Accueil / Citoyenneté / Vers un écoparc industriel dans le secteur Assomption Sud

Vers un écoparc industriel dans le secteur Assomption Sud

Exit la controversée Cité de la logistique, les élus de Projet Montréal de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve souhaitent développer un écoparc industriel sur le site Assomption Sud.

Les élus ont dévoilé leur nouvelle vision lors d’une rencontre publique tenue le 5 juillet dernier. La première étape dans la création de ce futur écoparc sera une consultation publique pilotée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Si tout va bien, cette consultation publique devrait avoir lieu à l’automne prochain, possiblement en septembre.

Le nouveau mandat confié à l’OCPM est d’assurer la tenue d’une démarche de consultation publique qui porte sur une vision de développement économique et urbain du secteur Assomption-Sud – Longue-Pointe. Le mandat vise à soumettre au débat l’approche préconisée par la ville en matière d’attraction de nouvelles entreprises dans un milieu urbain dense, en respect des principes de développement durable et d’une saine cohabitation avec les milieux résidentiels. Le mandat ne va pas plus loin pour laisser place aux débats lors des jours de consultation.

Inclure les citoyens

Le nouveau mandat de la consultation publique inclut davantage les citoyens dans le processus décisionnel, estime la conseillère de ville du district de Maisonneuve–Longue-Pointe, Laurence Lavigne Lalonde.

« Nous ce qu’on souhaite, c’est oui qu’il y ait du développement, mais pas n’importe quel type de développement. On souhaite que ce développement soit principalement au bénéfice des citoyens de l’arrondissement », explique-t-elle.

Les élus ont également annoncé que le projet respectera leurs engagements électoraux, c’est-à-dire qu’il ne nécessitera pas d’expropriation résidentielle, qu’il favorisera le développement de commerce de proximité, le développement et la préservation du boisé et l’aménagement d’espaces verts, de liens cyclables et de sentiers piétons.

Les élus ont aussi créé un nouveau nom pour désigner l’emplacement : le ruisseau de la grande prairie, qui fait référence à l’ancien nom du ruisseau Molson. La zone retenue par la nouvelle vision s’étend jusqu’à l’autoroute 25.

Qu’est-ce qu’un écoparc industriel

Un écoparc industriel est une zone d’activité économique où les entreprises s’engagent à mener leurs opérations dans le respect de l’environnement et même à entretenir un paysage naturel. C’est donc dire que le secteur gardera une fonction industrielle, mais dans un cadre environnemental beaucoup plus strict.

La création d’un écoparc industriel est liée à l’aménagement et l’urbanisme durable, mais aussi à la gestion environnementale (limiter les impacts sur l’environnement) et à l’écologie industrielle.

Les élus de Projet Montréal pourraient forcer les acteurs du projet à respecter leur vision en imposant plusieurs normes contraignantes comme la norme Iso 14 001 qui donne un cadre pour maitriser les impacts environnementaux ou encore la certification LEED qui est un système d’évaluation pour les bâtiments durables.

Laurence Lavigne Lalonde soutient que le futur écoparc va améliorer la qualité de vie des gens qui habitent autour de la zone de développement tout en respectant les exigences du développement durable et de l’économie circulaire, qui vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources pour réduire l’impact environnemental.  De plus, le projet devra aussi appliquer une gestion intégrée des nuisances et assurer une bonne intégration du milieu environnant.

« On veut développer une vision économique diversifiée, qui est très bien intégrée à son milieu d’insertion et qui est en conformité avec les principes de développement durable. Notre objectif est qu’il y ait une cohabitation harmonieuse entre les activités industrielles et résidentielles » souligne la conseillère de Maisonneuve–Longue-Pointe.

Jugement défavorable

L’arrondissement MHM a toutefois reçu un jugement défavorable au début du mois de juillet de la Cour supérieure dans son litige l’opposant depuis plusieurs mois à Ray-Mont Logistiques. Ce jugement stipule que l’arrondissement MHM ne pourra plus refuser l’émission du permis de construction demandé par la compagnie. Cependant, seulement 10 % des terrains du futur écoparc industriel désiré par les élus sont possédés par Ray-Mont Logistiques.

 

A propos Samuel Lamoureux

Samuel Lamoureux
Journaliste, improvisateur à la retraite, Samuel est un passionné de musique électronique, de littérature et de sociologie. Hochelaga-Maisonneuve l'a toujours fasciné par son pôle contre-culturel à Montréal. Rendez-vous au Pizza Piroz pour une discussion sur l'avenir du quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.