Accueil / Consommer local / Des emplettes et des recettes – Essentiellement sol

Des emplettes et des recettes – Essentiellement sol

J’avais très hâte de commencer cette série d’articles, dans laquelle j’entreprends de vous présenter divers commerces d’alimentation du quartier. Et, question de combler ma passion pour la cuisine, j’ai décidé de  vous proposer, pour chaque commerce visité, une recette originale, souvent économique, que vous pourrez effectuer sans faire un million de boutiques. Parce que, bon, il faut bien l’avouer, j’ai un petit côté paresseux : j’aime bien trouver tous mes ingrédients au coin de la rue…

Pour ce premier article, j’ai décidé de casser la glace en visitant un commerce que j’aime beaucoup, en grande partie parce qu’on y est toujours bien reçu. Et j’ai nommé Essentiellement sol, boutique d’alimentation naturelle, située au coin des rues Ontario et Bourbonnière. J’ai eu l’occasion de discuter avec Patrick Vachon-Lapointe et Aubi Mellein, qui, avec la mère de Patrick, sont tous deux propriétaires du commerce. Ce fut, ma foi, une très agréable rencontre.

Un peu d’histoire
Il y a maintenant cinq ans qu’Essentiellement sol existe et a pignon sur Ontario. Le local était auparavant occupé par un club vidéo qui a dû fermer en raison d’un manque d’affluence. Patrick, qui avait dans l’idée d’ouvrir une boutique d’alimentation naturelle dans le quartier où il résidait, a eu l’occasion de gagner la confiance du propriétaire du local, qui lui a donné sa première chance comme commerçant. Essentiellement sol était né.

L’ouverture s’est faite petit à petit, avec un fond de roulement restreint, ce qui ne leur laissait pas une grande marge de manœuvre pour se procurer des denrées à vendre. Mais, petit à petit, ils ont réussi à réinvestir leurs profits dans l’augmentation de leur inventaire et, maintenant, offrent une magnifique gamme de produits naturels et d’herboristerie.

Plus encore, depuis un an maintenant, Patrick et Aubi ont ouvert Essentiellement soi, situé au deuxième étage, où sont offerts des cours de yoga, de tai chi, de cuisine ou encore de cuisine crue, le tout dans une volonté de grande accessibilité à la clientèle du quartier. Par exemple, le samedi matin se tient un cours gratuit de yoga destiné aux enfants.

Cette nouvelle branche de l’entreprise semble fonctionner à merveille et intéresser énormément les habitants du quartier.

La philosophie
On peut le constater quand on rentre chez Essentiellement sol : sans qu’elle soit envahissante, la spiritualité est très présente dans le fonctionnement de l’entreprise. Patrick m’a affirmé que « c’est très délicat de parler de la philosophie de l’entreprise, il n’y en n’a pas qu’une seule. Certaines personnes pensent qu’on est une secte, ce que l’on n’est absolument pas. Mais nous avons tous une pratique spirituelle, souvent différente les uns des autres, et on s’offre un lieu pour qu’elle existe, sans jugement de la part de nos collègues ». Les employés ont tous une chose en commun : ils pratiquent le reiki. C’est à dire que, par l’imposition des mains sur les aliments qu’ils vendent et fabriquent, ils envoient des ondes positives qui, une fois chez les gens ou ingérés, continuent à irradier, pour procurer un bien-être à leur clientèle. Une chose est certaine : ce bien-être, on le ressent en entrant dans la boutique, et même quand on en sort ! Patrick m’a même raconté que certaines femmes enceintes sont déjà venues se promener dans les allées de sa boutique pour calmer leur bébé à naître !

En discutant avec Aubi et Patrick, j’ai pu constater que l’implication sociale de leur entreprise est importante. Pour eux, les habitants du quartier sont importants, et de nombreux gestes sont posés afin de les aider à avoir accès à de bons et sains aliments. Quand on lui demande comment il perçoit l’évolution du quartier, Patrick affirme : « ça a changé, et en même temps, ça n’a pas changé. Il y a des condos et des nouveaux propriétaires, qui veulent des produits plus raffinés, mais les gens qui vivaient dans le quartier à la base y vivent encore. Et s’il y a une clientèle qui veut des produits plus raffinés, les profits qu’on en retire nous permettent d’abaisser le prix du riz et des lentilles, pour les offrir à un meilleur prix à des clients qui ont moins de moyens ».

L’aide bénévole
« S’il y a une chose que je voudrais que les gens sachent, affirme Patrick, c’est que le commerce existe grâce au temps et à l’aide que tous les bénévoles nous ont offerts et nous offrent encore. » Ceux-ci travaillent dans la boutique, donnent certains cours, font le ménage des locaux du deuxième étage, etc. Qui sait, si vous avez quelques heures à donner, peut-être pourriez-vous aller faire votre tour…

Pour l’avenir
De nombreux projets sont envisagés par les propriétaires. L’un d’entre eux m’a semblé tout à fait passionnant : l’achat d’une terre où se trouvent des bâtiments, une miellerie, un moulin,  bref, tout ce qui est essentiel à la production de légumes et à la mise en place d’un cycle de production complet, de la graine au miel, à la farine et au pain. Ils parlent aussi de s’affilier avec la clinique du Docteur Julien pour inviter les jeunes du quartier à venir en apprendre un peu plus sur la terre et ce qu’elle offre… c’est à suivre !

Ce que vous trouverez chez Essentiellement sol
Mais que trouverez-vous entre ces murs ? Hé bien de tout pour faire une grande variété de recettes, et de toutes origines. Des produits asiatiques aux caris indiens, en passant par une grande variété de noix, d’épices, de tisanes et thés, de pâtes et de lentilles, de produits sans lactose ni gluten, tout ce dont vous avez besoin pour vous concocter un bon repas s’y trouve. Mieux encore, Essentiellement sol est maintenant un point de chute pour les légumes des fermes Lufa ainsi que pour les viandes biologique de la ferme Le Crépuscule. Dès cet été, ils s’allieront aussi avec une autre ferme de légumes, pour étendre leur offre.

EssentSol1_Epices

La recette
C’est Aubi, qui revenait quelques jours plus tôt d’un voyage en Inde, qui est responsable des créations culinaires. Je lui ai donc demandé de nous proposer une recette que nous pouvons effectuer avec des aliments que l’on trouve dans la boutique, et son choix s’est arrêté sur une soupe Dhal, une recette indienne très simple et excessivement savoureuse. En plus d’être végétarienne, elle est sans lactose ni gluten et peut convenir à une panoplie de régimes. Je l’ai réalisée pour vous, et, à la suggestion d’Aubi, je vous invite à l’accompagner d’un bon pain naan réchauffé. Sur la photo, comme je n’avais pas de pain naan, j’ai plutôt opté pour un pain aux curcuma, graines de citrouille et amandes trouvé en face (ou presque), chez Arhoma!

Soupe Essentiellement Dhal

Pour 4 portions
Temps de préparation : 40 minutes

1 gros ou 2 moyens oignons, en fines lamelles
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1-2 gousse d’ail, hachées
1 morceau de gingembre haché grossièrement (environ 2 cuillères à soupe)
½ tasse de lentilles rouges
½ tasse de lentilles brunes
1 cuillère à soupe ou plus de cari* (au goût)
½ bloc de noix de coco crémeuse ou 1 conserve de lait de coco
5 tasses d’eau
Racines de coriandre (facultatif, elles donneront du goût au bouillon. Je les attache avec une corde à boucherie pour pouvoir les retirer aisément avant de manger.)
1 tasse de feuilles de coriandre (facultatif)
Un peu de yogourt nature (facultatif)

1 – Dans l’huile, faire revenir les oignons environ 15 minutes, jusqu’à ce qu’ils aient bruni. Garder le feu à température moyenne pour éviter qu’ils noircissent ou brûlent.

2 – Pendant ce temps, faire revenir les épices sélectionnées ou le cari dans un petit poêlon, à sec, jusqu’à ce que les arômes s’en dégagent. Si vous avez un cari pimenté, ne mettez pas votre visage au-dessus du poêlon, vous allez vous étouffer !

3 – Ajouter les lentilles, et le gingembre et laisser cuire encore 5 minutes, pour que les lentilles rôtissent.

4 – Ajouter l’eau, le sel, le demi bloc de noix de coco crémeuse ou la conserve de lait de coco et les racines de coriandre. Laisser cuire 20 minutes. Les lentilles rouges se déferont mais les brunes resteront entières.

5 – Servir, en parsemant de yogourt et/ou de feuilles de coriandre fraîches.

Dhal

* Vous pouvez utiliser un cari tout prêt, ou encore faire votre cari maison. Pour ce faire, vous pouvez combiner, selon vos préférences, vos épices favorites, puis les faire griller dans la poêle. Aubi nous propose un mélange de grains de moutarde, grains de coriandre, anis étoilé, cannelle, clou de girofle, cardamome et piment. De mon côté, j’ai utilisé ce que j’avais déjà à la maison. J’ai donc mis 1 cuillère soupe de fenouil, 2 baies de cinq épices, 1 anis étoilé, ½ cuillère à thé de cannelle moulue, 1 cuillère a thé de coriandre moulue, ¼ de cuillère a thé de clou de girofle moulu et 1 cuillère a soupe de grains de moutarde. L’important, c’est de faire rôtir les épices à sec pour dégager les arômes, avant de les passer au moulin à café ou au mortier. Du mélange que j’ai obtenu, j’ai utilisé 1 cuillère à soupe de cari, à laquelle j’ai ajouté 2 cuillères à soupe de curcuma, essentiellement pour la couleur jaune.

Voilà une recette toute simple et rapide à réaliser qui saura sans aucun doute vous aider à faire passer les derniers jours d’hiver.

Je serai de retour bientôt avec un nouvelle chronique et d’autres recettes à préparer avec les aliments de votre quartier!

A propos Collaborateur spécial

Collaborateur spécial
QH reçoit et publie à l'occasion des textes qui provienent d'organismes et de résidents du quartier. Pour partager vos textes avec nous: info@quartierhochelaga.com

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.