Accueil / Culture / Soirée spectacle Philippines en famille

Soirée spectacle Philippines en famille

Un mois après le passage du typhon Haiyan aux Philippines, des citoyennes de Hochelaga-Maisonneuve et des artistes organisaient une soirée de collecte de fonds pour venir en aide aux sinistrés. C’est ainsi que le 1er décembre dernier, j’assistais à un condensé de Coup de cœur francophone à saveur humanitaire.

Dans l’ambiance chaleureuse du Bistro In Vivo, une belle brochette d’artistes, dont plusieurs lauréats du Coup de cœur francophone, et des représentants de la relève étaient présents. Chacun d’eux avait un bon mot pour les Philippins : Doriane Fabreg, alias Doba, Marie-Marine Lévesque, Catherine Major, Amylie, Viviane Audet, Robin-Joël Cool, Mentana, Maria Janice, Amaury Villain, Olivier Bélisle, Julie Ross, Mathieu Vigneux, Madame Moustache, Gaële et Bruno Rouyère.

Galerie photo de la soirée, une gracieuseté de Marc-Hugo Smith.

« On est en famille! »

Doba, animatrice de la soirée, a su rendre le spectacle intime et cocasse à la fois, sans perdre l’objectif de la soirée. Heureuse de la soirée qu’elle a passée, elle a souligné que « chaque artiste a apporté sa note personnelle et son affection pour les gens des Philippines. »

Maria Janice Crédit photo: Marc Hugo Smith
Maria Janice
Crédit photo: Marc Hugo Smith

D’ailleurs, un moment émouvant de la soirée a sans aucun doute été la prestation de Maria Janice, Philippine d’origine, qui a chanté en tagalog, sa langue natale. Un membre de sa famille manquait d’ailleurs toujours à l’appel.

L’Oeuvre Léger
Comme le disait le cardinal Léger, « il n’y a pas de petit don.»

La soirée a permis de ramasser 1 505 $. La collecte a été possible grâce au prix d’entrée de 20 $, à l’encan silencieux de l’Oeuvre de Marie-Marine Lévesque et à la remise, et par le Bistro In Vivo, de 20 % des recettes réalisées avec les repas et de 1 $ pour chaque pinte de Boréal vendue.

Sylvain Sicotte, coordonnateur des communications et de l’engagement du public à l’Oeuvre Léger, explique que l’argent sert principalement à approvisionner les Philippins en eau potable. » Il poursuit en expliquant que « L’œuvre Léger travaille en collaboration avec un organisme de Toronto, GlobalMédic, qui se spécialise dans la filtration de l’eau », précisant au passage « qu’une marre souillée peut être filtrée, devenir potable et fournir 1800 litres à l’heure ».

Norman MacIsaac, directeur général de L’Oeuvre Léger, en a profité pour remercier les bénévoles très actifs sur le terrain. En particulier, le travail de Jimmy Vigneux, photographe professionnel et coopérant bénévole aux Philippines. D’ailleurs, ses très belles photos défilaient à l’arrière de la scène durant la soirée, rappelant ainsi à tous pourquoi ils s’étaient rassemblés dans la salle.

Jimmy Vigneux
Jimmy Vigneux

M. Vigneux a suivi une formation en aide humanitaire de L’Oeuvre Léger au printemps dernier. Après le passage du typhon, il a été envoyé sur place, dès les premiers jours de la crise, pour un séjour de trois semaines.

Attrapé au téléphone quelques jours après son retour, M. Vigneux semble encore flotter entre Québec et les Philippines.

« Je suis arrivé trois jours après le typhon. Le nettoyage va très rapidement. Après deux semaines, les rues étaient nettoyées, les marchands apparaissaient dans les rues. Les gens ont commencé à se construire des cabanes de fortune.

À travers mes photos, je voulais montrer le travail sur le terrain et la vie des gens après une vague de 25 pieds, qui a rasé toute la région où j’étais. Les Philippins forment un peuple très résilient; ils nous ont accueillis sur le terrain avec un grand sourire. Et cela, malgré qu’ils aient perdu des membres de leurs familles et leurs maisons.

On a vécu […] les relations avec les gens, des choses qui ne sont pas montrées par les grands médias. Parce que tout ce qu’on montre en ce moment, c’est la dévastation, des gens tristes, des gens qui ont tout perdu. On ne montre pas des gens qui sourient, car ça sert moins bien le propos d’un article.

Ce qui m’inquiète, c’est qu’on commence de moins en moins à parler de ce drame dans les médias. C’est certain que cela a un impact sur les dons. Et pourtant! Le typhon a dévasté la région pendant trois heures, mais la reconstruction va prendre des années. Le pire, c’est que c’est le genre de catastrophe naturelle qui va être plus fréquent avec les années, tant en Asie du Sud-Est que dans les Caraïbes. Et on parle ici de pertes humaines.»

Voici une sélection des photos de Jimmy Vigneux. Il prévoit d’ailleurs exposer l’ensemble de ses photos prochainement.

Un bravo spécial à Janie Beauchamp et à son équipe de bénévoles, dont à sa fillette, qui ont su démontrer leur solidarité avec un peuple qui habite à l’autre bout de la planète.

Ceux qui étaient absents et qui désireraient faire un don à L’Oeuvre Léger, spécialisée dans l’aide humanitaire d’urgence, peuvent le faire en ligne. Tous les dons sont acceptés.

Article connexe
Spectacle-bénéfice au In Vivo pour les victimes du typhon Haiyan

 

A propos Virginie Bonneau

Virginie Bonneau
Maman, citoyenne engagée et bien ancrée dans son quartier, Virginie ne manque pas une occasion de mettre de l’avant les valeurs de coopération et de partage. Diplômée en développement local et planification territoriale, elle travaille pour les organismes communautaires famille de Hochelaga-Maisonneuve. Elle connaît le quartier comme sa poche, mais il lui arrive tous les jours d’y découvrir de nouvelles choses qu’elle veut partager dans sa communauté grâce à QuartierHochelaga.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *