Accueil / Consommer local / Fermeture de Bières etc. : coup dur pour les amateurs de bières d’Hochelaga-Maisonneuve

Fermeture de Bières etc. : coup dur pour les amateurs de bières d’Hochelaga-Maisonneuve

Le commerce Bières etc, qui offrait la plus vaste sélection de bières du quartier,  fermera ses portes à la fin du mois de juillet. D’ici là, des spéciaux seront offerts et une journée spéciale est prévue le 12 juillet pour liquider l’inventaire.

Par Charles-André Major

Bieres etc.

« Une panoplie de facteurs incontrôlables m’ont poussée, suite à une longue et mûre réflexion, à prendre la difficile décision de mettre fin aux opérations de ma boutique », écrit sur son site Brigitte Couture, propriétaire de Bières etc.

Selon elle, l’élan que semblait connaître Sainte-Catherine lors de l’ouverture de son commerce en novembre 2011 s’est essoufflé. La compétition dans le quartier est parallèlement devenue plus féroce avec l’ouverture de la boutique Le Biérologue en octobre 2012 sur la rue Ontario, ainsi qu’avec la récente bonification de l’offre microbrassicole chez Métro.

Face à une situation de plus en plus difficile, Brigitte a donc envisagé de fermer ou de déménager sur la rue Ontario afin de rapprocher son commerce d’un plus grand bassin de clientèle.

Alors qu’elle jonglait avec ce dilemme, elle s’est vue offrir la possibilité d’être membre d’une coopérative lui permettant de continuer à œuvrer dans le monde microbrassicole.

Ainsi, les amateurs qui ont apprécié de la côtoyer pourront la voir de nouveau lorsqu’ils iront visiter MABRASSERIE, un complexe brassicole coopératif dont le salon de dégustation et la boutique ouvriront prochainement dans Rosemont.

Une histoire rafraîchissante

C’est avant tout parce qu’elle était animée par le désir de contribuer au développement du monde brassicole québécois que Brigitte Couture a ouvert la boutique Bières etc. « Quand j’ai commencé ma réflexion, l’objectif n’était pas d’avoir un commerce mais de travailler dans le monde de la bière », souligne la sympathique propriétaire.

L’idée d’ouvrir une boutique spécialisée s’est toutefois vite imposée, et peu de temps après qu’elle eut obtenu son diplôme en biérologie de l’Institut MBière, la progression du projet s’est accélérée.

Brigitte Couture, la propriétaire de Bières etc.
Brigitte Couture, la propriétaire de Bières etc.

La décision de s’établir dans le quartier fut facile à prendre. Brigitte y résidait depuis de nombreuses années et les consommateurs du coin semblaient de plus en plus ouverts au renouveau brassicole. Elle pensait s’établir sur la rue Ontario, mais c’est finalement sur la promenade Sainte-Catherine qu’elle a arrêté son choix.

Non seulement il y avait moins de locaux disponibles sur Ontario à l’époque, et Sainte-Catherine semblait connaître un élan grâce aux nombreux projets entrepris par la SDC et au dynamisme des commerçants.

Elie
Élie Larose, employé de Bières etc.

C’est en mai 2012 que Brigitte a embauché le sympathique Élie Larose pour lui donner un coup de main, suite à une année stimulante  à mesure que les clients découvraient le commerce.

Bien que Bières etc. ferme ses portes avant d’avoir fêté son troisième anniversaire, Brigitte garde d’excellents souvenirs de l’expérience. « J’ai beaucoup apprécié le contact avec ma clientèle et les autres commerçants du coin, la soirée Bières et Bouchées réalisée en collaboration avec le Bistro InVivo, ainsi que le festival Hochelaga BBQ », se remémore-t-elle.

Inquiétude quant à l’avenir de la rue Sainte-Catherine

Même si elle entamera bientôt un nouveau projet dans Rosemont, Brigitte demeure préoccupée par l’avenir de la rue Sainte-Catherine face à l’essoufflement commercial qu’elle perçoit. « C’est une rue qui a besoin d’amour et je crois qu’il faut s’en occuper » précise-t-elle.

Il faut dire qu’en plus de la fermeture de Bières etc., la rue a récemment vu partir la boutique Terre-à-Soi au profit de la rue Ontario ainsi que la fermeture du Bistro InVivo, bien que celui-ci ait été remplacé par le Bistro Le Ste-Cath.

Le phénomène a son importance puisqu’à chaque fois qu’un commerce ferme ou quitte, c’est la capacité de l’artère commerciale à attirer une clientèle autre que celle qui y réside qui s’en trouve affectée. Ainsi, les résidents du quartier qui habitent au nord de Sainte-Catherine pourraient graduellement être portés à concentrer leurs achats sur Ontario au détriment de Sainte-Catherine.

De plus, alors que de nombreux événements sont organisés sur la Place Valois, bien peu le sont plus au Sud. Bref, des efforts seront nécessaires pour donner un élan à la relance commerciale de la rue. D’autant plus que les commerçants d’Ontario et de Sainte-Catherine sont maintenant regroupés au sein d’une seule et même société de développement commercial qui devra animer les deux artères.

Grande razzia le 12 juillet

Puisque l’inventaire doit être liquidé d’ici la fin juillet, plusieurs spéciaux sont prévus durant le mois et les amateurs de bières sont invités à visiter la boutique pour les découvrir.

Les amateurs sont invités à la boutique le samedi 12 juillet pour une grande vente de fermeture. Certaines activités sont prévues pour animer la journée ainsi que des rabais allant de 20 à 50%.

Il est à noter que la boutique n’accepte plus les bouteilles consignées étant donné qu’elle ne procèdera pas à de nouvelles commandes.

A propos Collaborateur spécial

Collaborateur spécial
QH reçoit et publie à l'occasion des textes qui provienent d'organismes et de résidents du quartier. Pour partager vos textes avec nous: info@quartierhochelaga.com

4 Commentiares

  1. Merci Charles-André d’avoir passé du temps avec moi et d’avoir synthétisé mes propos.

    J’aimerais toutefois apporter une légère modification : ce n’est pas un emploi que je me suis fait offrir à MABRASSERIE, c’est plutôt l’opportunité de devenir membre de la coopérative. Comme il s’agit d’un projet novateur mené par un brasseur et homme d’affaire exceptionnel et dont l’équipe est composée de passionnés possédant des expertises diversifiées, je suis très heureuse de me joindre à eux et continuer d’évoluer dans le monde de la bière.

  2. Peut-être que Bière etc. aurait eu besoin d’une visibilité comme celle-ci vantant les mérites de son joli commerce il y a 6 mois, plutôt que cet article annonçant sa fermeture et les super rabais que les clients qui n’y ont jamais mis les pieds pourront bénéficier.
    Si on parlait aussi des belles choses pendant qu’elles vont bien, plutôt que de s’acharner systématiquement à faire la nouvelle de ce qui va mal.
    À force de se faire dire que ça va mal sur Ste-Cath, il est normal que les gens n’y viennent pas.¨
    Ça fait 10 ans que je tiens mon commerce sur Ste-Cath et je n’ai jamais eu de regrets.
    C’est une rue que j’aime d’amour.
    Mais pour que ça se soit une relation réciproque avec le client, il faut que tous les acteurs y mettent leur grain de sel.
    Brigitte, je t’aime.

    • Marie-Claude Leclerc

      Nouvelle dans le quartier depuis un an à peine, je savoure, déguste et apprécie chaque moment de découverte. Mon coin de rue, mon quadrilatère sont devenus rapidement des repères. Un village comme celui que j’habitais avant. Un mélange de toute sorte de monde ; les « anciens », les purs et durs, les inclus, les exclus, les entre-deux. Ceux qui veulent redonner vie au quartier et ceux qui veulent que ça reste pareil comme avant. C’est parfois triste, parfois joyeux, Un itinérant dont on s’inquiète, une pute charmante ou complètement « out of order » qu’on croise et qui engueule ceux qui osent lancer leurs déchets sur le petit jardin qu’on essaie de faire fleurir malgré les écureuils et autres bestioles. C’est tout ça mon nouveau quartier Un gros village fou que j’adore.Et la bière dans tout ça…??? J’ai connu Miss Etc en peinturant mon logement. Mes break de fin de journée ; j’ai découvert les délices de la bière grâce à Brigitte. Sa qualité première : Elle connaît ses produits, les goûts de ses clients et elle a une mémoire incroyable pour se souvenir de ce qui a été déjà essayé et si tu aimes ça. elle sait quoi te conseiller par la suite. Des Brigitte comme ça c’est une rareté. Une « parle rare  » qui défend les bières du Québec avec fierté et fougue. Ben oui ! Une passionnée la Brigitte. Intense YES ! La Ste-Cathe sera différente sans toi en espérant que le courage et la ténacité des coccinellles et autres bestioles viennent à bout des préjugés et que la Ste-Cathe persiste et signe sa marginale communauté merveilleuse. C’est pas l’Ontario mais un paradis à découvrir, explorer et vénérer avec fierté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.