hochelaguien de lutte anti-gentrification (CHLAG) n’est pas de cet avis. « La rénovation des façades, c’est justement un changement esthétique qui ne sert qu’à rendre la rue Ontario aceptable à une classe aisée de consommateurs. On cherche à faire un quartier attractif à des touristes foodies qui sortent dans les bars et restaurants hypes. Ça fait partie d’une logique d’aseptisation et d’uniformisation que la Ville et la SDC veulent mettre en place dans Hochelaga, pour attirer des nouveaux résidents avec du cash », témoigne-t-elle, en conservant son anonymat.

« La prochaine étape est la décision par le comité exécutif de la période d’ordonnance pour les commerçants. Ceux-ci auront deux ans pour déposer un projet et deux ans par la suite pour commencer les travaux », a expliqué M. Ménard.

Crédit photo : Mélanie Dusseault

A propos Raphaëlle Ritchot

Raphaëlle Ritchot
Raphaëlle est étudiante en journalisme à l’UQAM, fraîchement revenue d’un séjour en Suède où elle y a étudié les études du genre. Elle vient de s’installer tout près d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier qu’elle ne peut attendre de mieux connaître.

Un commentaire

  1. mellani kristin

    Comment pouvons-nous procéder pour ces subventions ?
    Cet article ne fait que mentionner l’annonce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *