Accueil / Élections / Élections 2015 / La question de la semaine / 9e semaine: l’immigration

9e semaine: l’immigration

BANNIERE V11

Durant la campagne électorale fédérale, QuartierHochelaga.com s’associe avec le groupe Facebook Hochelaga MON quartier, pour poser «La question de la semaine» (#LQS). Le concept? Une question par semaine aux candidats de notre circonscription*. 11 questions pour 11 thèmes différents . Vous êtes invités à vous joindre à la discussion qui se tiendra sur le groupe après chaque publication. Cette semaine, nous parlerons immigration.

Hochelaga n’est plus ce quartier de Québécois travailleurs blancs. Depuis vingt ans, il s’est enrichi des diverses populations et cultures issues de l’immigration. En 2011, en comptant Mercier, ils représentaient 20% des Hochelagais, là où ils ne représentaient que 11% dix ans plus tôt. Mais entre les crises migratoires en Afrique et au Moyen-Orient et la difficulté à adopter les valeurs canadiennes d’une partie intégriste religieuse marginale, mais médiatisée (comme la secte Lev Tahor ou le débat sur les vêtements religieux), une crispation se crée au sein de la population déjà établie à accueillir de nouveaux arrivants.

Les trois candidats qui ont répondu à la question déplorent le bilan du gouvernement conservateur, tant sur les modalités d’acceptation des immigrants — dont les délais parfois impressionnants des traitements des demandes —  que sur la réaction face aux crises migratoires actuelles. Tous valorisent aussi l’apport de l’immigration à la société canadienne.

La députée sortante Marjolaine Boutin-Sweet fait parler son bilan en la matière, qui aide à l’intégration des nouveaux Hochelagais. Le candidat bloquiste Simon Marchand rappelle que les fondements d’une société est la langue commune et que le Québec doit faire sa part pour les réfugiés syriens, comme il l’a fait pour les Kosovars, par exemple. Quant à la candidate libérale, elle souhaite faciliter les modalités administratives et rappelle qu’une intégration réussie passe par les programmes culturelles.

À vous de juger.

QUESTION: Comment comptez-vous concilier valeurs canadiennes et traditions culturelles?

Capture d’écran 2015-08-12 à 14.22.55
«Le Canada a glissé des palmarès qui mesurent l’intégration des immigrants, en partie parce qu’ils ne trouvent pas d’emploi qui correspond à leur compétences, leur expérience et qu’ils vivent dans une plus grande pauvreté.» Marjolaine Boutin-Sweet

MARJOLAINE BOUTIN-SWEET 
Nouveau Parti démocratique

Terre d’accueil depuis près de 400 ans, nous sommes aujourd’hui l’immigration d’hier. Le Canada est un pays ouvert, diversifié, pacifiste et tolérant. L’égalité homme-femme y est une valeur fondamentale. C’est pourquoi le NPD agira pour rétablir l’équité salariale, protéger les femmes victimes de violence, favoriser l’accès à l’avortement d’un océan à l’autre et qu’il déclenchera une enquête sur les 1200 femmes autochtones disparues et assassinées.

L’intégration des nouveaux arrivants pose certes des défis, mais une socialisation positive est la base d’une adaptation harmonieuse. Depuis 4 ans, je fais parvenir à chaque nouveaux Canadiens d’Hochelaga un certificat et une lettre pour leur souhaiter la bienvenue. Deux fois par année, j‘organise aussi une cérémonie pour célébrer leur établissement dans le quartier, leur parler de l’histoire d’ici, des services du bureau de leur députée et des ressources communautaires disponibles. C’est un geste simple qui contribue à leur intégration.

Sous Stephen Harper, notre système d’immigration est devenu moins équitable et moins humain. Dans Hochelaga, nous sommes intervenus en faveur de dizaines de familles – majoritairement mexicaines – injustement menacées de déportation. Un autre enjeu est le délai de traitement des demandes d’immigration : des familles attendent jusqu’à 10 ans avant d’être réunies!

Le Canada a glissé des palmarès qui mesurent l’intégration des immigrants, en partie parce qu’ils ne trouvent pas d’emploi qui correspond à leur compétences, leur expérience et qu’ils vivent dans une plus grande pauvreté.

Un gouvernement du NPD va accéléré le traitement des demandes, prioriser la réunification familiale, créer un poste d’ombudsman pour traiter les plaintes, rétablir 30 millions $ pour le programme de reconnaissance des titres étrangers et élargir les programmes qui permettent aux immigrants de se préparer avec succès avant leur arrivée.

Le NPD propose des solutions concrètes, particulièrement pour répondre aux problèmes de réunification des familles et de reconnaissance des titres de compétence.

ANNE-MARIE SAINT-CERNY
Parti vert du Canada

La candidate du Parti Vert du Canada n’a pas remis sa réponse au moment de publier, nous l’intégrerons une fois reçue.

«Contrairement aux conservateurs qui veulent ne faire entrer que des travailleurs, nous croyons qu’il est très difficile pour les nouveaux arrivants d’être déchirés entre leur pays d’adoption et leur famille qui attend, parfois durant des années, dans un pays lointain et parfois même en guerre. » Simon Marchand

SIMON MARCHAND
Bloc québécois

La base d’une bonne et saine intégration, ce sont les bases communes de la communauté d’accueil à laquelle les nouveaux arrivants se joignent. 

Le premier point, le plus crucial, c’est la langue commune. Le Bloc québécois, sans surprise, fera toujours du français une priorité. Nous souhaitons d’ailleurs voir la loi 101 s’appliquer dans les compagnies sous charte fédérale. Évidemment, quand on commence avec un langage commun, on se comprend mieux, et il est plus facile d’avoir accès aux ressources locales et de s’intégrer en général. Je verrai aussi à ce que le bureau de comté du Bloc québécois soit une ressource de premier plan pour les nouveaux arrivants dans le quartier en assurant un accompagnement à ceux qui le désirent. 

Nous demandons aussi que le dossier de la réconciliation familiale soit transféré au Québec. Contrairement aux conservateurs qui veulent ne faire entrer que des travailleurs, nous croyons qu’il est très difficile pour les nouveaux arrivants d’être déchirés entre leur pays d’adoption et leur famille qui attend, parfois durant des années, dans un pays lointain et parfois même en guerre. 

Il arrive aussi que nous soyons confrontés à de grandes crises humanitaires, telle que la crise des migrants en Europe. Le Québec est prêt à accueillir des réfugiés Syriens, c’est pourquoi Le Bloc Québécois réclame que nous ouvrions d’urgence nos portes à 10 000 réfugiés. Nous serions même capables d’en accueillir plus dans les mois qui viennent. Nous connaissons bien les rigueurs de l’hiver qui menace de s’abattre sur les milliers de réfugiés qui se cherchent un refuge en Europe. C’est pourquoi il est primordial de faire notre part comme nous l’avons fait plusieurs fois dans notre histoire. Nous ne nous sommes pas encombré d’obstacles pour les Kosovares ni pour les Vietnamiens et nous ne devons pas le faire maintenant.    

 

Capture d’écran 2015-08-12 à 14.23.06
«Les résultats de la mauvaise gestion de M. Harper en matière d’immigration sont aussi troublants que bouleversants: des réfugiés à qui l’on refuse des soins de santé; des minorités religieuses à qui l’on retire les droits pendant les cérémonies de citoyenneté; ainsi que le refus d’accepter un nombre suffisant de réfugiés syriens.» Marwah Rizqy

MARWAH RIZQY 
Parti libéral du Canada

Avec le vieillissement de la population et le bas taux de natalité, l’avenir de la nation québécoise dépend de notre capacité à attirer et intégrer des gens talentueux du monde entier. Les résultats de la mauvaise gestion de M. Harper en matière d’immigration sont aussi troublants que bouleversants: des réfugiés à qui l’on refuse des soins de santé; des minorités religieuses à qui l’on retire les droits pendant les cérémonies de citoyenneté; ainsi que le refus d’accepter un nombre suffisant de réfugiés syriens. Nous avons besoin d’une nouvelle approche en matière d’immigration, tout en respectant pleinement les compétences du gouvernement du Québec en la matière. Le PLC s’engage notamment à:

  • accueillir 25 000 réfugiés syriens et irakiens en les prenant immédiatement en charge.
  • restaurer intégralement le Programme fédéral de santé intérimaire pour les réfugiés.
  • éliminer la nouvelle exigence imposée au Mexique en matière de visas et étudier les implications de l’élimination de cette exigence pour d’autres pays.
  • doubler le budget consacré au traitement des demandes de regroupement familial; augmenter l’âge maximal des personnes à charge à 22 ans au lieu de 19 ans, ce qui permettra aux Canadiens d’amener leurs enfants au pays; et doubler le nombre de nouvelles demandes acceptées chaque année pour les parents et les grands-parents, qui passeront de 5 000 à 10 000.
  • Octroyer le statut de résident permanent aux nouveaux conjoints qui arrivent au Canada au lieu d’imposer une période de résidence conditionnelle de deux années qui place les conjoint(e)s dans une position de vulnérabilité extrême.

Moi-même fille d’immigrants qui a grandi avec les émissions de Radio-Canada, je sais aussi l’importance d’avoir une culture québécoise forte afin de faciliter l’intégration des nouveaux arrivants. C’est l’une des raisons pourquoi nous investirons 380 millions $ supplémentaires par année dans nos institutions culturelles comme Radio-Canada, l’ONF et Téléfilm.

 

* Les candidats du BLOC, NPD, PCC, PLC, et PVC sont invités à participer. Au moment de publier, nous n’avons pas pu rejoindre le candidat du Parti conservateur du Canada.

A propos Arnaud Stopa

Diplômé d’histoire et de journalisme, un océan sépare le quartier qui l’a adopté en 2013 et ses origines. Surnuméraire au journal le Devoir, (vidéo) journaliste pigiste occasionnel, critique de musique métal à ses heures perdues, il souhaite faire connaître Hochelaga et son évolution actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.