Accueil / Dossier / Notre école à faire rêver: Histoire de Gabriel Bédard

Notre école à faire rêver: Histoire de Gabriel Bédard

Deuxième élève assis à partir de la droite : Gabriel Bédard / Crédit photo : Cédric Chabuel
Deuxième élève assis à partir de la droite : Gabriel Bédard / Crédit photo : Cédric Chabuel

LE PASSÉ REVIENT NOUS HANTER 

Dans une école qui s’appelle « l’école Du Soleil Souriant », tous les enfants ont du plaisir. Il y a une enseignante, Michèle, qui aime les enfants qui ont du plaisir. Alors, elle les amène au musée le moins ennuyeux de la ville. Ils voient des dinosaures et des hommes des cavernes.

Là-bas, ils aperçoivent une machine à voyager dans le temps, mais elle ne fonctionne pas. Alors, ils vont voir les fossiles. Jérémy a un père qui est mécanicien et son père lui a appris quelques trucs en mécanique. Alors, il reste là et essaye de réparer la machine à voyager dans le temps.

Michèle compte les élèves et il manque un. C’est Jérémy. Alors, ils reviennent près de la machine et ils voient Jérémy qui leur dit : « Venez, on va faire un tour dans le passé!!! » Tous les élèves de la classe montent sur la machine. Michèle dit : « Je crois que c’est trop dangereux.» Jérémy dit : « C’est comme un manège. » Finalement, Michèle accepte.

Michèle monte sur la machine et Julian, un autre élève de la classe, clique sur le bouton. Boum! Ils disparaissent et le concierge du musée ne voit plus la machine. Alors, il appelle la police.

Les élèves de la classe arrivent dans la jungle et ils se demandent où ils peuvent être. Julian, le petit génie de la classe dit : « Je crois que nous sommes au temps des dinosaures. » « Ah non! Un ptérodactyle! » crie Zoé.

La classe crie en courant et ils voient un arbre. Ils montent dans l’arbre alors qu’un lézard volant cherche un nouveau dîner. Mais il n’en trouve pas, alors il cherche un peu plus loin. Les élèves paniquent. Cristelle pleure et dit : « Qu’est-ce qu’on va faire? » Jad dit : «On va faire 60 pompes. Allez, les poules mouillées.» Après les 60 pompes, ils font deux équipes. Une pour trouver de la nourriture et l’autre pour faire un abri.

La première équipe part et tente d’attraper du poisson sauvage, mais ils n’ont pas de filet. Jérémy a son canif. Jérémy prend son canif et un bâton et il aiguise le bout pour en faire une lance.

La classe fait un mini barrage avec des roches et des branches. Les poissons sautent partout (même sur des élèves) et ils attrapent quelques poissons avec leurs mains. Ils apportent les poissons au campement et ensuite, ils cherchent des fruits. Ils trouvent des mangues, des pommes, des bananes et des baies. La deuxième équipe cherche des brindilles et des roches pour allumer un feu.

Puis, ils trouvent une grotte et ils entrent dedans. Ils sortent ensuite de la grotte pour revenir au campement et une armée de tricératops leur court après. Les enfants s’agrippent tous à une liane et ils font les singes. Ils sont sauvés.

Plus tard, ils se font un abri et une cabane dans les arbres pour se protéger des dinosaures. Ils mettent beaucoup de feuilles ne que les ptérodactyles ne les voient pas.

Il fait nuit. Alors, ils vont dormir. Le matin, ils se font un petit déjeuner et vers 5 heures du matin, ils retournent à la machine à voyager dans le temps. Mais un ptérodactyle s’en sert comme un nid et ils ne peuvent plus retourner à l’école.

Ils décident alors de faire une marionnette en forme de ptérodactyle femelle et ils bougent la marionnette. Le ptérodactyle se lève et voit la marionnette et se dirige vers elle. Les élèves en profitent pour aller dans la machine. La marionnette tombe et le ptérodactyle pleure. Il se retourne et il voit les enfants sur la machine et il est en colère. Il court vers le groupe pendant qu’ils se téléportent vite au musée. Boum! Le ptérodactyle fonce dans un arbre, il tombe dans les pommes et il voit des étoiles.

Les élèves sautent de joie. Le gardien dit : « Les voilà, ce sont eux qui ont volé la machine à voyager dans le temps, emmenez-les en prison ». Le gardien regarde dans la machine et il voit des œufs de dinosaure et il dit : « Attendez, ils ont ramené de nouveaux spécimens d’œufs. » Les policiers disent : « Alors, relâchez-les, ils sont libres » et toute la classe crie : « Hourra!» Ils vont voir leurs parents et ils sont privés de sorties pour un mois parce qu’ils sont partis toute une journée sans permission.

(Cette histoire est déconseillée aux enfants de moins de 18 mois.)

Gabriel Bédard

A propos Alexandra Viau

Alexandra Viau
Alexandra est journaliste pigiste et hochelagaise d’adoption. Elle commence à s’intéresser au quartier en 2006, alors qu’elle réalise une biographie radiophonique sur la carrière de Louise Harel. Son attachement aux Expos et aux paysages industriels la convainc d’emménager quatre ans plus tard dans Hochelaga, petit coin de pays dont elle aime l’âme, les cordes à linge, l’architecture... et sa merveilleuse boulangerie. Elle se joint à QuartierHochelaga parce qu’elle croit en la pertinence de réaliser des choses collectivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.