Accueil / Consommer local / Le Vinologue, un petit frère pour le Bièrologue

Le Vinologue, un petit frère pour le Bièrologue

Le Bièrologue a ouvert, le 20 août dernier, une nouvelle section Vins d’ici : Le Vinologue.

Modifiée en décembre 2016, la réglementation qui régit la vente de vins locaux permet maintenant aux commerces de proposer, au même titre que la SAQ, des vins du Québec, à condition qu’ils ne dépassent pas 16 degrés d’alcool. Le 20 août dernier, Le Bièrologue, qui offre déjà une grande variété de bières gastronomiques ainsi que des produits du terroir, en a profité pour ajouter à sa liste une soixantaine de vins d’ici.

Devant la boutique située au 4301 rue Ontario Est depuis 2012, une ardoise façonnée par un artisan porte désormais la mention « Le Vinologue ». Que les amateurs de bières se rassurent, Le Bièrologue n’a pas l’intention de diminuer sa sélection de bières. Il a fallu repenser l’agencement de la petite boutique, mais aucun produit n’a été supprimé.

Un logo a été spécialement dessiné pour Le Vinologue afin de différencier les deux sections. Il s’agit d’une feuille de Frontenac, le cépage local le plus prolifique au Québec.

À l’exception des bières et vins non alcoolisés, populaires auprès des femmes enceintes ou des personnes médicamentées, on ne trouve chez Le Bièrologue que des produits québécois.

« 99,9 % de notre offre est locale » explique David Deschênes, co-fondateur de la boutique Le Bièrologue. « Non seulement, cela permet de favoriser l’économie locale, mais cela engendre aussi moins de pollution causée par le transport, et assure la traçabilité des produits ; on connaît les brasseurs, les intervenants, les vignobles, on connaît leur prénom, ça change toute la donne pour connaître les produits ! ».

Une bouteille d’origine étrangère réinvestie dans notre économie locale rapporte 60 sous, tandis qu’une bouteille québécoise rapporte 6.60 $, ce qui a pour effet de soutenir l’économie locale en matière d’emploi, d’éducation et d’infrastructures.

David Deschênes et son équipe travaillent en étroite collaboration avec un expert en vins et en produits locaux. Aux côtés d’œnologues québécois, ils s’invitent dans un milieu encore peu développé et proposent une douzaine de cépages : tant des vins doux et frais que des vins plus charnus et corsés, mais aussi plusieurs millésimes. La sélection variera en fonction des saisons, et on devrait ainsi découvrir un beau choix de vins de glace pendant le temps des fêtes. Prévoyez de 14 $ à 28 $ selon les vins.

« Les vins d’ici ont 25 ans et moins, souligne David Deschênes. Ce sont des cépages bien à nous, cultivés dans un climat bien à nous. Oubliez l’Europe, l’Amérique du Sud ou les États-Unis : pensez à quelque chose de nouveau et ouvrez votre esprit. On s’en va ailleurs et c’est vraiment intéressant. »

Les employés, quant à eux, suivront une formation pour approfondir leur connaissance du vin et conseiller au mieux la clientèle. La réputation du Bièrologue n’est plus à faire en la matière et traverse même les frontières d’Hochelaga. Le secret de leur réussite ? Une relation client basée sur la confiance.

La boutique offre aussi régulièrement des dégustations gratuites de bières et de vins les vendredis et samedis, de 15 h à 18 h. Une belle occasion de découvrir jusqu’à trois vins différents. Ce vendredi, un nouveau vignoble fait son apparition : Émile-Auguste.

Le propriétaire du Vinologue est confiant. « D’ici cinq ans, les vins du Québec seront aussi populaires que la bière québécoise. Les jeunes ont appris à savourer une bonne bière à 5-6 $. Ils associent la nourriture à la bière, mais pas forcément aux vins. Il y a donc un travail à faire. »

Et pour accompagner les vins proposés, la boutique offre pas moins de 250 produits du terroir, selon les saisons. Ainsi, cet été, les clients pouvaient siroter un jus de rhubarbe. Aujourd’hui, c’est le beurre aux pommes et à la citrouille qui est à l’honneur. Ceci étant, David ne souhaite pas faire de l’ombre aux commerces avoisinants qui proposent également des produits locaux. « Les gens font leurs emplettes dans trois ou quatre commerces différents. On est plus en mode commerçants durables, commerçants collectifs et communautaires. »

David a toujours eu de bonnes intuitions. C’est la raison pour laquelle il a installé son commerce dans Hochelaga en 2012, avec Suzie Laframboise. Il croyait alors au potentiel du quartier, comme il croit aujourd’hui au potentiel des vins locaux.

***

Le mois prochain, Le Bièrologue fête ses cinq ans ! Info exclusive : la boutique se prépare à sortir une bière aux pommes, qui sera distribuée en quantité limitée.

 

A propos Céline Pallares

Céline Pallares
Passionnée d'écriture, Céline est l’auteure d’un blogue sur la mode responsable, un sujet qui lui tient à cœur. Elle continue sa formation en écriture journalistique et espère devenir une rédactrice à temps plein. C'est dans le quartier Hochelaga qu'elle a décidé de s'installer avec sa petite famille il y a maintenant 3 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *