Accueil / Élections / Élections 2015 / 3è débat: Les candidats dans l’est de Rosemont

3è débat: Les candidats dans l’est de Rosemont

 

Bannière Élections 2015

Pour une troisième occasion en cette longue campagne électorale, les candidats d’Hochelaga étaient invités à échanger avec les citoyens, mais cette fois avec la population de la circonscription résidant dans l’est de Rosemont. En cette soirée pluvieuse, seuls cinq curieux ont pris la peine de se déplacer pour adresser leurs questions.

Animée par Denis Leclerc de la CDC Rosemont, la causerie permettait dans un premier temps aux candidats des quatre principaux partis de se présenter, pour ensuite s’orienter vers les problématiques spécifiques de cette partie de la circonscription d’Hochelaga. Avec une question toute simple, l’animateur de la soirée a demandé d’entrée de jeu quel était le principal enjeu de la campagne dans l’Est de Rosemont.

Anne-Marie Saint-Cerny du Parti vert du Canada a ramené la question à celles des jeunes et des étudiants, en rappelant qu’il fallait instaurer la gratuité scolaire et plafonner la dette étudiante à 10 000$. «C’est impossible pour les étudiants, actuellement, de joindre les deux bouts», martèle la candidate. Simon Marchand du Bloc québécois a tenu à rappeler que la circonscription d’Hochelaga en est une de foisonnement en terme d’organismes, mais que l’est de Rosemont est un secteur qu’il qualifie de «désert communautaire». «Il faut créer de la vie à travers des organismes», soutient celui qui a également rappelé le problème des déserts alimentaires. Pour la députée sortante Marjolaine Boutin-Sweet du NPD, il y a un manque flagrant de services aux citoyens, notamment pour des bibliothèques, des piscines et des arénas. La candidate libérale Marwah Rizqy a soutenu que plusieurs Rosemontois du secteur ont des emplois à temps partiel et qu’il y a plusieurs mères monoparentales. «Nous avons un cadre financier très clair qui redonnera de l’argent à la classe moyenne», a-t-elle rappelé à quelques reprises.

Questions citoyennes

Vu le petit nombre de citoyens présents, ces derniers ont pu s’adresser à tous les candidats de manière conviviale et très directe. Alors qu’une femme s’interrogeait sur l’évasion fiscale, deux enseignants ont ramené la question de la jeunesse et de la gratuité scolaire. Bien que l’éducation soit de juridiction provinciale, les candidats du Bloc québécois, du Parti vert et du Parti libéral n’ont pas manqué de rappeler qu’ils étaient ouvertement pour la gratuité scolaire et que tout était une question de priorité. «Avec un F35, on peut faire la gratuité scolaire au Québec», a expliqué Simon Marchand à un citoyen perplexe, à titre de comparaison. Seule la candidate du NPD ne s’est pas rangée de ce côté, mentionnant que son parti n’avait pas statué sur la question.

Afin de se vendre pour conclure la soirée, chaque candidat était invité à nommer sa plus grande qualité qu’il mettrait à profit comme éventuel député. «Demeurer à l’écoute des citoyens est le plus important», évoque Marjolaine Boutin-Sweet. Quant à lui, Simon Marchand évoque sa diplomatie. «Dans un cas de gouvernement minoritaire, ça prend beaucoup de tact pour négocier», croit-il. Marwah Rizqy a voulu rappeler son accessibilité. «Je vais faire un jeu de mot de téléphone arabe, mais il faut le moins d’intermédiaire possible lorsqu’on s’adresse à un député», a dit la candidate d’origine marocaine à la blague. Enfin, la candidate verte a mentionné sa ténacité peu importe le dossier qu’elle a entre ses mains.

A propos Florence Breton

Hochelagaise depuis quelques mois seulement, Florence a déjà apprivoisé et adopté son nouveau quartier. Elle joint QuartierHochelaga pour la couverture de la campagne électorale fédérale à titre de stagiaire. Passionnée, curieuse et engagée, elle souhaite que les gens du secteur s’intéressent à la vie politique et aux enjeux qui les concernent de près ou de loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.